Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
CANCER COLON-RECTUM
CANCER COLON-RECTUM

CANCER COLORECTAL

TEST HEMOCCULT ET CANCER COLORECTAL : QUAND FAUT-IL FAIRE LE TEST ?

Avec 40.000 nouveaux cas par an, le cancer colorectal pourrait toucher une personne sur 20 au cours de sa vie. D’où l’enjeu du dépistage, dont l’objectif est de diagnostiquer le cancer colorectal précocement afin d’augmenter les chances de guérison. Le point sur le dépistage et le diagnostic du cancer colorectal et le test Hémoccult. Le cancer colorectal : l’un des cancers les plus fréquents Selon les estimations de l’Institut de veille sanitaire (InVS), 21.500 nouveaux cas de cancer colorectal ont été diagnostiqués en 2011 chez l’homme et 19.000 cas chez la femme. En termes de mortalité, le cancer colorectal a été à l’origine en 2011 de 9.200 décès chez l’homme (8.700 par cancer de la prostate et 21.000 par cancer du poumon) et de 8.300 décès chez la femme (11.500 décès par cancer du sein et 8.100 décès par cancer du poumon). Le cancer colorectal est le 2e cancer le plus fréquent chez les femmes derrière le cancer du sein (53.000 nouveaux cas) et le 3e chez l’homme derrière le cancer de la prostate (71.000) et le cancer du poumon (27.500). L’importance de ces chiffres (mais aussi la disponibilité d’un test de dépistage et l’amélioration des traitements) a justifié la mise en place d’un programme national de dépistage systématique du cancer colorectal.

Le dépistage du cancer colorectal repose sur le test Hémoccult

• Le test Hémoccult détecte des traces de sang dans les selles, révélatrices d’une hémorragie dont l’origine pourrait être une tumeur colorectale. • Le test Hémoccult est prescrit par le médecin et réalisé par le patient lui-même à domicile, qui doit réaliser 3 prélèvements successifs de ses selles, 3 jours de suite. • Si le test se révèle négatif (absence de traces de sang dans les selles), la personne est invitée à renouveler le test Hémoccult tous les deux ans, et sinon, une coloscopie s’impose.

Test Hémoccult ou test immunologique ?

Le test Hémoccult pourrait bientôt être remplacé par un autre test, dit test immunologique, plus performant et déjà systématiquement utilisé dans d’autres pays comme aux États-Unis par exemple. Alors que le test Hémoccult ne permet de dépister que la moitié seulement des cancers, d’où la nécessité de répéter ce test tous les deux ans, le test immunologique est beaucoup plus sensible. Voire trop sensible selon certains experts, d’où les résistances françaises actuelles à reléguer le test Hémoccult au profit du test immunologique. En effet, ce test hypersensible est à l’origine d’un plus grand nombre de faux-positifs, qui entraînerait 2 à 4 fois plus de coloscopies (examen réalisé pour confirmer le diagnostic de cancer colorectal chez les personnes dont le test a été positif). À noter par ailleurs que le test immunologique est plus simple à réaliser : un seul prélèvement de selles contre six répartis sur trois jours avec le test Hémoccult !

Un dépistage personnalisé en cas d’antécédent de cancer colorectal dans la famille Le dépistage organisé du cancer colorectal s’adresse aux personnes ne présentant pas de risque particulier. Autrement dit, les personnes qui présentent un risque accru de développer un cancer colorectal doivent mettre en place en collaboration avec leur médecin, un programme de dépistage personnalisé.

Ainsi en cas de connaissance de cancer du côlon dans la famille en ligne directe (parents, grands-parents, oncles, tantes, frères, sœurs), un test Hémoccult peut être envisagé plus tôt (avant l’âge de 50 ans) ou bien une coloscopie peut être envisagée directement. Enfin, certaines maladies demandent une surveillance particulière à organiser avec son médecin (rectocolite ulcéro-hémorragique ou maladie de Crohn, polype adénomateuse familiale).

Le diagnostic du cancer colorectal passe par une coloscopie Lorsque le test Hémoccult est positif, le diagnostic de cancer colorectal doit être confirmé par une coloscopie. La coloscopie se réalise en ambulatoire et consiste à explorer le côlon par les voies naturelles et à prélever des fragments de tissus (biopsie) dont l’examen confirmera ou non la présence de cellules cancéreuses. D’autres examens peuvent être nécessaires comme la radio ou le scanner, pour déterminer l’étendue de la tumeur et déceler la présence d’éventuelles métastases.

Le protocole thérapeutique dépendra de ces informations. Le traitement classique consiste en l’ablation totale de la tumeur selon une chirurgie aussi conservatrice que possible afin de limiter les séquelles fonctionnelles. En cas de métastases, la chimiothérapie ou la radiothérapie peuvent compléter le traitement.


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>