Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU MARDI 25 AOUT 2009
APS - Les changements d’habitude alimentaire et de sommeil peuvent influer sur la vigilance (étude)

Une étude du CHU Ibn Rochd de Casablanca (Maroc) a conclu que les bouleversements aussi bien au plan des habitudes alimentaires que du sommeil, liés au jeûne du ramadan, peuvent avoir des conséquences sur la vigilance et la santé. ‘’Ces changements au niveau des habitudes alimentaires et de sommeil ne sont pas sans conséquences sur la vigilance et la santé en général’’, précise l’étude publiée sur le site de ‘’Destination Santé’’. Maîtriser sa satiété tout en gardant la forme est ‘’le difficile équilibre à trouver pour les millions de musulmans qui pratiquent le jeûne du Ramadan’’, souligne l’équipe du CHU Ibn Rochd de Casablanca (Maroc) qui s’est penchée sur la question en 2005. Les différents maux qui ont été détectés au cours de ce travail sont ‘’les troubles gastro-intestinaux dus notamment à une alimentation trop riche en protides et en lipides, fatigue occasionnée par une diminution de la durée du sommeil (qui devient aussi plus fractionné), baisse des performances physiques et de la vigilance...’’

‘’Le mois du Ramadan se caractérise par un certain nombre de changements dans le comportement et les habitudes du jeûneur’’, expliquent les chercheurs.

Pour bien traverser cette période de diète, quelques règles hygiéno-diététiques sont à respecter. Les chercheurs conseillent ainsi de ‘’boire de l’eau en quantité suffisante (1.5 à 2 litres par jour) et de ‘’s’alimenter de manière équilibrée’’, tout en évitant ‘’les excès de gras et de glucides pour privilégier les fruits et les légumes’’. Ils recommandent aussi d’’’espacer les prises alimentaires (3 à 4 heures entre chaque repas) et éviter d’aller au lit juste après le dîner’’. De même, il faut aussi ‘’garder des horaires constants de sommeil avec une durée qui permet la récupération (7 à 9 heures selon les individus)’’.

Et en cas de problème de santé, ‘’n’hésitez pas à consulter votre médecin. Et surtout précisez-lui bien que vous observez le jeûne. Cela peut lui éviter de perdre du temps dans son diagnostic’’.

LE SOLEIL - PALUDISME : L’affection baisse chez les enfants de moins de 5 ans

La deuxième enquête nationale sur le paludisme au Sénégal confirme une baisse de la prévalence de la maladie chez les enfants de moins de 5 ans. Toutefois, il reste des efforts à faire dans les régions de Tambacounda et de Kolda. Le Centre de recherche pour le développement humain (Crdh) de Dakar a réalisé une enquête nationale sur le paludisme au Sénégal (2008-2009). Cette étude, qui a été restituée récemment, a couvert la période allant de novembre 2008 à janvier 2009. Elle révèle que 58% des ménages possèdent des moustiquaires imprégnées à longue durée d’action. La proportion reste plus élevée en zone rurale qu’en milieu urbain. S’y ajoute une augmentation de l’utilisation qui a presque doublé en l’espace de deux ans. De plus, l’enquête jette la lumière sur la prévalence de la maladie. Celle-ci est en baisse, surtout chez les enfants de moins de 5 ans où elle est de 6%. Cependant, cette prévalence reste relativement élevée dans les régions de Tambacounda et Kolda où elle est respectivement de 23% et de 19%. « Les indicateurs montrent de façon claire et précise la baisse de la prévalence du paludisme au Sénégal, même si dans les régions de Kolda et Tambacounda, elle reste encore élevée », fait remarquer Mohamed Ayad, de Marco International. « Cette enquête vient confirmer toutes les informations que nous donnions sur la baisse de la mortalité et de la morbidité. Mais, il reste beaucoup à faire dans les régions de Tambacounda et de Kolda. Nous sommes amenés à développer des stratégies spécifiques pour ces régions », a souligné le coordonnateur du Programme national de lutte contre le paludisme (Pnlp), le Dr Pape Moussa Thior.

Les récents indicateurs de l’enquête indépendante serviront de base de peaufinage et de réajustement des stratégies pour le Sénégal qui est sur la bonne voie pour intégrer le cercle restreint des pays qui ont maîtrisé le paludisme. « Dans le cadre de la mise en œuvre de tout programme, il est nécessaire de procéder à des évaluations périodiques en vue d’une meilleure appréciation des progrès réalisés vers l’atteinte des résultats. Cette enquête sera d’un grand apport dans la détermination de notre efficacité dans la mise en œuvre des stratégies adaptées par le Sénégal pour endiguer le fléau », souligne le conseiller technique numéro 1, Mady Ba. Les universitaires, qui ont pris part à la restitution de cette étude, ont salué sa pertinence, d’autant qu’elle a aussi donné des informations sur les enfants souffrant d’anémie.

LE SOLEIL - ENAMPORE : 406 PATIENTS SOIGNES GRATUITEMENT

Des consultations et dépistages gratuits ont profité le week-end dernier à 406 patients de la Communauté rurale d’Enampore (sous-Préfecture de Nyassia, département de Ziguinchor). Ils ont été organisés par la famille et les amis du défunt député et professeur d’université, Marcel Bassène, qui célébraient le 3ème anniversaire de son rappel à Dieu, grâce au soutien de cœurs charitables. Les malades examinés ont bénéficié gracieusement de médicaments pour soigner des pathologies articulaires, diagnostiquées chez les personnes adultes et des cas de grippe et de paludisme constatés sur des enfants notamment. Une cinquantaine de patients, souffrant de pathologies cardiaques, ophtalmologiques, gynécologiques ou pédiatriques ont été transférés à d’autres structures de Santé.

LE SOLEIL - KAOLACK : LE MOUVEMENT CITOYEN DE BOUSTANE FAIT DON DE 900 MOUSTIQUAIRES

Œuvrer pour l’émergence et le développement du quartier de Boustane, c’est l’objectif principal du Mouvement citoyen pour le développement de Boustane. Le week-end dernier, il a organisé une journée de consultations médicales gratuites, un don de sang et de 900 moustiquaires, en plus d’une conférence sur la prévention du paludisme. Avec l’appui de Baye Assistance Médicale (une association de médecins généralistes et spécialistes) et en partenariat avec le Secours islamique France-Sénégal, plus de 100 personnes ont pu être consultées gratuitement et plus de 50 volontaires ont offert du sang à la structure régionale.

SUD QUOTIDIEN - SANTE DE LA REPRODUCTION/ TAMBACOUNDA : LES PAIRS EDUCATEURS METTENT LA MAIN A LA PATTE

De la matière en termes de santé de la reproduction, la région naturelle du Sénégal Oriental en dispose suffisamment. Ici, les grossesses précoces et autres infections sexuellement transmissibles, ou encore le Vih/Sida ont encore des jours devant eux. Les pairs éducateurs s’organisent en réseau et comptent jouer pleinement leur partition pour barrer la route à ces obstacles à la santé de l’adolescent et de la femme.

Le réseau des pairs éducateurs de la région de Tambacounda porté sur les fonds baptismaux il y a à peine un trimestre, s’active pour aller en croisade contre les maladies altérant la santé de l’adolescent et de la femme. Il boucle ce mardi une session de formation en administration et gestion d’une association. « L’on ne grimpe point sur un arbre par les feuillages, c’est pourquoi, nous avons voulu mettre un accent tout particulier sur le mode d’administration et de gestion d’une association comme la nôtre. C’est une façon pour nous de mieux entrer, en tant qu’association, dans le combat pour une santé de la reproduction exempte de toute faille, aux côtés des institutions et services publics, des ONG et toute autre structure officiant dans ce domaine » expliquera le président Boubacar Dia. Les 35 membres du réseau ont dès le premier jour de la formation assurée par le coordonnateur du Centre Conseil pour Adolescents, planché sur le module « Association », histoire, si l’on en croit Madou Cissé, de passer au peigne fin le mode de création d’une association, le cadre juridique régissant son fonctionnement implicite, entre autres. Hier lundi, les pairs éducateurs ont statué sur la gestion administrative et celle financière sera au menu de la session ce mardi. Ces jeunes, qui ont d’ailleurs fait l’unanimité autour d’eux à travers leurs brillantes prestations théâtrales, leurs missions de sensibilisation sur la santé de la reproduction dans les coins les plus reculés de la région, et dont la plupart est formée par le Centre Conseil pour Adolescents de Tambacounda, diront compter sur le concours des collectivités locales et des partenaires de l’Etat du Sénégal pour élargir leur champ d’intervention et dérouler un programme spécifique. Ils ont pris part à la rencontre nationale des pairs éducateurs tenue à la fin du mois de juillet dernier à Thiès, et font des mains et des pieds pour accueillir celle de 2010. « D’ici là, nous nous attèlerons au maillage du territoire régional par la mise en place de cellules dynamiques au niveau de chaque département », soutiendra le vice président Idrissa Gaye. Les autorités médicales de la région se féliciteront de cette initiative des jeunes pairs éducateurs dont ils diront beaucoup de bien et salueront leur courage.

Source :http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>