Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU VENDREDI 07 SEPTEMBRE 2012
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU VENDREDI 07 SEPTEMBRE 2012

SUD QUOTIDIEN - MALADIES HIVERNALES : Un taux de prévalence entre 15 et 40 % à Ngoye

Les infections respiratoires aiguës, les diarrhées et le paludisme sont les principales pathologies auxquelles souffrent les patients qui fréquentent le poste de santé de Ngoye situé à 7km au sud de la commune de Bambey. L’infirmier chef de poste exhorte les populations à un changement de comportements. Toutefois, Cheikh Bèye annonce une forte baisse du taux de prévalence de la bilharziose, une maladie considérée récurrente dans la zone il y a quelques années.

La communauté rurale de Ngoye composée de 52 villages dispose d’une superficie de 213 km et d’une population de 54 801 habitants. Cette collectivité locale considérée comme la plus peuplée de Bambey enregistre deux postes de santé dont un fonctionnel depuis sa création en 1976. Son poste de santé est l’une des structures les plus fréquentées du département de Bambey. Cependant un nouveau poste qui est entrain d’être mis en place dans la localité de Gougourène. Une infirmière chef de poste a été déjà affectée mais le seul hic est que le matériel n’est pas encore disponible. Par ailleurs 30 à 40 patients sont consultés par jour au niveau du poste de santé de Ngoye situé à 7km au Sud de la commune de Bambey. Là, les infestions respiratoires aiguës, les diarrhées et le paludisme constituent les trois pathologies les plus fréquentes dans cette zone du département de Bambey .Cheikh Beye, l’infirmier chef de Poste est catégorique : \"les maladies diarrhéiques sont beaucoup plus fréquentes au niveau u poste de santé à cause des eaux stagnantes. L’insalubrité et les mouches et moustiques qui pullulent un peu partout peuvent entrainer la recrudescence de ces maladies.

Il y a aussi les maladies respiratoires et le paludisme\" a souligné M Beye avant de poursuivre que\" la couverture universelle en moustiquaires imprégnées a fait que le taux de morbidité et de mortalité reste faible au niveau de la localité. On donne gratuitement aux femmes enceintes des moustiquaires imprégnées après la première consultation prénatale. Ceux qui viennent en consultation et qui sentent le besoin d’avoir des moustiquaires, on leur vend la moustiquaire à 500frs. Ce qui fait dans tout couchage au niveau de la communauté, il ya une moustiquaire imprégnée à longue durée d’action \". Les cas de paludisme régressent tant au niveau de la mobilité que sur la mortalité a déclaré M Beye.

L’infirmier chef de Poste de Ngoye rappelle que \"le taux de prévalence de paludisme au niveau de sa circonscription sanitaire se situe entre 5 et 6%.

Par contre, le taux des infections respiratoires aiguës varie entre 15 et 25% et celui des maladies diarrhéiques avoisine entre 30 à 40%.\" S’exprimant sur la prise en charge des cas de patients atteints de diarrhée et malnutris âgés de 0 à 59 mois, il souligne que \"la prise en charge est gratuite . C’est le PAM (programme alimentaire mondial )et l’UNICEF qui les prennent en charge surtout dans la supplèmentation en alimentation et en médicaments.

Si c’est un cas de diarrhée il y a le rcao, si c’est un cas d’infection respiratoire, il y a les antibiotiques qu’on donne aux enfants ciblés et aux femmes enceintes. Pour le paludisme, on a le TDR (test de dépistage rapide). Quand le test est positif, cela montre qu’il y a le paludisme et on le traite avec les antibiotiques. L’infirmier chef de poste exhorte les populations à un changement de comportements pour prévenir ces maladies.\"Il faut que les populations s’impliquent dans la lutte. Qu’on essaie de rendre beaucoup plus propre les maisons et les alentours. Qu’on essaie d’éduquer les enfants pour qu’ils évitent que les enfants se baignent dans les eaux stagnantes .Qu’on consomme de l’eau et des aliments potables\" a t-il martelé.

FORTE BAISSE DU TAUX DE PRÉVALENCE DE LA BILHARZIOSE

La localité de Ngoye enregistrait le plus fort taux de prévalence de la bilharziose. Cela s’expliquait par la présence d’une soixantaine de marres non protégées et non traitées au niveau de cette collectivité locale. Mais aujourd’hui le taux de prévalence de la bilharziose urinaire a fortement baissé au niveau de Ngoye. L’infirmier chef de poste de Ngoye soutient que \"de grands pas dans la lutte contre cette maladie ont été faits parce qu’on a été doté de praziquantel, c’est à dire le médicament qui traite cette pathologie. Et on donnait gratuitement ce médicament aux enfants qui présentaient les signes de cette pathologie. En plus, on avait 64 mares qui n’étaient bien protégées et bien traitées .Quand elles ne sont pas bien protégées, il y a les mouches qui s’y installent d’où la présence de la maladie\". Mr Beye rappelle qu’\"actuellement on est entrain de les traiter . C’est pourquoi le taux de prévalence bilharziose a fortement diminué\".

SUD QUOTIDIEN - DISTRICT SANITAIRE DE SAINT-LOUIS :

Le palu maîtrisé, la diarrhée sème la terreur Si en cette période d’hivernage la situation est sous contrôle concernant la redoutable maladie qu’est le paludisme, les autorités du district sanitaire de Saint-Louis en appellent à la vigilance dans une ville, qui, malgré les avancées notables en assainissement et en voirie urbaine, constitue un terreau fertile pour certaines maladies hivernales. Depuis quelques années, Saint-Louis ne connaît plus la tourmente des inondations. La restructuration d’une bonne partie du populeux quartier de Pikine ainsi qu’une extension significative du réseau d’assainissement de la commune. La vieille cité n’est pas pour autant sortie de l’auberge. Les pluies de ces derniers jours ont transformé certains quartiers périphériques en zones marécageuses.

C’est le cas à Pikine 700 et à Pikine- Diokoul . Soixante-douze heures après les dernières précipitations, des flaques d’eau verdâtres font encore partie du décor. A certains endroits, les populations posent des briques en pont de fortune pour ne pas patauger dans les eaux immondes. Le Collège d’enseignement moyen de Pikine, construit sur l’ancien lit d’un bras de fleuve est envahi par les eaux. Les murs de ses classes sont déjà avachis par les eaux de ruissellement alors que l’école est construite il y a moins d’une décennie. Un groupe d’enfants qui tape sur un ballon se soucient peu du danger qui les guette dans ce terreau favorable pour les vecteurs de maladies hivernales.

Situation maitrisée pour le paludisme

Au district sanitaire de Saint-Louis, sise au Centre de santé Ousmane Ngom, le docteur Fatou Ndiaye, médecin-chef adjoint fait l’état des lieux concernant le paludisme. « A ce jour, un seul cas avéré a été recensé par nos services », rassure-t- elle. Le Dr Ndiaye avance « la couverture universelle en moustiquaires » pour expliquer la performance réalisée. A l’opposé, elle fait observer une recrudescence de cas de diarrhées, de gastroentérites, des infections respiratoires et de dermatoses. Diagnostic confirmé par M. Niass, infirmier-chef de poste au dispensaire de Pikine 700 qui note une arrivée importante dans sa structure médicale d’enfants de zéro à cinq ans pour des cas de diarrhées.

Et les autorités sanitaires d’en appeler à observer les règles élémentaires d’hygiènes corporelles et notamment, celle des mains. Si la situation est pour le moment sous contrôle, elles n’en rappellent pas moins de doubler de vigilance. Car, les maladies hydriques, telles que le choléras trouvent en cet environnement, un terreau très fertile.

Source :http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>