Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU VENDREDI 09 OCTOBRE 2009
APS : La cécité aggrave la pauvreté, selon un officiel

Les répercussions socioéconomiques de la cécité sont ‘’énormes’’ et contribuent à l’aggravation de la pauvreté qui est déjà ‘’fort préoccupante’’, a estimé jeudi à Dakar, le docteur Boubacar Dankoko, conseiller technique au ministère de la Santé , de la Prévention et de l’Hygiène publique. Pour ces raisons, ‘’les enjeux socioéconomiques importants que cache la lutte contre la cécité sont devenues une préoccupation majeure pour les autorités sanitaires du Sénégal’’, a dit le docteur Dankoko qui présidait la journée mondiale de la vue, ainsi que le lancement du projet de renforcement des acquis de l’initiative santé pour la paix. Le thème retenu cette année, ‘’Genre et santé oculaire : accès équitable aux soins’’, vise à assurer le plaidoyer auprès des décideurs, à mobiliser les professionnels de la santé et les partenaires et à sensibiliser les populations sur l’importance de l’égalité de l’accès oculaires pour les hommes et les femmes, a-t-il expliqué. ‘’Les spécialistes nous apprennent qu’à chaque minute, 3 à 4 personnes perdent la vue dans le monde’’, a fait savoir Boubacar Dankoko, précisant que ce nombre de personnes aveugles ‘’risque de doubler d’ici 2020 si les tendances persistent’’. Il a, a cet effet, indiqué qu’en plus de la perte de la joie de vivre de l’individu, les hypothèses que la cécité fait peser sur le développement national justifient la priorité accordée à la sauvegarde de la vue. Le docteur Cheikh Ndiaye, expert à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a souligné pour sa part que l’amélioration des services de soins ophtalmologiques passe par l’élaboration et l’intégration d’un plan national complet de prévention de la cécité dans le système de soin de santé Selon lui, les deux tiers des personnes aveugles dans le monde sont des femmes et des filles. A l’échelle mondiale, a-t-il précisé, les déficiences visuelles sont plus fréquentes chez les hommes et les femmes à partir de 50 ans. ‘’Pourtant, dans certaines parties du monde, les hommes et les femmes ne bénéficient pas toujours de services d’ophtalmologie sur un pied d’égalité’’, a ajouté l’expert de l’OMS. C’est pourquoi il estime qu’il est urgent de réparer cette injustice, d’autant plus que 80 pour cent des cas de cécité sont évitables car facilement traitables’’.

APS : L’Institut Pasteur de Dakar devient fondation de droit sénégalais

L’Institut Pasteur de Dakar a changé de statut devenant ainsi une fondation de droits sénégalaise grâce notamment à une convention signée récemment dans ce sens entre l’Institut et les autorités sénégalaises. La cérémonie de signature a eu lieu le 29 septembre, en présence de la ministre de la Santé , de la Prévention et de l’Hygiène publique, du directeur de cabinet du ministre d’Etat, ministre de l’Economie et des Finances, de l’ambassadeur de France et du Professeur Alice Dautry, directrice générale de l’Institut Pasteur à Paris. ‘’Le nouveau statut de l’Institut Pasteur de Dakar lui assurera non seulement une plus grande visibilité, mais également une capacité à obtenir de nouvelles sources de financement et de nouveaux partenariats’’, précise un communiqué reçu jeudi, à l’APS. L’Institut Pasteur, ajoute la même source, a joué un ‘’rôle majeur dans les domaines de la santé publique, de la recherche et de l’enseignement. Il est le seul lieu de production de vaccin contre la Fièvre Jaune dans toute l’Afrique subsaharienne’’. La nouvelle fondation ambitionne de quadrupler sa capacité de production de vaccin contre la fièvre jaune avec 40 millions de doses pour répondre aux attentes de l’OMS grâce notamment à la construction d’une nouvelle unité de production. L’objectif visé est d’atteindre en 2010 un plein rayonnement avec le soutien de l’Etat du Sénégal et de l’Institut Pasteur de Paris. 86 ans après sa création, l’Institut Pasteur de Dakar a vacciné 10 millions de personnes contre la fièvre jaune dans le monde. Il a accueilli 75 000 personnes à son Laboratoire d’analyse médicale et 7 unités de recherche ont signé de nombreuses conventions dont certaines ont publié dans les meilleures revues scientifiques mondiales. La cérémonie de signature du nouveau statut a eu lieu le 29 septembre en présence de la ministre de la Santé , de la Prévention et de l’Hygiène publique, du Directeur de cabinet du ministre d’Etat, ministre de l’Economie et des Finances, de l’ambassadeur de France et du professeur Alice Dautry, directrice générale de l’Institut Pasteur à Paris.

Pied diabétique : La thérapie à la tronçonneuse de plus en plus fréquente

WALF FADJRI : La thérapie à la tronçonneuse ! Cette méthode de l’amputation est de plus en plus utilisée pour le traitement des patients souffrant de diabète sucré. Et pourtant, avertissent les spécialistes, la majorité de ces amputations pouvaient être évitées. Dans les services spécialisés des établissements de santé, les amputations sont de plus en plus fréquentes. A l’origine : le diabète sucré. A cause de cette pathologie, on assiste à des centaines, voire des milliers d’amputations chaque année à travers le monde. ‘Notre pays, le Sénégal, n’est pas un cas isolé’, alerte le Professeur Saïd Nourou Diop, Directeur du Centre Mark Sankalé, une structure de référence dans la prise en charge des diabétiques.

Le diabète sucré, c’est quoi ? C’est le fait qu’il y ait une augmentation quasi permanente du taux de sucre dans le sang. Et n’importe quel type de diabète peut développer le pied diabétique, informe le Professeur Diop qui participait au programme de formation à la prise en charge du diabète dénommé Prodiabetiq (Programme d’éducation du diabétique). Ce programme, initié par la firme pharmaceutique Sanofi Aventis, a permis de former six cents médecins généralistes à travers l’Afrique de l’Ouest. L’objectif principal du Prodiabetiq est d’aider à la décentralisation de la prise en charge diabétique, mais aussi à l’accroissement de son dépistage à travers le don d’outils spécifiques. Les laboratoires Sanofi Aventis ont montré leur engagement dans la prise en charge du diabète. C’est ainsi qu’ils ont scellé un partenariat avec le Réseau africain pour la télémédecine en Afrique (Raft) et l’Université numérique francophone mondiale (Unfm) pour optimiser ce programme de formation à la prise en charge du diabète à travers l’exploitation des Ntic et la possibilité qui en découle de faire partager l’expérience de divers experts dans ce domaine. Il semble difficile de dire avec exactitude le nombre de Sénégalais qui souffrent de la maladie du diabète au Sénégal. Cependant, les estimations les plus constantes font état d’un nombre variant entre 200 et 300 000 Sénégalais, soit entre 2 et 3 % de la population nationale, selon les dernières études faites sur la maladie en 2003, révèle le Pr Diop. Selon le directeur du Centre Mark Sankalé, le diabète monte et progresse à une allure vertigineuse avec des statistiques qui montrent que le nombre de cas diagnostiqués ne cesse d’augmenter. D’ailleurs, comme dans tous les pays monde, le constat est le même : le diabète est beaucoup plus fréquent chez les sujets âgés de plus de 40 ans. A l’échelle mondiale, le nombre de diabétiques devrait augmenter de... 130 % dans les vingt-cinq prochaines années ! En 2025, la prévalence du diabète chez l’adulte devrait ainsi s’élever à 5,4 % de la population totale : plus d’une personne sur 20 ! Et plus de 70 % des diabétiques vivront dans les pays en voie de développement. Une situation préoccupante, particulièrement en ce qui concerne le diabète de type 2, autrefois qualifié de non insulino-dépendant et qui représente 90 % de l’ensemble des diabètes sucrés ! Aux Etats-Unis, la prévalence de la maladie a augmenté de 49 % au cours de ces onze dernières années ! De la même manière, un Australien de plus de 25 ans sur quatre est diabétique ou susceptible de développer la maladie dans les dix ans. Quant au monde arabe, il est frappé de plein fouet par ce fléau. Au Moyen-Orient, 9,2 % de la population en serait atteinte. C’est le record mondial. Et plus de 24 % des Qataris seraient diabétiques. Pratiquement une personne sur quatre ! Quant aux pays du Maghreb, ils ne sont pas en reste. L’Organisation mondiale de la Santé estime qu’au moins 4,5 % des plus de 20 ans y sont atteints de diabète de type II. Un pourcentage qui devrait monter à 6 %, voire 7 % dès 2025. Au Maroc, c’est 8 % de la population qui en souffrirait. Soit 2 millions et demi de personnes sur un total de 30 millions.

Source :http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>