Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU JEUDI 10 DECEMBRE 2009
APS : Ouverture jeudi de l’atelier préparatoire des états généraux de la santé

L’Association des médecins d’entreprise du Sénégal (AMES) organise un atelier préparatoire des états généraux de la santé et de la sécurité au travail, jeudi à 9 heures au Centre de formation de la Caisse de sécurité sociale sis en face du Centre de santé Gaspard Kamara. Les travaux qui vont durer deux jours, devront aboutir à l’adoption du ‘’recueil complet des différents textes législatifs et réglementaires régissant la santé et la sécurité au travail au Sénégal et leur amélioration par rapport à la législation internationale en vigueur’’, précise la même source. ‘’La lecture critique de l’avant projet de code de santé et sécurité au travail du Sénégal avec des amendements et propositions de l’AMES pour une amélioration’’ et ‘’l’évaluation de la politique nationale d’amélioration des conditions et du milieu de travail (PNACMT) en mettant en évidence les forces, les faiblesses et les nouvelles orientations’’ font aussi partie des résultats attendus.

De même, la rencontre doit aussi déboucher sur ‘’les propositions de l’AMES concernant les 10 thèmes que le Sénégal doit proposer au comité de rédaction de la future encyclopédie de la santé et de la sécurité en Afrique’’.

‘’A l’issue de l’atelier, l’AMES fera des propositions concrètes pour l’amélioration du cadre législatif et réglementaire de la santé et de la sécurité au travail au Sénégal et sur les 10 thèmes dévolus au Sénégal dans la future encyclopédie de santé et sécurité au travail en Afrique’’, selon le communiqué. De la même manière, ‘’l’AMES devra également mettre en place un comité de suivi chargé de soumettre ces propositions au comité de pilotage des états généraux de la santé et de la sécurité au travail du Sénégal’’.

APS : Un milliard de dollars sont nécessaires pour vacciner les enfants en danger (étude)

Environ un milliard de dollars (environ 500 milliards de francs CFA) supplémentaires seraient nécessaires chaque année pour vacciner les enfants en danger, en dépit d’un record du nombre d’enfants vaccinés dans le monde en 2008, ont estimé trois grandes agences internationale.

En 2008, le nombre d’enfants vaccinés dans le monde a atteint un record de 106 millions. Il reste pourtant beaucoup à faire, puisqu’un milliard de dollars supplémentaire seraient nécessaires chaque année pour vacciner les enfants en danger, a rapporté Destination santé, citant un rapport conjoint rendu public par l’OMS, l’UNICEF et la Banque mondiale. ‘’L’accès à la vaccination n’est pas encore équitable. Nous devons combler le fossé entre les riches et les pauvres, entre ceux qui reçoivent les vaccins indispensables et ceux qui ne les ont pas’’, a indiqué le Dr Margaret Chan, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé. D’après le document intitulé ‘’Vaccins et vaccination : la situation dans le monde’’, la situation financière des pays les plus démunis, constitue un frein difficile à contourner, malgré l’aide internationale’’ ‘’’Même à prix très réduits, le coût des nouveaux vaccins contre les infections à pneumocoques, les diarrhées à rotavirus et le HPV est, pour chacun d’entre eux, plus élevé que le coût de tous les autres vaccins traditionnels réunis’’, mentionne la même source.

Le Soleil : PRISE EN CHARGE DU DIABÈTE : Le coût élevé freine le régime alimentaire

Plusieurs personnes atteintes de diabète ne respectent pas leur régime alimentaire. Une grande majorité des maladies n’a pas les moyens de supporter le coût élevé de la prise en charge. Journée nationale de lutte contre le diabète. Des voix s’élèvent au Centre Marc Sankalé pour demander des conseils. Le représentant de l’antenne de l’Association des diabétiques de Nioro se transforme en porte-parole de tous les Sénégalais atteints de cette maladie.

« Les diabétiques sont très fatigués. Beaucoup d’entre nous dépensent trop d’argent par jour. L’Etat doit subventionner notre prise en charge », prêche ce géant de teint noir emmitouflé dans un grand boubou bleu ciel. Mada Mar, elle, n’élève pas la voix. Elle s’en remet au bon Dieu mais partage la plaidoirie du représentant de l’antenne de Nioro. Cette femme frêle de teint noir traîne le diabète depuis 5 ans. Elle est sous insuline. Mada Mar, origine de la ville de Pikine, reste parfois des jours sans prendre ses médicaments. « Je n’ai pas de moyens pour me payer toujours des médicaments. Il m’arrive de rester des jours sans prendre mon insuline. Ce sont mes parents qui me viennent le plus souvent en aide », confie Mada Mar. « Je voudrais bien me conformer au régime que les médecins me recommandent. Mais je ne peux pas parce que je n’ai pas d’argent pour préparer un menu, à part la nuit. Parfois, je suis tenue de manger le dîner servi pour toute la famille », ajoute Mada Mar. Elle n’est pas la seule à ne pas se conformer au régime alimentaire recommandé au diabétique. Au quartier Bène Baraque, dans la banlieue dakaroise, Maïmouna Bâ mange, malgré elle, des aliments prohibés pour les diabétiques. « Mon époux est à la retraite. Je ne respecte pas de façon stricte le régime alimentaire recommandé par les médecins. Parfois, je fais le grand sacrifice de passer la nuit sans rien manger. L’Etat doit penser aux diabétiques. Il faut une subvention de la prise en charge », a souhaité Maïmouna Bâ. Quant à Khadiatou Diaw, elle se distingue par son dynamisme au milieu de ce monde.

« Les diabétiques doivent faire beaucoup de mouvements. Le fait d’être malade ne doit pas nous confiner au lit. A la maison, je fais presque tous les travaux ménagers. Lorsque je suis fatiguée je me repose », a professé la dame pleine d’énergie. Cette dakaroise supporte avec philosophie son état de santé. Son entrain à la sensibilisation pour une culture du bon comportement cache la faiblesse de ses revenus pour couvrir ses frais de médicaments et supporter le régime prescrit par les médecins.

Source :http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>