Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU VENDREDI 09 JUILLET 2010
APS : Kolda : 9 cas séropositifs décelés dans 17 établissements scolaires

L’assistant social Djiby Guissé, coordonateur de l’inspection médicale des écoles de la région de Kolda, a affirmé mercredi que 9 élèves (2 garçons et 7 filles), dont 5 mariées, ont été dépistés séropositifs du VIH/Sida dans 17 établissements scolaire ciblés au courant de cette année académique.

‘’Ils sont pris en charge et poursuivent tranquillement leur scolarité, a confié M. Guissé à l’APS en marge d’un atelier de planification à la base des activités de Santé de la reproduction des adolescents et des jeunes (SRAJ) à Kolda et Sédhiou. Organisé à l’initiative de Intrahelth et l’appui financier de l’USAID, l’atelier a pour objectif d’élaborer un plan d’action des interventions de l’initiative SRAJ pour la période juillet 2010-juin 2011.

L’inspection médicale organise des séances de sensibilisation et d’approche de classe avec l’appui de pairs éducateurs qui ont été formés dans les établissements afin de sensibiliser les élèves sur la santé de la reproduction de manière générale, a confié M. Guissé.

‘’Et, chaque fois qu’il y a un dépistage, il y a tout de suite un dispositif de prise en charge qui est mise en branle au cas où on rencontrerait un cas de séropositivité’’ a encore noté l’assistant social.

Selon lui, une fois la séropositivité établie, la première étape consiste à donner rendez vous à la personne après lui avoir livré le résultat de ses analyses afin qu’elle puisse bénéficier d’un soutien et d’une prise en charge psychosociale. ‘’C’est en ce moment qu’on l’envoi au niveau des structures sanitaires, notamment au laboratoire de l’hôpital régional pour faire les tests de confirmation et être prise en charge sur le plan médical, si nécessaire’’ ajoute M. Guissé.

Il a indiqué que le Conseil national de lutte contre le Sida (CNLS) a mis en place un programme de bourse pour les Orphelins et enfants vulnérables (OEV) dont ces élèves pourront bénéficier l’année prochaine parce qu’ils n’avaient pas été identifiés en début d’année.

‘’Nous les recevons assez souvent pour une prise en charge psychosociale, parce que la plupart du temps, elles sont rejetées par leur famille’’ a fait comprendre Djiby Guissé, précisant que ‘’c’est pourquoi nous essayons de mettre en place une cadre de prise en charge global avec tous les acteurs au niveau de la région. Le coordonateur de l’inspection médicale des écoles de la région de Kolda a précisé que 43 cas de grossesse sont également apparus lors des séances de sensibilisation d’approche de classe de cette année.

‘’Il faut noter qu’on retrouve un pourcentage assez important de filles mariées parmi ces filles qui fréquente le moyen /secondaire et qui ont pris une grossesse en cours d’année scolaire’’ a encore ajouté M. Guissé soulignant que ‘’cette année, on a même reçu une fille de 13 ans en état de grossesse’’.

Le Soleil : STRUCTURES SANITAIRES : Le non-respect de l’ordre d’arrivée dénoncé

Pour se faire consulter, les patients doivent affronter plusieurs épreuves. En effet, dans les structures sanitaires, l’ordre d’arrivée n’est pas toujours respecté. On peut se pointer le premier et être consulté en dernier lieu. Situé au cœur des Parcelles assainies, le centre de Santé Abdoul Aziz Sy Dabakh est fréquenté par de nombreux banlieusards. Le vent est poussiéreux. Des voitures sont stationnées devant la porte d’entrée.

A l’intérieur, juste à droite, les gens font la queue pour acheter des tickets de consultation. On dirait un marché, tellement le bruit est important. Les patients se disputent les places. Selon un vieux trouvé sur les lieux et qui s’est exprimé sous le couvert de l’anonymat : « il n’y a pas d’ordre ici. Chacun fait ce qu’il veut. On ne se respecte pas. Et c’est vraiment dommage ».

Couchée à même le sol, Nafi Ndiaye souffre de maux de ventre. Elle ne parvient pas à se lever pour se faire consulter. La douleur se lit sur son visage. Nafi n’a pas la force d’ouvrir les yeux. Elle est accompagnée par son mari, Mamadou Diop, qui essaye de la relever. « Cela fait plus d’une heure que nous sommes arrivés ici. Mais, on ne veut pas nous laisser entrer. Il y a un manque de solidarité ici. Aucune compassion. Et pourtant, quand arrive un parent du médecin, il entre facilement. Une personne peut même mourir devant eux, cela ne leur pose aucun problème », déplore Mamadou Diop.

Tout d’un coup, des cris se font entendre. Une patiente arrive sur les lieux en criant. Quatre messieurs la tiennent pour éviter qu’elle ne tombe. Toute sa famille est là. Les lieux deviennent, du coup, calmes. La curiosité se lit sur le regard de certains patients. « Khady ! Khady ! Ma fille chérie, pourquoi tu me fais cela ? Pourquoi ? Pourquoi ? Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter cela ? », répète sans cesse une dame. Immédiatement, on fait entrer la patiente en salle de consultations, au moment où les premiers arrivants attendent leur tour pour entrer. Par contre, au centre de Santé Dominique de Pikine, c’est le silence total. Pour se faire consulter, la démarche reste la même. C’est à tour de rôle. Tout le monde est assis. Seulement, un patient se plaint du fait que « ceux qui viennent voir les médecins n’arrêtent pas d’importuner ces derniers, alors qu’ils sont en pleine consultation ».

Dans cette structure sanitaire, le paludisme et la diarrhée sont les maladies les plus fréquentes. La situation est identique au centre de Santé Abdoul Aziz Sy des Parcelles assainies. En effet, selon l’infirmière, « avec l’approche de l’hivernage, les cas de diarrhée et de paludisme sont les plus nombreux ». Au centre de Santé Dominique de Pikine, trois dames se disputent une place. De l’autre côté, les mamans font vacciner leurs enfants. Certains d’entre eux pleurent, par peur de se faire vacciner et d’autres crient, parce qu’on soigne leurs plaies. Foulards sur la tête, visage couvert de larmes, la jeune Fatou est en larmes. Sa maman met ses mains sur sa bouche pour éviter qu’elle ne crie fort. Elle se tord de douleur. Mais, elle ignore ce qui lui fait mal. A côté d’elle, un jeune de 6 ans est couché. Selon sa maman, Ibou a le paludisme. Il a froid. Il tremble.

A la salle d’accouchement, les femmes arrivent toutes fatiguées. Elles ne parviennent pas à marcher toutes seules. On sent qu’elles ont mal. Les sages-femmes font des va-et-vient. Vomissement, diarrhée sont les maux qui fatiguent ces femmes. Par contre, certaines femmes comme Khadija n’ont aucun malaise. « Je n’ai pas ce problème ; par contre, l’odeur du parfum me rebute vraiment », informe-t-elle. De l’avis de Khadija, le personnel s’occupe bien d’eux. Le seul problème, c’est le manque de solidarité. « Les patients n’ont aucun sentiment de pitié, même si tu arrives ici mourant, personne ne te cède sa place ».

Une opinion que partage Astou trouvée au centre de Santé de Hann-sur-mer de Yarakh. Ici, les patients ne sont pas nombreux en cette matinée. Mais, les idées développées restent les mêmes que dans les autres centres de Santé visités.

Source :http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>