Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU MERCREDI 05 AOUT 2009
APS : Un gréviste de la faim échappe de peu à la mort, selon un médecin

Quelque 19 anciens travailleurs d’Ama Sénégal en grève de la faim ont été évacués dans plusieurs structures sanitaires de la place dont un sauvé de justesse, a indiqué mardi à Dakar, le docteur Djibril Sarr, le chef du service médical d’Ama Sénégal.

‘’Nous avons évacué depuis le début du mouvement (le 21 juillet) 19 grévistes de la faim dont un dans état très critique. Ce dernier a échappé de très peu à la mort, lors de son évacuation’’, a-t-il déclaré, lors d’un point de presse à la Cathédrale de Dakar où qu’ils ont choisi pour observer leur mouvement.

Le médecin a précisé que parmi les grévistes de la faim dont il a ordonné l’évacuation, pour des raisons humanitaires, ‘’beaucoup sont hypertendus et déshydratés tandis que d’autres souffrent de problèmes cardiaques’’.

‘’La situation est alarmante parce qu’ils refusent de manger et de boire. Nous craignons que les plus faibles succombent, si le mouvement perdure’’, a prévenu Dr Sarr, tirant ainsi la sonnette d’alarme.

Les anciens travailleurs d’Ama Sénégal, au nombre de 327, ont été licenciés en juillet 2006.

Aujourd’hui regroupés au sein d’un collectif, ils exigent ‘’ni plus ni moins le paiement de quelque six mois d’arriérés de salaires et 70 mois d’indemnité compensatoire, à titre de dommages et intérêts’’, selon leur porte-parole.

‘’Tant que notre plateforme revendicative ne sera pas satisfaite, nous n’allons pas suspendre la grève de la faim que nous observons depuis 15 jours. D’ailleurs, nous n’avons plus d’espoir. Si l’Etat continue à camper sur sa position, nous irons jusqu’au bout’’, a-t-il dit Cheikh Diagne, lors du même point de presse.

Une commission chargée de réfléchir sur la plateforme des grévistes a été récemment mise en place par le ministre de la Fonction publique, de l’Emploi, du Travail et des Organisations professionnelles, Habib Sy.

Selon le porte-parole des grévistes, ‘’’l’Etat est prêt à payer les six mois d’arriérés de salaires et non les 70 mois d’indemnité de compensatoire’’.

‘’Lors d’une rencontre qui s’est tenue lundi avec le directeur de cabinet du ministre Habib Sy, on nous a proposé une aide à la réinsertion, en lieu et place de l’indemnité de compensatoire. Nous allons en discuter en assemblée générale et une position commune sera adoptée’’, a précisé M. Diagne.

Le Soleil : LUTTE CONTRE LE SIDA : Près de 150.000 personnes dépistées en 2008 au Sénégal

En 2008, le Sénégal a dépassé ses prévisions dans le dépistage du Vih/Sida. C’est ainsi que 149.931 personnes ont été dépistées sur un objectif de 115.000. Mais, les défis restent encore énormes.

Le Sénégal a dépassé ses objectifs en termes de dépistage. En 2008, 149.931 personnes ont été dépistées sur un objectif 115.000. Soit une performance de 130 %. Ces résultats sont le fruit d’une campagne de sensibilisation soutenue par tous les acteurs et aussi la contribution des Centres conseils pour adolescents (Cca). « Les centres conseils pour adolescents ont joué un rôle dans l’atteinte nos objectifs. Notre ambition, c’est d’en implanter d’autres dans les régions », a indiqué le Dr Ibra Ndoye, directeur exécutif du Conseil national de lutte contre le Sida (Cnls), qui a déploré la féminisation de l’épidémie. C’est pourquoi les acteurs incitent les femmes enceintes à se faire dépister afin de limiter la transmission de la maladie de la mère à l’enfant. Le nombre de femmes dépistées au cours de leur grossesse est égal à 111.210.

Aucune transmission n’a été faite par la transfusion sanguine sur un total de 45.869 poches testées. « Jusqu’à présent, il n’y a pas de transmission par transfusion sanguine au Sénégal. C’est un acquis que nous allons pérenniser en supervisant régulièrement les services de transfusion sanguine en vue d’améliorer la qualité », a souligné le Dr Ibra Ndoye.

L’un des défis, c’est de sensibiliser les groupes vulnérables comme les travailleuses du sexe, les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (Msm ou Men having sex with men), les jeunes filles et les groupes passerelles. « La stigmatisation des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes a entraîné leur difficulté à accéder aux services de prévention et de traitement », a fait remarquer le Dr Ibra Ndoye.

Faudrait-il le rappeler, le Sénégal mise sur la prévention pour limiter les nouvelles infections. C’est dans cette optique que 12.235.320 préservatifs ont été distribués en 2008.

Le Soleil : Séropositivité : 54 % des personnes affectées refusent de révéler leur cas

54% des personnes affectées par le Sida refusent encore de rendre publique leur séropositivité, en invoquant pour l’essentiel la stigmatisation sociale dont elles pourraient être victimes si cette information est connue de leurs proches ou relations, indiquent les résultats d’une étude internationale.

« Pour 83% d’entre eux, cette attitude est dictée par la crainte d’une stigmatisation sociale ! », rapporte Destination Santé citant les résultats de cette enquête internationale menée auprès de 3.000 patients. « Bien que de réels progrès aient été réalisés en termes d’information et d’éducation du public, les tabous liés au Vih/Sida persistent », a-t-on indiqué de même source. Selon cette étude, plus de quatre sondés sur dix « ont estimé que l’annonce de leur séropositivité pourrait avoir des répercussions allant jusqu’à la rupture de relations familiales et/ou amicales ». S’y ajoute que le tiers des répondants « s’est dit inquiet pour leur avenir professionnel » et ont, dans le même temps, « exprimé la crainte de voir leur réputation mise à mal ».

S’agissant des traitements, « c’est la peur des effets secondaires qui domine », rapporte Destination Santé. « Un patient sur quatre refuse même de se traiter pour ce motif, et cette proportion peut atteindre 42% chez les malades européens. Certains (34%) sont si préoccupés par les effets secondaires liés à leur traitement qu’ils préfèrent carrément l’arrêter », précise cette étude commanditée par Aids Treatment for Life Survey.

« Globalement, ces patients redoutent la modification de leur silhouette et de leur visage (58%), l’apparition de troubles gastro-intestinaux (54%), d’un état de fatigue (54%) et enfin de troubles hépatiques (54%) ».

« Toutes ces craintes traduisent, en fait, un manque criant d’information... Près de 70% des patients, en effet, souhaiteraient être davantage informés sur l’infection à Vih et ses traitements. Plus grave, un quart des malades interrogés a reconnu avoir des relations sexuelles non protégées », résume Destination Santé.

Le Soleil : SEMAINE DE MOBILISATION DES JEUNES CONTRE LE SIDA A THIES : 2.169 jeunes dépistés

2.169 jeunes ont été dépistés sur l’ensemble du territoire pour un objectif de 2.500 lors de la semaine de mobilisation des jeunes contre le Sida. Un chiffre annoncé à Thiès, le week-end dernier, lors de la clôture de ces journées qui ont été lancées à Kolda. Une clôture en apothéose ponctuée par une soirée de gala au palais des arts avec la participation du groupe Wa Flash de Ma Sané. Cette dernière, lead vocal du groupe, a été désignée ambassadrice volontaire du ministère de la Jeunesse , des Sports et des Loisirs pour les jeunes filles dans la réponse au Vih/Sida. Ma Sané va ainsi s’employer à lutter contre la féminisation de la pandémie. Elle a ainsi invité ses sœurs à faire le dépistage. Lors de la semaine, 11 cas se sont révélés positifs. Gabriel Luciano Preira, directeur de Cabinet du ministre de la Jeunesse , a souligné que « les attentes ont été largement dépassées grâce à la mobilisation de la jeunesse et l’intervention des collectivités locales ». Un document appelé « Passeport pour la vie » a été distribué aux participants durant toute la durée de la semaine de mobilisation contre le sida.

Le Soleil : Thiès : le Service régional de l’Hygiène prévoit une vaste opération de saupoudrage

Comme chaque année, à la même période, le service régional de l’hygiène de Thiès a enclenché une vaste opération de sensibilisation sur les méfaits du paludisme. Il a invité les populations à observer scrupuleusement les conseils pratiques prodigués par les agents du service d’hygiène à savoir la lutte contre les gîtes larvaires par le remblais des zones susceptibles de recevoir des eaux stagnantes, le ramassage des boîtes de conserve, pneus, l’utilisation de moustiquaires imprégnées, l’interdiction de faire des cultures dans les maisons et autres méthodes traditionnelles visant à chasser l’anophèle des habitations.

Dans la même veine, M. Diawara révèle qu’il est prévu une vaste opération de saupoudrage au niveau des départements de Thiès. A l’en croire, toutes les dispositions seront prises, le moment venu, pour expliquer aux populations la conduite à tenir face à cette opération qui se déroulera la nuit.

Sud Quotidien : KAOLACK / NOUVELLES MESURES POUR SAUVER L’HÖPITAL REGIONAL L’ASSEMBLEE NATIONAL DEBUTE LES OPERATIONS DE MISE EN ŒUVRE

Une délégation de l’Assemblée nationale, conduite par la présidente de la commission en charge des questions de santé, et de l’action sociale, Mme Aïda Mbodj Mbacké, était hier Mardi 4 Août, l’hôte des services administratifs de l’hôpital régional El Hadji Ibrahima Niasse.

Venue échanger avec l’ensemble des parties prenantes pour des solutions à la crise qui sévit au niveau de cette structure sanitaire, la délégation parlementaire a même participé aux travaux de la réunion du Conseil d’administration, la première depuis l’arrivée du nouveau président Samb Oumany Touré. Même si à la sortie de cette rencontre, beaucoup, d’espoirs sont fondés pour sortir l’hôpital régional El Hadji Ibrahima Niasse de la longue crise qui affecte profondément sa gestion, il n’en demeure pas moins que ce Centre hospitalier de second niveau, et qui fonctionne avec 25 services, n’est jamais restée autonome, et non plus n’a jamais fonctionné correctement depuis son passage de Centre hospitalier public à structure sanitaire semi privée. Il ne se passe jamais un mois sans que le personnel manifeste ses humeurs, soit pour dénoncer l’insuffisance du plateau technique, ou pour réclamer des arrières d’indemnités que la direction doit lui verser périodiquement.

Avec une charge salariale estimée à 35 millions de nos francs versée tous les mois au personnel, l’hôpital endosse d’autres dépenses substantielles dont la prise en charge des personnes couvertes par le plan sésame (171 millions Frs), celle de la banque de sang (30 millions Frs) et d’autres cas sociaux (40 à 45 millions Frs). En contre partie, le Centre hospitalier El Hadji Ibrahima Niasse de Kaolack reçoit une subvention annuelle de 276 millions de nos francs, une enveloppe dont le montant a été réduit avec la régionalisation de Kaffrine qui doit elle aussi recevoir tous les ans sa part de cette subvention.

Visiblement, ce problème d’équilibre financier est d’autant plus vérifié avec les autres secteurs auxquels l’administration de l’hôpital élargir son intervention. Ainsi l’ensemble de ces charges énumérées ne concernent guère les frais attribués à l’équilibre du plateau technique, (le renouvellement des stocks du matériel à usage périodique, et l’achat d’appareils puisés de la nouvelle technologie) pour une meilleure adoption des techniques de la médecine nouvelle.

La visite de Mme Aïda Mbodj Mbacké à trois ( 3) mois de la session parlementaire ouverte aux orientations budgétaires entre en effet dans une dynamique de recenser l’ensemble des questions qui mériteraient une réponse au sein de cette entreprise sociale afin que l’Assemblée nationale puisse sonner une première alerte qui, certainement, va ouvrir les portes à d’éventuelles interventions d’urgence ou à des réformes en direction d’une gestion transparente, d’un équilibre social durable,et surtout d’une rationalisation complète dans la gestion du plateau technique et des ressources humaines. Il faut aussi noter qu’en dehors de Kaolack, la présidente de la commission parlementaire en charge des affaires de santé et du social s’est également rendue dans plusieurs centres de santé pour la même mission.

Source : http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>