Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU VENDREDI 02 JUILLET 2010
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU VENDREDI 02 JUILLET 2010

Walf Fadjri : Pr Souleymane Mboup, lauréat du Grand prix du chef de l’État pour les sciences :‘Il y a de l’espoir que d’ici quelques années des remèdes au Sida voient le jour’

Il existe déjà au Sénégal des traitements contre le Sida, quand bien même, ils ne sont pas d’une longue durée. Mais selon le lauréat du Grand prix du chef de l’État pour les sciences édition 2010, sacré mercredi, l’espoir est permis. Le Pr Souleymane Mboup de la faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odonto-Stomatologie de l’Ucad, chef du laboratoire de bactériologie - virologie du Centre hospitalier universitaire Le Dantec croit sous peu en la découverte au Sénégal d’un remède à cette pandémie. Entretien express !

Wal Fadjri : Comment se portent les recherches scientifiques et techniques au Sénégal ?

Pr Souleymane MBOUP : Globalement, elles sont particulièrement très actives. Et ce, dans différents domaines. Je donnais l’exemple d’une technique de prévention biomédicale basée sur la prévention comme la prophylaxie par les anti-rétroviraux dont on va parler en détail. Donc sur les médicaments, sur le vaccin, c’est un domaine extrêmement large et dans tous ces domaines, il y a des progrès ; et même dans le domaine du vaccin, ce ne sont pas les progrès qu’on espérait. C’est quelque chose qu’on ne peut pas, malheureusement, définir en principe ici.

Wal Fadjri : Serait-ce donc exagéré d’espérer que le remède contre le Sida voit le jour au Sénégal ?

Pr Souleymane MBOUP : Il y a déjà des traitements. Ce qu’il faut, c’est juste améliorer ces traitements pour les simplifier, mais également pour qu’ils soient plus accessibles et qu’on ait la possibilité d’avoir des traitements de plus longue durée. Ces traitements, au bout d’un certain temps, demandent qu’ils soient réadaptés à cause des résistances. Mais, sur ce plan, je crois que depuis les dix dernières années, il y a eu énormément de progrès pour la prise en charge des personnes vivant avec le Vih.

Wal Fadjri : Et où en sont les recherches sur le vaccin contre cette maladie ?

Pr Souleymane MBOUP : Sur le vaccin, je vous l’ai dit, il y a eu beaucoup d’essais vaccinaux, et malheureusement, les derniers n’avaient pas donné de résultats, sauf l’essai thaïlandais où, pour la première fois, on a montré la possibilité qu’on pourrait faire un vaccin, mais les résultats étaient de faible efficacité, mais ces vaccins étaient quand même efficaces. C’était la première fois. Donc, à ce niveau, on est en train de progresser et vraiment dans le bon sens. Je crois qu’il y a de l’espoir que d’ici quelques années que les remèdes à toutes ces maladies (Sida, tuberculose et Paludisme : Ndlr) voient le jour.

Wal Fadjri : Vous êtes honoré aujourd’hui devant la communauté scientifique, pouvez-vous revenir sur l’apport de vos recherches sur la santé publique ?

Pr Souleymane MBOUP : Je crois que cela a été dit. Nous avons beaucoup travaillé sur les maladies infectieuses, mais particulièrement nous avons été à l’origine, avec nos partenaires, de la découverte du Vih 2. Je crois que cela a eu un impact considérable. D’abord scientifique, parce qu’on est un petit pays avec une grande découverte scientifique. Ces travaux ont permis de développer un laboratoire de référence de l’Onusida pour l’Afrique de l’Ouest ; de former une équipe de chercheurs et de techniciens africains, biologistes avec l’organisation du Diplôme universitaire francophone africain de rétrovirologie biologique. Mais ces travaux ont aidé aussi à développer une collaboration scientifique internationale avec les équipes de recherches les plus réputées dans ce domaine à travers le monde.

Ensuite, sur l’impact de la prévention du Sénégal. Je crois que la découverte de ce virus a facilité le démarrage des activités de programme, et avec le Dr Ibra Ndoye, nous avons pu convaincre les autorités qui nous ont suivi et nous ont facilité la mise en place de ce programme. Cette précocité a été à l’origine, d’ailleurs, des résultats importants obtenus pour maintenir le Vih/Sida de manière globale à un taux extrêmement faible au Sénégal. Nous avons également montré dans beaucoup d’autres secteurs des innovations faites au Sénégal dans le domaine de la recherche et de la prévention qui ont servi vraiment au plan mondial. Je crois que c’est l’impact de tout cela qui a été encouragé par le jury. Vous en entendrez très prochainement parler de la pilule pour se protéger de la grossesse. Ce sont des anti-rétroviraux qu’on prend pour se protéger de l’infection. Ce sera une des grandes nouvelles à la conférence de Vienne.

Wal Fadjri : Comment est-ce que vous vous sentez présentement ?

Pr Souleymane MBOUP : Ah ! Très honoré, mais également sentant une très lourde tâche sur les épaules. Pour moi, ce prix n’est qu’une étape et un encouragement pour persévérer dans l’excellence. C’est la joie d’être consacré, mais aussi je mesure tout le poids du défi que cela représente, dans la mesure où le plus difficile, c’est de se maintenir à ce niveau d’excellence.

Source :http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>