Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU MERCREDI 19 SEPTEMBRE 2012
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU MERCREDI 19 SEPTEMBRE 2012

APS : Remise d’un don de l’OMS

Une remise de don offert par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) aura lieu mercredi à 14 heures, au siège du ministère de la Santé et de l’Action sociale.

L’OMS, ‘’dans le cadre de l’assistance technique et matérielle qu’elle a apportée‘’ à ses Etats membres, a mis à la disposition du Sénégal ‘’des dons de médicaments‘’, indique la même source.

Elle explique que ce don est apporté à l’Etat pour l’aider à faire face aux conséquences des inondations.

‘’Environ 30 millions de francs CFA sont dégagés pour aider à renouveler le stock de médicaments des structures sanitaires des zones inondées’’, indique le communiqué.

Selon le texte, cet appui comporte ‘’des kits médicaux d’une valeur de 22 millions de francs CFA, pour assurer la prise en charge des cas de malnutrition aiguë sévère dans les régions de Diourbel et Matam’’.

Ces kits seront positionnés directement dans les 10 centres de santé de ces régions-là, pour ‘’assurer la prise en charge gratuite des enfants atteints, soit un total de 52 millions de francs CFA environ’’.

APS : Amadou Alpha Sall, lauréat du Grand prix du président de la République pour les sciences

Le Grand prix du président de la République pour les sciences, pour 2011, a été remis mardi au docteur en virologie Amadou Alpha Sall, tandis que le parasitologue-mycologue Oumar Gaye a reçu un prix d’encouragement pour l’édition 2012.

Le docteur Amadou Alpha Sall est titulaire d’un doctorat de santé publique. Il a fait ses études supérieures à Toulouse et Paris (France), où il a obtenu un doctorat en 1999.

M. Sall est membre de l’Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal (ANSTS) et du Conseil de fondation de l’Institut Pasteur de Dakar.

Oumar Gaye est titulaire d’un diplôme d’études approfondies (DEA) en sciences de l’environnement de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD).

M. Gaye préside la Commission recherche du Programme national de lutte contre le paludisme. Il est coordonnateur du Réseau de l’Afrique de l’Ouest pour la surveillance du traitement antipaludique.

La cérémonie de remise du Grand prix du président de la République pour les sciences s’est déroulée sous la présidence du chef de l’Etat Macky Sall.

Selon le président du jury, le professeur Abdoulaye Samb, ’’ce prix’’ est institué au Sénégal pour servir de ’’véritable outil de promotion de la recherche scientifique’’.

Il y avait 53 dossiers de candidature pour l’édition 2011, qui est combinée à celle de 2012, laquelle a reçu 88 candidatures, selon le professeur Samb.’’Ces dossiers ont été l’objet d’une analyse rigoureuse et, à la fin, neuf candidats ont été retenus parmi ceux de 2011 et 19 pour ceux 2012’’, a-t-il expliqué.

Les dossiers ont porté sur la recherche en science médicale et pharmaceutique, en sciences sociales et humaines, etc., a-t-il rappelé. ’’Et chaque sujet a fait l’objet d’une étude technique drastique’’, a indiqué Abdoulaye Samb.

’’Pour l’édition 2012, au terme de l’évaluation des 19 dossiers retenus, aucun candidat ne remplissait les conditions d’éligibilité, même si celui du professeur Oumar Gaye a retenu l’attention du jury, d’où le prix d’encouragement qui lui a été décerné’’, a expliqué le président du jury.

APS : Les carences alimentaires causent 7,5% des maladies dans le monde

Diverses carences alimentaires sont responsables de 7,5% des maladies dans le monde, selon la responsable du Comité national du CODEX au Ghana, Joyce Okoree, qui a relevé, lundi à Lagos, l’engouement suscité par la production de micronutriments en Afrique de l’Ouest et du Centre.

‘’Les carences en micronutriments sont larges et peuvent avoir des effets dévastateurs sur la santé. Dans le monde, elles sont la cause de 7,5% des maladies’’, a-t-elle dit, à l’ouverture d’un forum régional sur ‘’Le rôle des entreprises dans la sécurité alimentaire et la nutrition’’.

Ces experts planchent notamment sur les applications en masse de la technique biologique, appelée fortification ou bio-fortification des apports en vitamines A, en fer, en acide folique et en iode dans les productions locales. La rencontre est organisée par Lagos Business School et le Groupe agroalimentaire suisse Nestlé.

‘’La fortification industrielle est en train de trouver son marché et les carences dans l’alimentaires sont en train d’être maîtrisées’’, a noté Mme Okoree, l’urbanisation des populations et le conditionnement des produits soutiennent ce regain d’intérêt.

L’experte ghanéenne a toutefois estimé que ‘’les politiques de lutte contre les carences, ainsi que la valorisation et la vulgarisation des micronutriments, doivent être définies et dimensionnées’’, tout en veillant à l’innocuité de leurs matières premières et de leurs emballages.

‘’Tout doit être règlementé pour mettre en compétition les industries qui évoluent dans ce segment afin de les rendre concurrentielles (...). La fortification doit répondre aux besoins nutritionnels’’, a-t-elle poursuivi, invitant à instaurer une synergie, dans ce sens, entre autorités et producteurs.

De son côté, le Coordonnateur national de la Cellule de lutte contre la malnutrition du Sénégal (CLM), Dr Abdoulaye Kâ, a prôné l’accès des consommateurs aux produits fortifiés pour éliminer les méfaits de la malnutrition. A cet effet, il a appelé les décideurs à accompagner le secteur privé de la région.

‘’Des mesures incitatives, celles fiscales ou règlementaires notamment, sont nécessaires pour attirer l’investissement dans les produits fortifiés’’, a-t-il estimé, avant de préconiser à son tour l’instauration d’un cadre multisectoriel pour la prise en charge des besoins nutritionnels des pays.

Dr Kâ, qui était un des panélistes de la journée, a en outre rappelé la nécessité pour les acteurs de ce segment de l’industrie agroalimentaire de s’appuyer sur la recherche, ‘’pour que les profils nutritionnels dans les pays puissent être maîtrisés et les cibles précisément identifiées’’.

Le responsable de la CLM du Sénégal, qui a souligné l’utilité de mettre à disposition les informations concernant les carences alimentaires et les réponses de la fortification en micronutriments, a invité aussi les Etats à intégrer cette dynamique dans les politiques de protection sociale des populations.

APS : Des experts planchent à Lagos sur la production de compléments alimentaires

\'-\'  Un forum de deux jours s’est ouvert, lundi à Lagos, en vue d’encourager l’industrie agroalimentaire en Afrique de l’Ouest et du Centre dans la production de masse de compléments alimentaires destinés à éliminer les carences en micronutriments.

Des industriels, des médecins, des nutritionnistes, des agronomes, divers chercheurs et des médias se retrouvent, deux jours durant, dans le cadre d’un forum régional de Création de valeur partagée (CVP) autour du thème : ‘’Le rôle des entreprises dans la sécurité alimentaire et la nutrition’’.

Ces experts planchent notamment sur les applications en masse de la technique biologique, appelée fortification des apports en vitamines A, en fer, en acide folique et en iode. La rencontre est organisée par Lagos Business School et le Groupe agroalimentaire suisse Nestlé.

Martin Woolnough, Président-directeur général de Nestlé Nigeria, a estimé que ‘’l’important, c’est d’arriver à un engagement individuel de tout un chacun’’, pour l’optimisation du potentiel de la fortification alimentaire, dédiée à la lutte contre les carences en micronutriments.

‘’Nous invitons les autres entreprises de l’industrie agroalimentaire à développer cette activité (...) et à investir pour créer de la valeur (...)’’, a ajouté, pour sa part, Etienne Benet, responsable régional du groupe suisse.

‘’La fortification en vitamines et minéraux vise à augmenter le niveau des nutriments et des vitamines, mais dans beaucoup de pays africains, les industries alimentaires sont rudimentaires et le contrôle de la qualité des produits peu adéquat’’, a souligné le professeur Tola Atinmo, Président-fondateur de la Fédération des sociétés africaines pour la nutrition (FANUS).

‘’En Afrique de l’Ouest, l’alimentation est à base de céréales et les repas sont peu diversifiés. C’est à l’origine de carences. Heureusement, il existe des techniques pour relever la qualité nutritionnelle, avec la bio-fortification en vitamines A, en fer, en acide folique et en iode’’, a dit Dr Mamadou Sanga Ouattara, chef du Service fortification et lutte contre les carences en micronutriments en Côte d’Ivoire.

Le diabétologue sénégalais, Saïd Nourou Diop, est intervenu dans le débat pour faire remarquer un oubli dans la cible du renforcement nutritionnel. ‘’Dès qu’on parle de carences alimentaires, on pense souvent aux enfants et aux femmes et on oublie les personnes âgées, alors que ces derniers ont d’énormes besoins nutritionnels (non satisfaits)’’, selon le professeur Diop.

Les défis de l’agriculture, en termes de production, conservation, commercialisation, financement et recherche, ont été rappelés pour indiquer les limites de la volonté des experts de développer les produits de micronutriments.

Source :http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>