Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDENNE DU LUNDI 12 OCTOBRE 2009
Le Soleil : Pikine : Vingt cinq pour cent des adultes sont hypertendus

Vingt cinq pour cent des populations de la zone de Pikine souffrent de maladies cardiovasculaires (hypertendus). La révélation est du chef de service de Cardiologie de l’hôpital Aristide Le Dantec, le cardiologue, le Pr Serigne Abdou Bâ. C’était au cours de la célébration, le dimanche 11 octobre, de la Journée mondiale du cœur. « La prise en charge des maladies du cœur est coûteuse. Elle contribue à la paupérisation des populations. Nous avons donc organisé cette marche pour sensibiliser l’opinion car la sensibilisation est la seule arme valable contre ces maladies cardiovasculaires », a dit le Pr Serigne Abdou Bâ. La Journée mondiale du cœur a été mise à profit par le spécialiste des maladies cardiovasculaires pour signaler que l’hypertension artérielle prend des proportions inquiétantes au Sénégal. Et d’ajouter que les maladies cardiovasculaires constituent « l’une des premières causes de mortalité qui affectent de plus en plus les sujets jeunes ». Toutefois, « la prévalence reste plus importante chez les sujets âgés ». En effet, « selon une enquête réalisée dans la zone de Pikine, 25% des adultes sont porteurs de cette affection qui expose le malade à l’insuffisance rénale et aux complications cardiaques ». « L’hypertension est la première maladie cardiovasculaire. Les enquêtes réalisées dans la zone de Pikine révèlent que 25 % des adultes étaient hypertendus. Ce taux est certainement dépassé à l’heure où je vous parle. Nous sommes en train de mener une nouvelle enquête pour déterminer les facteurs de risque », a-t-il expliqué. Les facteurs sont, entre autre, l’excès de cholestérol, l’absence de l’activité sportive, la consommation du tabac, du sucre... Le cardiologue a indiqué que les personnes qui acculent les facteurs de risques de crise cardiaque éprouvent d’énormes difficultés et peuvent tomber en crise à n’importe quel moment. Avant d’ajouter que l’écrasante majorité des personnes atteintes de l’arrêt cardiaque meurt sur le champ. « L’arrêt cardiaque, c’est ce que nous redoutons plus. C’est l’une des plus grandes complications des maladies cardiovasculaires » a souligné le Pr Ba.

Pour faire face aux maladies cardiovasculaires, qui constituent la deuxième cause de décès au Sénégal après le paludisme, le spécialiste a conseillé aux populations de consommer beaucoup de fruits et légumes. Ces aliments pourraient aider les 57 cardiologues que compte le Sénégal dans la lutte contre les maladies du cœur.

Le Soleil : SENSIBILISATION AU VIH SIDA EN MILIEU SCOLAIRE : Le Raes crée une plate-forme sms

Le projet « Amélioration de la réponse au Vih-Sida par le dépistage volontaire, la promotion des droits humains et la communication » lance la plate-forme sms pour répondre aux interrogations des jeunes relatives aux Infections sexuellement transmissibles et la sexualité. C’est tout à fait nouveau dans le milieu : la sensibilisation au Vih-Sida au Sénégal. Le projet « Amélioration de la réponse au Vih-Sida par le dépistage volontaire, la promotion des droits humains et la communication » financé par Osiwa et exécuté par le Réseau africain des éducateurs pour la santé (Raes) qui s’occupe du volet communication, production et montage audio et vidéo, techniques rédactionnelles, web ; Sida Service sur la promotion du dépistage volontaire et l’Association sénégalaise pour la citoyenneté et le développement (Asprocid) sur les droits humains, stigmatisation et discrimination, vient de mettre sur pied une « plate-forme sms ». Son rôle est de répondre aux questions que se posent les jeunes sur le Vih-Sida et la sexualité. La mise en place de cette plate-forme fait suite à une série de formations destinées aux parents d’élèves, aux élèves et aux enseignants qui constituent des point focaux dans les établissements-pilote que sont le lycée Blaise Diagne, le lycée des Parcelles assainies et du Collège Sacré Cœur. Ce sont eux qui animent le site Internet mis sur pied pour la sensibilisation. Le concept, selon le responsable de la cellule audiovisuelle du Raes, Idrissa Mbaye, s’adresse aux élèves formels et non formels. Le choix sur les sms s’explique d’après lui, par le fait qu’« ils ont pris une place importante dans les communications de jeunes ». Mais surtout, « les jeunes ont des préoccupations et questions qu’ils veulent souvent poser, mais par honte ou pudeur ne le font pas », explique M. Mbaye. Garantissant l’anonymat, il suffit que les jeunes envoient leurs questions au 77-800-20-77 et quelques instants après, ils reçoivent la réponse, explique-t-il. Le coût du sms est de 200 frs, quel que soit l’opérateur. Les auteurs du projet indiquent qu’il y aura une évaluation de manière périodique.

Sud Quotidien : CROISADE CONTRE LES MALADIES CARDIO-VASCULAIRES AU SENEGAL Le parlement s’engage à appuyer les malades

Ils étaient nombreux hier, dimanche 11 octobre, au rendez-vous pédestre destiné à marquer la Journée mondiale du cœur. Plusieurs personnalités politiques, sanitaires et acteurs dans la lutte contre ce fléau ont participé à la célébration de cette Journée mondiale. Face aux maladies cardio-vasculaires qui sont en train de décimer des milliers de vies, l’Assemblée nationale est montée au créneau et s’est s’engagée à apporter son soutien dynamique à la lutte. C’est son président, Mamadou Seck, qui l’a affirmé avec force, dans l’hémicycle, en recevant les organisateurs de cette grande mobilisation ainsi que les autorités sanitaires. Première cause de mortalité dans le monde et deuxième au Sénégal après le paludisme, les maladies cardiovasculaires appelées « tueuses silencieuses » déciment les populations, beaucoup plus que le sida et la tuberculose. Et cette tendance, loin de régresser, prend au contraire de plus en plus d’ampleur, au point de devenir une menace inquiétante pour tous. Afin d’attirer davantage l’attention sur ce fléau, la Journée mondiale du cœur a été l’occasion de mobiliser hier, à Dakar, une foule impressionnante. Autorités sanitaires, professeurs, médecins, étudiants, infirmiers, malades, leaders d’associations, jeunes, vieux et femmes de toutes les couches de la société ont été à ce grand moment de mobilisation à laquelle se sont associés des dirigeants politiques dont Ousmane Tanor Dieng du Parti socialiste et Ousmane Masseck Ndiaye du Pds, par ailleurs président du Conseil économique et social,. C’est vers 09 heures 30 mn que la procession a pris son envol, au Triangle Sud. Organisateurs et participants, tous habillés en tee-shirts blancs avec képis vissés sur la tête, ont déroulé alors, pendant plusieurs heures et sous un soleil ardent, pancartes et banderoles. L’on pouvait y lire leurs messages de détermination : « Engageons-nous ensemble à lutter contre les maladies cardio-vasculaires », « Barrons la route aux tueuses silencieuses » ou « Luttons contre les facteurs de risque ». La procession, partie donc du rond point de la Rts , a arpenté l’Avenue Blaise puis la place de Washington, l’Assemblée nationale et l’hôpital Principal de Dakar. Le président de l’Assemblée nationale, visiblement touché par cette forte mobilisation, a annoncé l’engagement de son institution à appuyer la Société sénégalaise de cardiologie dans le combat qu’elle mène face aux menaces croissantes des maladies cardiaques. Entre cette organisation et son institution, le président Mamadou Seck a révélé que les contacts sont déjà pris et que, dans les jours à venir, il s’agira d’établir les modalités de leur partenariat.

POUR UNE VASTE COALITION CONTRE LES MALADIES DU CŒUR

A l’hôpital Principal, les randonneurs seront rejoints par des malades du cœur venus se faire entendre. C’est à 10 heures 30mn que les marcheurs sont arrivés à la place de l’indépendance pour s’exprimer de vive voix et lancer des appels contre ce mal insidieux qui abat de plus en plus de personnes dans la société et qu’il ne faut pas ranger dans la fatalité. Devant la foule, le secrétaire général du ministère de la Santé et de l’hygiène publique s’est réjoui de cette initiative qui a mobilité autant de monde et salué la présence de Ousmane Masseck Ndiaye, président du Conseil économique et social qui a partagé cette manifestation du début à la fin. Il a salué aussi la participation des acteurs de la Santé , des jeunes et moins jeunes ainsi que les femmes qui ont démontré leur engagement dans la lutte contre les maladies cardiovasculaires. « Cette marche doit être le point de départ d’une vaste coalition dans le cadre de la lutte contre les maladies cardiaques » a-t-il indiqué. Pour sa part, le Pr Serigne Abdou Bâ, président de la Société sénégalaise de cardiologie a insisté sur le fait que les maladies cardiaques font partie des maladies chroniques dont la prise en charge reste très difficile car elle est coûteuse et contribue à la paupérisation des malades.

Sud Quotidien : SENSIBLISATION DES JEUNES SUR LA PANDEMIE DU SIDA Le Raes dresse son bilan à mi-parcours

Le Raes, Réseau Africain pour l’Education et la Santé , a organisé hier un point de presse dans ses locaux au cours duquel les responsables de la structure ont dressé un bilan à mi-parcours de sa croisade contre la pandémie du Sida. Le Réseau Africain pour l’Education et la Santé a organisé ce vendredi un point de presse au cours duquel les responsables de la structure ont dressé un bilan à mi- parcours de ses activités. En plus du concours national organisé pour les jeunes âgés entre 15 et 25 ans un serveur pour des sms a été mis à la disposition des personnes de cette même frange d’âge. Selon M. Idrissa Mbaye, chargé du volet technique de ladite structure : « Ce dispositif informatique a pour but de permettre aux jeunes d’avoir des réponses claires à leurs interrogations et ce, sous le sot de l’anonymat ». L’initiative semble emporter l’engouement des jeunes au vu du nombre de participants qui est de plus en plus croissant. Du moins, c’est l’avis de M. Loppy formateur au centre du conseil jeunes et ado. Selon lui : « Plusieurs questions discrètes nous sont déjà parvenues. C’est parce que certains adolescents veulent savoir comment on attrape le sida. D’autres demandent à connaître les méthodes de prévention ». Le choix porté sur les sms n’est dès lors pas fortuit ni dénué de sens. En effet, les jeunes ne se sentent pas totalement en sécurité dés lors qu’il est question d’imprimer sa voix. Selon M. Farah Diaw président de la structure : « Les sms garantissent aux jeunes qu’ils sont totalement sous le sceau de l’anonymat. Les techniciens chargés de répondre aux interrogations sont formés de telle sorte qu’ils savent quel langage emprunté avec les personnes cibles ». Toutefois, les sms ne sont pas à la portée de tous. En l’occurrence les adolescents qui ne savent ni lire ni écrire. Pour ces derniers, les dirigeants du Raes envisagent de mettre sur pied un serveur de quatorze langues nationales. Ce sera une façon d’arrondir les angles en permettant à toutes les franges d’adolescents quelque soient leurs origines sociales de pouvoir bénéficier des conseils. Du moins selon les propos de M. Diaw : « l’initiative de convier tous les adolescents y compris ceux qui n’ont pas eu la chance d’aller à l’école s’inscrit dans nos projets ». Pour terminer les dirigeants du Raes ont précisé que toutes les activités sont menées sous le sceau du volontariat. Ils n’excluent cependant pas de nouer des collaborations avec les operateurs de téléphonie mobile et les ministères de la communication et celui des Ntic. Selon M. Samb, membre de l’organisation : « ce genre de collaborations pourront nous permettre de gratifier les sms aux adolescents ». Précisons que le coût d’un sms envoyé revient à 20F Cfa.

Source :http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>