Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU LUNDI 25 FEVRIER 2013
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU LUNDI 25 FEVRIER 2013

APS : Dr Alpha Boubacar Sy rappelle à l’ordre les médecins non-inscrits

Le président de l’Ordre national des médecins du Sénégal, Dr Alpha Boubacar Sy, a souligné l’obligation pour les médecins de nationalité sénégalaise de s’inscrire sur le tableau de l’ordre pour garantir la légalité de cette profession médicale.

‘’Pour s’inscrire sur le plan légal au tableau de l’Ordre national des médecins du Sénégal, il faut un diplôme de doctorat en médecine, être inscrit à l’ordre et être de nationalité sénégalaise’’, a-t-il soutenu, dimanche à Dakar.

Dr Sy s’exprimait lors d’une assemblée générale d’information de la section B des médecins privés du Sénégal qui regroupent 300 médecins, sur le thème : ‘’Sécurisation de l’exercice de la médecine privée au Sénégal’’.

Quelque 800 médecins sont inscrits au tableau de l’ordre sur environ 1500 professionnels sénégalais, a-t-il relevé, estimant que cela découle du fait que ‘’les médecins ne sont pas toujours informés de cette nécessité qui conduit à une certaine anarchie de la profession’’.

‘’L’inscription à l’ordre est une question de sécurité car la non-inscription des médecins à l’ordre expose à l’exercice illégale de la profession’’, a ajouté Dr Khalifa Cissé, président de la section B.

Il a relevé l’importance aussi de la cotisation annuelle du médecin déjà inscrit pour exercer légalement.

‘’Si ces médecins n’honorent pas leur cotisations annuelles qui est une obligation réglementaire du fonctionnement de l’ordre, ils s’exposent à une faute disciplinaire. Donc, l’ordre a la possibilité de les mettre en demeure et de les déférer en formation disciplinaire et même de les radier’’, a-t-il précisé.

L’assemblée a invité les médecins à adhérer aux mécanismes de prévoyance sociale qui va permettre à leurs familles de disposer d’une protection sociale.

‘’Beaucoup de médecins ne bénéficient pas encore de sécurité sociale’’, a souligné précisé le président de la section B.

‘’La responsabilité de l’Etat, donc du ministère de la Santé, est de veiller à ce que l’allocation des services de santé soit faite par des praticiens habilités à le faire et de faire jouer ses prérogatives’’, a-t-il rappelé.

Dr Cissé a assuré que ‘’l’ordre, pour sa part, va s’employer à travailler avec les correspondants dans les régions pour porter le plaidoyer et jouer le rôle d’alerte’’.

Par ailleurs, Dr Alpha Boubacar Sy a invité les autorités étatiques à leur faciliter l’obtention d’un siège, soutenant que l’ordre qu’il dirige est une association reconnue d’utilité publique et il faut aussi tenir compte du statut des médecins du Sénégal.

L’Ordre national des médecins du Sénégal regroupe la section B et la section A (médecins fonctionnaires). Ces deux sections forment le Conseil national.

APS : Un syndicat dénonce encore l’exercice illégal de la médecine

Le président du Syndicat des médecins privés du Sénégal (SYMEPS), le docteur Ardo Bâ, a dénoncé vendredi l’exercice illégal de la médecine et estimé que cette pratique menace l’avenir de ladite profession dans le pays.

\"Il y a beaucoup de personnes qui ne sont pas des médecins et qui exercent quand même ce métier\", a dit le docteur Bâ lors d’un diner-débat organisé par le SYMEPS sur les thèmes : \"Gestion et organisation des cabinets privés et des plateaux médicaux\" et \"Médecine privée et fiscalités\".

Des cabinets médicaux régulièrement installés payent la patente, les impôts, etc., mais sont pénalisés par des soi-disant médecins, qui officient en dehors de la légalité, a t-il signalé. \"C’est une concurrence déloyale pour laquelle les médecins doivent être solidaires\", a-t-il encore dit.

Le docteur Bâ a par ailleurs estimé la récente baisse du \"bouclier fiscal\", passé de 50% à 40% à la faveur de la dernière réforme sur la fiscalité, \"vaut mieux que rien, même si elle est insuffisante\".

’’Ce que nous envisageons de faire au SYMEPS, c’est de continuer à travailler et discuter avec l’administration fiscale pour parvenir à réduire ce taux et mieux nous informer en matière de fiscalité, afin de mieux défendre nos dossiers\", a-t-il poursuivi.

Le docteur Bâ a déploré \"la cherté de l’impôt au Sénégal\", tout en reconnaissant que, dans le cadre de la fiscalité, ’’il y a beaucoup d’innovations qui sont favorables aux médecins, lesquels doivent en profiter en s’attachant les services de fiscalistes compétents’’.

\"Il y a surtout le fait que les médecins privés, qui représentent de petites entreprises, sont assujettis à beaucoup de contraintes financières et fiscales et travaillent souvent avec des lettres de garantie de compagnies d’assurance et d’institutions de prévoyance-maladie\", a-t-il souligné.

A son avis, les médecins privés butent surtout sur le recouvrement des honoraires en restant plusieurs mois voire un an avant d’être payés. C’est dû au fait que les compagnies d’assurance exigent le règlement de la prime en début d’année sans pour autant parvenir à payer les médecins à temps, a-t-il expliqué.

\"Nous ne comprenons pas cela. Déjà, nous leur (compagnies d’assurance) accordons un crédit, parce qu’une fois que la lettre de garantie est déposée et la prestation effectuée, la facture est envoyée en fin de mois et payée un ou deux mois après\", a signalé le président du SYMEPS.

\"Nous leur accordons 30 à 60 jours pour le règlement et parfois c’est largement dépassé. Et cela constitue une autre menace pour la profession, dans la mesure où, si les médecins ne peuvent pas recouvrer les honoraires et faire face à leurs charges, ils vont vers la faillite\", a-t-il ajouté.

Il a, à ce propos, invité ses pairs à ouvrir des concertations avec les partenaires sociaux et les organismes payeurs, en vue du recouvrement de leurs honoraires à temps.

Sud Quotidien : Un don de 300 millions pour l’hôpital de Saint-louis

L’hôpital régional, Dr Mamadou Diouf de Saint-Louis, a réceptionné, le mercredi 19 février dernier un don en matériels d’une valeur de 300 millions de francs Cfa. Une dotation faite par l’association dénommée l’Appui multiple aux initiatives des régions Lille-Saint-Louis du Sénégal (Amis).

Le partenariat récemment signé entre l’association dite l’Appui multiple aux initiatives des régions Lille-Saint-Louis du Sénégal (Amis) et l’hôpital de Saint-Louis, connaît déjà ses premiers résultats. En effet, c’est dans cette optique qu’une dotation, essentiellement composée de matériels destinés au bloc opératoire et de laboratoire a été livrée à la direction de ladite structure. Le lot, comprend en outre, cinq respirateurs d’anesthésie, deux respirateurs de réanimation, quatre défibrillateurs, sans compter du matériel destiné à la pédiatrie. Selon le directeur de l’établissement, le Dr Babacar Thiandoum, le geste des généreux donateurs va « aider à relever le plateau technique de l’hôpital. »

Par ailleurs, le docteur Thiandoum a salué le fait que l’association « Amis » s’est appuyée sur les besoins que les autorités de l’hôpital ont-elles-mêmes exprimés. Ceci pour, dira-t-il, « éviter de tomber sur du matériel non utilisable et dont la destruction pose problème. » De son côté, le Dr Abdoulaye Ndoye, au nom du Conseil régional de Saint-Louis, a remercié les donateurs français, dont le geste va contribuer à relever le niveau des soins prodigués dans cet hôpital.

La présidente de l’association « amis » de Lille, Mme Catherine Faidherbe, a pour sa part, dit sa joie de voir cette collaboration lancée par cet acte à l’endroit de l’hôpital régional.

Cet acte à l’endroit de la structure hospitalière est le premier d’une convention de coopération d’une durée de trois ans renouvelables, signée entre les deux associations de Lille et de Saint-Louis. La partie sénégalaise s’engage notamment à accompagner dans les volets pédagogique et social les stagiaires lillois à Saint-Louis, tandis que dans le sens inverse, des membres du personnel médical de l’hôpital de Saint-Louis bénéficieront de stage de perfectionnement au Centre hospitalier universitaire régional de Lilles.

Source :http://www.gouv.sn/sante.


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>