Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
Greffe de bronche : la première mondiale qui sauve le poumon !
Greffer une bronche artificielle à un patient atteint d’un cancer du poumon, c’est la première mondiale grâce à laquelle des médecins français ont pu « sauver » le poumon de ce malade. Une première effectuée en catimini, le 28 octobre 2009 dans un bloc opératoire de l’Hôpital Avicenne (AP-HP) de Bobigny (93). Un an et demi plus tard, le Pr Emmanuel Martinod et son équipe reviennent sur leur intervention réussie. Celle-ci fait aujourd’hui l’objet d’une publication dans une revue de référence : The Annals of Thoracic Surgery.

« Cette innovation chirurgicale a non seulement permis d’ôter la lésion cancéreuse avec des marges de sécurité importantes, mais aussi d’éviter l’ablation complète du poumon », explique le Pr Martinod.

Actuellement, la chirurgie constitue le meilleur traitement des cancers broncho-pulmonaires non-métastatiques. Lorsque la tumeur est située en « périphérie » du poumon, les médecins pratiquent une résection partielle, appelée lobectomie. Elle se limite à retirer un seul des deux ou trois lobes pulmonaires, selon qu’il s’agisse du poumon gauche ou du poumon droit. En revanche, lorsque la tumeur a une localisation centrale, les chirurgiens sont souvent contraints de procéder à l’ablation complète du poumon : il s’agit alors d’une pneumonectomie. C’est une intervention lourde et très invalidante, assortie de surcroît d’un taux de mortalité post-opératoire particulièrement élevé : jusqu’à 26% à 90 jours !

Pour éviter cette intervention, le Pr Martinod et son équipe ont donc tenté la greffe d’une bronche artificielle. Toutes les tentatives réalisées jusque-là s’étaient soldées par des échecs. Les équipes chirurgicales qui s’y sont essayées utilisaient notamment des prothèses spécifiques pour constituer leur matrice. Ils se sont à chaque fois, heurtés à des infections ou à des rejets.

Les médecins restent prudents

Cette fois-ci, les chirurgiens de l’hôpital Avicenne ont adopté une approche différente. Pour concevoir leur « matrice » à l’architecture tubulaire, ils ont utilisé « du tissu artériel provenant de l’aorte », expliquent-ils. « Nous avons ensuite montré que les cellules bronchiques colonisaient cette matrice, pour reconstituer du tissu bronchique avec ses caractéristiques de surface et de rigidité ».

Martinod et son équipe ont alors réalisé « une centaine d’opérations sur un modèle expérimental ». Pour cette première sur un «  vrai » patient, le tissu greffé a été renforcé par la mise en place d’une structure métallique interne - un stent - pour assurer la rigidité initiale du greffon.

Fort de ce succès, Emmanuel Martinod ne s’enthousiasme cependant pas pour autant. «  Nous pensons avoir trouvé la matrice idéale », poursuit-il sobrement. « Mais nous restons très prudents ». Cette équipe française est d’ores et déjà tournée vers une nouvelle étude. Elle vient d’être lancée « sur 20 à 30 patients ».

Source :http://www.destinationsante.com


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>