Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU MERCREDI 25 JUILLET 2012
APS : Ranérou : Tostan copte les enseignants pour sensibiliser sur la santé et l’hygiène

Un séminaire de formation sur ‘’la santé et l’hygiène dans le monde rural’’ s’est ouvert mardi à Ourossogui, à l’intention des enseignants de Ranérou qui, à leur tour, devront sensibiliser les populations de ce département de la région de Matam.

Cette rencontre de formation des facilitateurs est organisée par l’ONG Tostan, en partenariat avec une radio suédoise. Elle vise à aider les habitants de Ranérou à mieux comprendre et à mieux intégrer les questions de santé et d’hygiène dans leur vécu quotidien.

‘’Il manque beaucoup de moyens et d’infrastructures dans ces villages. Il faut leur apprendre par exemple quels sont les premiers soins à administrer à un enfant qui souffre d’une diarrhée, avant d’accéder au premier poste de santé pour sauver l’enfant’’, selon le coordonnateur de l’Ong Tostan, Aboubakri Diack.

L’équipe de formation est composée de 20 facilitateurs et 2 superviseurs chargés de leur encadrement.

Le séminaire s’inscrit dans le cadre d’un programme de formation dont le premier module, exécuté en 2011 pendant 6 mois, portait sur ‘’la démocratie et les droits humains’’.

‘’Le premier séminaire nous a permis d’expliquer à la population du Ferlo, ce qu’est la démocratie et ensuite comment on peut résoudre les problèmes quotidiens en s’appuyant sur le droit humain’’, a souligné un des superviseurs, Ibrahima Bolli.

‘’Ce travail, a-t-il précisé, nous a permis d’observer des changements dans la vie quotidienne des populations. Elles étaient très conservatrices de leur tradition’’.

Il a poursuivi : ‘’La tradition n’a jamais accepté à une femme ou bien à un enfant de parler en réunion. Nous constatons maintenant que depuis que la sensibilisation a été effectuée, les femmes et les enfants sont rentrés dans leurs droits en participant à toutes les rencontres’’.

Bolli a invité les autorités à appuyer Tostan dans son travail d’aide des ‘’ces populations démunies’’.

APS : Plaidoyer pour le vote de la loi antitabac et la transposition de la convention-cadre de l’OMS

Pathé Ba, juriste-chercheur à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), et Abdoul Aziz Kassé, cancérologue et président de la Ligue sénégalaise contre le tabac (Listab), ont souligné l’\"urgente nécessité du vote de la loi antitabac au Sénégal\", afin qu’une voie soit ouverte pour la \"transposition de la convention-cadre\" de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) relative à la lutte anti-tabac.

Cosignataires d’une tribune parue dans l’édition de mardi du quotidien Le Soleil, ils s’inquiètent des considérables dégâts provoqués par la consommation du tabac au Sénégal.

Selon ces deux personnalités, le pays \"n’échappe pas au fléau dévastateur\" que constituent les Maladies non transmissibles (MNT) liés à l’usage de la cigarette.

\"Avec 70% des victimes dans les pays en voie de développement, le Sénégal, comme tous les pays pauvres de la planète, n’échappe pas à ce fléau dévastateur avec environ 99% de taux de mortalité des maladies liées au tabac\", s’alarment-ils en citant le service de pneumologie du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Fann.

Une situation paradoxale, au vu du fait que le pays \"était pionnier dans la lutte antitabac dans les années 1980\", constatent le juriste et le cancérologue.

\"Ce leadership fortement et unanimement salué et encouragé en son époque par toute la communauté sanitaire et internationale a été vite freiné par un fort pressing et des stratagèmes de l’industrie du tabac\", ajoutent t Abdoul Aziz Kassé et Pathé Bâ.

Selon eux, même si le Sénégal a ratifié la Convention-cadre pour la lutte anti-tabac (CCLAT) de l’OMS, en date du 27 février 2005, il reste qu’il \"traîne incompréhensiblement les pieds\".

Ils jugent qu’au vu de \"l’ampleur du désastre, il est moralement inadmissible qu’un projet de loi aussi ambitieux (le projet de loi antitabac), qui a mobilisé tant d’effort et d’acteurs, qui a suscité tant de réflexions et d’espoirs, se transforme en simple vœux pieux et dort encore profondément, confortablement et injustement d’un sommeil de loir dans les casiers de l’administration\".

Les auteurs de la contribution révèlent en effet que \"plus de 2 milliards de tiges de cigarettes sont consommées au Sénégal par an, pour plus de 50 milliards de francs CFA de chiffres d’affaires ou plus exactement de butins pour les manufactures du tabac\".

\"Ce business engendrerait en 2004 plus de 32 milliards de francs CFA de recettes fiscales annuelles, de dîme, pour le compte du Trésor public du Sénégal\", signalent-ils, indiquant que \"plus de 51 milliards de francs CFA\" sont pendant ce temps dépensés \"dans les soins de santé des maladies non transmissibles\".

En plus de plaider pour le vote de la loi antitabac, ils exhortent à la \"rédaction d’une nouvelle loi portant sur la hausse de la taxation tabac et de l’alcool (...)\". Ce qui, ont-ils dit, permettra de \"financer la santé publique\".

Ils ajoutent que les lois, objet de leur plaidoyer, \"aideront également à la mise à disposition de pertinents instruments juridiques aux autorités administratives de certaines cités religieuses (...)\".

\"Pour toutes ces raisons sanitaires, juridiques, économiques, politiques et sociales évidentes, soulignent-ils, les nouvelles autorités parlementaires comme exécutives sont directement interpellées pour le vote de ces lois (...).\"

Sud Quotidien : HILLARY CLINTON A LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA PANDEMIE MONDIALE : Le Sida n’est plus une condamnation à mort

Certes le sida est toujours une maladie incurable, mais elle n’est plus une condamnation à mort pour le malade. Un énorme acquis pour lequel un vibrant hommage a été rendu à tous les acteurs qui se sont investis à travers le monde pour combattre ce mal des temps modernes après les progrès réalisés contre la tuberculose, la peste et la variole. C’est la substance du message lancé hier par le Secrétaire d’Etat américain, Mme Hillary Clinton qui a pris l’engagement devant les représentants de 190 pays que les Etats Unis œuvreront de tout leur possible pour faire émerger une génération sans sida.

Les Etats-Unis se sont engagés et resteront engagés pour parvenir à une génération sans SIDA. Nous n’allons pas reculer, nous ne reculerons pas, nous allons nous battre pour mobiliser les ressources nécessaires pour atteindre ce jalon historique ». C’est sous des salves d’applaudissements qu’Hilary Clinton a rappelé hier cet engagement des américains en vue de répondre à ceux qui s’interrogent sur l’ambition américaine de parvenir à faire émerger une génération sans Sida. Mieux, selon toujours la Secrétaire d’Etat américain, « cette vision fait partie de l’appel du président Obama dans le cadre de la lutte mondiale contre le Vih/Sida aux Etats Unis et à l’étranger et reste une priorité pour son administration. »

Une \"génération sans sida\" devra se traduire, selon elle, par le fait qu’\"aucun enfant, où qu’il soit, ne devra naître porteur du virus\", que \"plus les gens vieilliront, moins ils risqueront d’être contaminés\". En plus \"ceux qui le seront devront être soignés pour ne pas contaminer les autres\". Et Mme Clinton d’ajouter que \"Oui, le sida demeure incurable. Mais il ne doit plus être une condamnation à mort\", a encore proclamé la Secrétaire d’Etat américaine. En vue de débarrasser le monde de cette pandémie qui a déjà tué 30 millions de personnes en 30 ans d’existence, la chef de la diplomatie américaine a aussi annoncé plus de 150 millions de dollars de financements supplémentaires destinés à la lutte contre la maladie.

Selon les informations émanant du département d’Etat, 80 millions de dollars viendraient contribuer aux travaux liés à la protection des femmes enceintes, de leurs bébés et de leurs partenaires. Quelques 40 millions dollars de plus seront dégagés en faveur des programmes d’Afrique du sud sur la circoncision volontaire pour quelque 500.000 personnes l’an prochain. Des recherches sur les populations à risque seront également financées par Washington à hauteur de 35 millions de dollars. Il ressort des données disponibles que 97% des personnes contaminées se situent dans des pays pauvres.

La conférence internationale sur le Sida qui s’est ouverte dimanche va s’achever vendredi prochain. Quelque 25.000 venus de 190 pays participent à la rencontre avec l’espoir d’une nouvelle mobilisation mondiale contre le sida, dont le virus affecte 35 millions de personnes sur la planète.

Sud Quotidien : APRES L’ENGAGEMENT DE WASHINGTON DANS LA LUTTE CONTRE LE SIDA : Paris favorable a une nouvelle taxe de transaction financière

Après la décision des américains, les français pour ne pas être à la traine face aux préoccupations du monde, se sont eux aussi engagés à faire émerger une génération sans sida. Hier, le président François Hollande s’est adressé aux 25 000 participants à la Conférence internationale sur le sida via un message vidéo, en annonçant une nouvelle taxe française sur les transactions financières. Une mesure qui, selon lui, entrera en vigueur le mois prochain et servira à mieux combattre ce fléau mondial.

L’initiative prise par Washington et Paris pour redonner espoir aux malades du sida est-il un appel à plus de fermeté dans l’engagement des autres pays donateurs à faire émerger une génération sans sida ? En tout cas Paris et Washington ont exprimé leur ferme décision de contribuer à sauver la vie des 8 millions de malades vivant avec le vih. Des personnes qui ont besoin d’accéder d’urgence à un traitement. Ainsi après la décision américaine d’allouer 150 millions de dollars à la lutte contre le sida, la France par la voix de son numéro un, le président Français, s’est adressé aux participants à la rencontre internationale en annonçant l’engagement fort de son pays de débloquer des moyens pour soutenir la lutte contre cette terrible épidémie dont les coûts en vies humaines et les souffrances affligent le monde.

Selon le président français, une nouvelle taxe sur les transactions financières est envisagée et la mesure sera effective à partir du mois d’aout prochain. Les estimations des recettes générées par ces taxes sont de l’ordre 7 à 10 milliards d’euros par an.

En s’adressant toujours à la communauté internationale, le président français annonce que pour l’arrêter l’épidémie du sida, il est nécessaire que les organisations internationales, les associations de lutte contre le sida et les organisations non gouvernementales travaillent ensemble la main dans la main. Il a tenu en outre à inviter les scientifiques à accroître les efforts pour mettre au point un vaccin avant d’interpeller les acteurs de la lutte contre le vih et les Etats à développer la prévention, faciliter l’accès aux dépistages et permettre un accès universel au traitement tout en concentrant les efforts pour protéger les populations vulnérables.

Le Quotidien : PREVENTION - Caravane Fagaru, dirigée par le ministre de la Santé à Dakar : Des moustiquaires et des savons distribués aux populations

Plusieurs districts sanitaires de la Capitale ont été visités hier, par Eva Marie-Coll Seck. A la tête d’une caravane dénommée Fagaru, le ministre de la Santé et de l’Action sociale en a profité pour, entre autres, distribuer beaucoup de moustiquaires, des savons aux populations.

Le ministre de la Santé et de l’Ac¬tion sociale a dirigé hier, une caravane qui a sillonné la ville de Dakar, pour participer à la sensibilisation des populations. Ladite caravane dénommée Fagaru s’est d’abord rendue à la zone de captage, où l’Adjudant-major Alla Ngom et ses hommes ont procédé à une démonstration de saupoudrage, afin de s’attaquer aux moustiques qui habitent dans les herbes. « Notre activité consiste à neu¬traliser les moustiques et pour ce faire, il faut les trouver dans leur milieu naturel. Ensuite, nous allons sensibiliser les populations sur les maladies liées aux eaux d’hivernage comme le paludisme, le choléra etc. »

Autre endroit visité, la Maison d’arrêt et de correction de Hann. Sur place, les agents du service d’hygiène ont désinfecté les différents endroits. Le Major Ngom s’érige en professeur afin de sensibiliser les détenus sur les dangers liés au manque d’hygiène et la nécessité de prendre ses précautions au préalable. En guise de soutien, la délégation a offert aux enfants de « Fort B » des produits composés de savons, d’eau de javel entre autres.

Après le « Fort B », cap sur les Parcelles Assainies où le personnel du centre médico-social Keur Ou-moul Mouminina les attendait. Après avoir écouté les doléances de ce dernier, à savoir le manque de soutien et les difficiles conditions de travail, la délégation, conduite jusque-là par l’adjointe au gouverneur de Dakar, Mme Traoré et le secrétaire du ministère de la Santé, a remis un lot de matériels : 100 moustiquaires imprégnées, du savon ainsi que d’autres produits au centre.

Il est à peine 12h et c’est l’heure à laquelle la caravane arrive au centre Alii Mrane de Oustaz Alioune Sall. Moment choisit par le ministre de la Santé, pour rejoin¬dre la délégation.

Pour un centre de santé à Sangalkam

Après avoir accueilli ses hôtes, le prêcheur dira que « ce geste est venu à son heure ». Selon lui, l’espoir renaît depuis le retour de Eva Marie-Coll Seck à ce département, car estime-t-il : « Nul n’ignore ses compétences dans le domaine de la Santé. » Toutefois, il invite les autres démembrements du gouvernement à suivre le même chemin et sollicite l’appui des autorités pour la construction d’un centre de santé à Sangalkam.

Pour le ministre de la Santé, ce geste s’explique par le fait que Oustaz Alioune Sall s’active dans le domaine de l’éducation et que ses qualités sont reconnues de tous. « Nous avons ciblé les daara où il y a beaucoup d’enfants, confiés à des personnes de confiance et M. Sall est de cette catégorie. C’est une bonne école qui forme des enfants dignes », affirme-t-elle.

A 14h 15, la caravane arrive à Bargny où les populations attendaient le ministre et sa délégation à l’hôtel de ville. Après les mots de bienvenue de Mar Diouf, maire de la localité, Eva Marie-Coll Seck dira. « Je suis venu pour les handicapés et je sais que vous avez beaucoup d’espoir en moi. Ensemble, prions Dieu d’exaucer nos vœux. Ce geste n’est qu’un symbole, pour vous dire que nous sommes à vos côtés. Je serai à votre chevet et je ferai de mon mieux pour vous assister », a-t-elle rassuré. Avant de quitter Bargny, le ministre et sa délégation ont offert au district sanitaire, un important lot de matériels : moustiquaires, savons, eau de javel, entre autres.

Thiaroye sur mer a été la dernière étape. Sur place, la délégation y trouve des femmes qui l’attendaient depuis 11h. Après les doléances formulées par le maire Ndiaga Niang, à savoir la construction d’un centre de santé, la ministre a rassuré les femmes de cette localité. « Je prends acte de ce que vous venez de lister comme problèmes et avec mes services nous allons adopter le meilleur chemin », avance-t-elle.

Les femmes, venues massivement, sollicitent le renforcement des capacités, une ambulance, mais surtout la mise en place d’un poste de santé, à côté de la maternité. Doléances que le ministre de la Santé et de l’Action sociale a bien notées et promet de rendre compte aux services qui dé¬tiennent la compétence. Awa Marie Coll Seck avait à ses côtés la re¬présentante de l’Organisation mon¬diale de la santé, ainsi que d’autres personnalités de son cabinet

Source :http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>