Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU JEUDI 10 SEPTEMBRE 2009
Ramadan : les modifications des habitudes alimentaires, sources de troubles pour la santé

APS : Les modifications observées dans les habitudes alimentaires des musulmans pratiquant le jeûne du ramadan peuvent avoir ‘’des répercutions sur la vigilance et la santé en général’’, indique une étude du Centre hospitalier universitaire (CHU) Ibn Rochd de Casablanca, au Maroc.

L’étude conduite par le professeur Asmaa Bendahmane relève que certains jeûneurs peuvent être en proie à des ‘’troubles gastro-intestinaux dus notamment à une alimentation trop riche en protides et en lipides’’.

S’y ajoute que, selon la même source, la pratique du ramadan peut également entraîner une ‘’fatigue occasionnée par une diminution de la durée du sommeil’’, ainsi qu’une ‘’baisse des performances physiques et de la vigilance’’.

Pour éviter ces troubles, le professeur Asmaa Bendahmane recommande aux jeûneurs de boire beaucoup d’eau - entre 1,5 et 2 litres par jour - et de dormir suffisamment (7 à 9 heures de sommeil par jour) et ‘’à des horaires constants’’.

L’auteur de cette étude datant de 2005 préconise aussi une ‘’alimentation équilibrée’’, pauvre en lipides et glucides mais riche en ‘’fruits et légumes‘’, tout en recommandant l’espacement des repas prévues pour la rupture du jeûne.

‘’L’intervalle idéal est de 3heures et demi à 4 heures entre chaque repas’’, précise une des recommandations de cette étude qui conseille dans le même temps d’éviter ‘’d’aller au lit juste après avoir mangé’’.

Le Soleil : COMMUNAUTAIRE A THIES : L’élargissement des activités de promotion souhaitée

Dans le cadre de la promotion de la santé communautaire où l’information pour un changement de comportement dans le but de prévenir les infections, le district sanitaire de Thiès, en relation avec les populations bénéficiaires, a procédé récemment à une journée d’évaluation.

Pendant trois mois, des travaux de nettoiement des quartiers situés autour du centre de Santé du quartier 10è Riaom ont été menés par le district sanitaire de Thiès, en relation avec les Organisations communautaires de base regroupant les femmes, les jeunes et même des personnes du troisième âge. Ceci en raison des thèmes de santé développés durant cette période de mobilisation sociale ficelée en rapport avec les postes de Santé concernés. Au quartier Carrière, le Dr Abib Ndiaye, médecin-chef du district sanitaire de Thiès, a exposé sur le diabète sucré, à la cité Malick Sy sur la tuberculose et le Vih/Sida, au quartier 10è sur le paludisme, etc. Des moments forts d’échanges entre le public et les professionnels de la Santé à travers des jeux de questions-réponses qui ont, à chaque fois, permis de jauger de la bonne réception des messages véhiculés auprès des populations. L’appréciation positive faite par ces dernières lors de la réunion d’évaluation invite les autorités sanitaires du district de Thiès à élargir ces activités à d’autres quartiers.

Dans sa synthèse, Dr Ndiaye a remercié les collectivités locales de Thiès, leurs premiers partenaires, le Comité de santé du centre de Santé du 10è qui a supporté l’essentiel des charges financières liées à de telles activités. Il en a profité pour lancer un appel à toutes les bonnes volontés, structures comme individus, à accompagner ces activités. Car, « elles rentrent en droite ligne dans la stratégie du « médecin sans blouse » lancée par le chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade », rappelle-t-il. Et de conclure en exhortant la jeunesse des quartiers à s’engager davantage pendant les journées de nettoiement à leur côté parce qu’ils sont les principaux concernés dans cette quête d’un environnement immédiat propre.

Sud Quotidien : PROPAGATION DE LA TUBERCULOSE L ’ampleur devient inquiétante dans les banlieues

Comparé au paludisme et au Sida, aucune action digne de ce nom n’a été entreprise pour la prise en charge réelle de la sensibilisation contre la tuberculose. A cela s’ajoutent la stigmatisation et l’ignorance des causes comme les conséquences de cette terrible maladie par les populations. Une situation qui compromet de plus en plus les chances pour les acteurs d’arriver à bout de la maladie. Mamadou Mbaye, Président d’une association de lutte contre le fléau dans le département de Guédiawaye a tiré hier mercredi, la sonnette d’alarme face aux conséquences des énormes difficultés rencontrées par les acteurs dans la lutte contre cette maladie qui prend des proportions inquiétantes à cause de la pauvreté croissante des différentes couches de la population, des effets de la promiscuité et du manque d’hygiène.

Des dispositions de sensibilisation contre la tuberculose sont quasiment inexistantes si l’on comparait avec tout ce qui se fait pour prévenir contre le paludisme et le Vih/Sida. Une situation qui ne rassure nullement les acteurs qui évoluent sur le terrain. Au moment où les dernières statistiques révèlent que le nombre de Sénégalais souffrant de la tuberculose a fortement augmenté. Ce qui signifie que bien des efforts sont encore à faire pour éduquer les populations par rapport aux différents moyens de lutte contre la maladie, a estimé le responsable de l’Association de lutte contre cette maladie à Guédiawaye.

Un des quartiers populaires de la banlieue où, à cause de la forte concentration humaine doublée de l’absence d’hygième dans certains de ces recoins, il n’est pas rare de suspecter les signes (fortes toux et amaigrissements) de cette maladies chez certaines personnes. C’est dire que la maladie est en train de prendre des proportions insoupçonnées au Sénégal,. En effet, rien qu’en 2008, 11 400 cas de tuberculeux ont été recensés au Sénégal contre 10 400 cas en 2007, soit une année seulement auparavant, selon des données statistiques nationales.

Une situation que le président de l’Association de la lutte contre la maladie à Guédiawaye impute à l’absence de sensibilisation contre la maladie. Selon lui, une étude réalisée dans une centaine de foyers et des garages de taxis clandos et de mécaniciens dans le département de Pikine et de Guédiawaye a montré l’ignorance totale par les populations du mode de transmission de cette maladie considérée comme un fardeau humain. Car lorsque l’individu contracte la maladie, cela crée un vide non seulement au sein de sa famille, mais aussi dans le milieu dans lequel il travaille. Sans compter les conséquences que cela puisse entraîner pour l’ économie familiale et nationale.

C’est pourquoi, Mamadou Mbaye estime qu’il urge de développer et de renforcer le volet sensibilisation en impliquant toute la population locale particulièrement, les imams, les maîtres coraniques, les leaders d’opinions, ainsi que les Ocb et les Gie. Et selon lui cette sensibilisation doit mettre en exergue toutes les dispositions à prendre au niveau des différents moyens de transports publics où il y a lieu de mettre partout des autocollants pour informer sur les modes de transmission de la maladie, tous les voyageurs qui sont régulièrement entassés dans les bus, tatas entre autres véhicules de transport.

Car il reste convaincu que les transports publics constituent des lieux favorisant parfois la contamination à la maladie. En ce qui concerne les malades qui disparaissent en cours de traitement, le président de la même association indique que des recherches précoces devraient être faites en se basant sur des relais communautaires pour mieux identifier les patients qui changent souvent de domicile par peur d’être stigmatisé, après avoir entamé leur traitement dans les centres de soins spécialisés. Il préconise aussi que toute personne qui tousse pendant 15 jours puisse faire l’objet d’un dépistage de la tuberculose. Il faut rappeler que Dakar occupe le peloton de tête des régions les plus touchées par la maladie suivie de Thiès et de Diourbel.

Source :http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>