Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU LUNDI 13 JUILLET 2009
LE SOLEIL - Lutte contre l’hyperten-sion artérielle et l’insuffisance rénale : Le ministre Thérèse Coumba Diop sur le front de la sensibilisation

Le ministre de la Santé , de la Prévention et de l’Hygiène Publique, Thérèse Coumba Diop, a présidé, le samedi 11 juillet, la séance de dépistage sur l’insuffisance rénale aiguë, l’hypertension artérielle. La cérémonie s’est déroulée à Joal et a enregistré une forte mobilisation durant toute la journée. Les professeurs de l’Université Cheikh Anta Diop, des spécialistes de l’Hôpital Le Dantec, l’Hôpital Principal, de l’Hôpital de Fann, à travers les projections, ont expliqué les manifestations de ces deux pathologies qui causent un lourd préjudice aux familles du fait de leur prise en charge très coûteuse. La cérémonie a été rehaussée par la participation des députés Hadim Tabet et Oumar Sy.

APS - Sédhiou : Ndiolofène plaide pour une structure de santé de proximité

Les populations du village de Ndiolofène, localité située dans la communauté rurale de Ndiamacouta dans la région de Sédhiou, plaident pour la construction d’un poste de santé, au motif que le plus proche est à 25 km.

Faute de routes praticables, ont-elles confié au correspondant de l’APS, ‘’les évacuations sont presque impossibles et les malades qui tentent le miracle décèdent en cours de route’’. Une des victimes qu’elles aiment citer en exemple, est Malado Ba Sow décédée faute d’assistance médicale en pleine forêt au cours de son évacuation vers le poste de santé de Médina Wandifa, juste après avoir mis au monde des jumeaux. Pourtant, les élus locaux ont plusieurs fois attiré l’attention des autorités compétentes sur le calvaire des populations qui peinent à accéder aux structures de santé de proximité. Dans une lettre datée du 30 janvier 2004, adressée au médecin chef, le directeur de la santé répondant à une de leur requête en écrivant : ‘’le projet de construction d’un poste de santé étant approuvé par le médecin chef du district de Sédhiou, nous vous prions de bien vouloir examiner avec lui... les modalités, de financement de la construction’’. Mais Jusque là, ce poste de santé tant rêvé tarde à voir le jour au grand dame des populations.

WALF - Hypertension et insuffisance rénale : Six mille à huit mille Sénégalais touchés

De six mille à huit mille personnes souffrent des maladies rénales au Sénégal et le dépistage traitement de l’hypertension artérielle est recommandé comme une piste prioritaire dans la lutte contre les affections rénales chroniques. Et les spécialistes ont averti samedi, lors de la célébration de la Journée mondiale du rein à Joal-Fadiouth : nos populations sont très exposées aux maladies rénales du fait de plusieurs facteurs combinés.

MBOUR - ‘L’insuffisance rénale chronique est une affection très peu connue, malgré sa très grande fréquence et sa gravité’. Le constat amer est du ministre de la Santé , de la Prévention de l’Hygiène publique, Mme Thérèse Coumba Diop qui a présidé, à Joal-Fadiouth, la cérémonie officielle de lancement de la Journée mondiale du rein, célébrée cette année ce samedi 11 juillet pour des raisons de calendrier, la journée étant célébrée habituellement le deuxième jeudi du mois de mars. Mme Thérèse Coumba Diop a, tout de suite, prévenu : ‘La prise en charge de l’insuffisance rénale est longue, très onéreuse, faisant appel à des moyens techniques importants et des produits qui ne sont pas à la portée de tous.’

Parmi ses causes, figurent l’hypertension artérielle, le diabète, la ploykystose rénale, les glomérulonéphrites, et à un degré moindre le sida et la drépanocytose. D’où l’urgence de passer par le dépistage et le traitement de ces affections et particulièrement de l’hypertension artérielle pour prévenir cette maladie, fait remarquer le ministre de la Santé , de la Prévention et de l’Hygiène publique. Le thème générique de cette édition : ‘Hypertension artificielle et insuffisance rénale’ montre combien ces deux affections sont étroitement liées et presque indissociables sous nos cieux.

D’ailleurs, pour cette journée, les populations de Joal-Fadiouth, localité hôte de l’événement, ont eu droit à une conférence publique co-animée par des spécialistes en la matière. Le Professeur Boucar Diouf, coordonnateur du Programme national néphrologie hémodialyse et enseignant à la Faculté de Médecine de l’Ucad et son collègue, le Pr Abdou Niang, ont montré au public comment ces deux affections sont fréquentes souvent chez les mêmes sujets. Et parmi ses causes, notre race noire est identifiée pour ce qui est des maladies rénales chroniques, tandis que pour l’hypertension artérielle, notre régime alimentaire souvent riche en sel est mis en cause. Et selon ces spécialistes, le constat est que les patients souffrant de l’une de ces deux affections, l’auraient contracté après avoir développé l’une ou l’autre. Cette réalité fait obligation à tous, selon Mme Thérèse Coumba Diop, de se mettre ensemble autour de l’objectif ‘prévenir l’insuffisance rénale en luttant contre l’hypertension artérielle et tous les autres facteurs’, car, ajoute-t-elle, ‘l’avenir de notre jeune nation en dépend’. C’est parce que le gouvernement a classé l’insuffisance rénale chronique ‘maladie à soins coûteux’ et qu’elle touche entre six mille et huit mille personnes, qu’il a entrepris un vaste programme d’installation d’unités d’hémodialyse avec la construction de l’unité de la région de Saint-Louis, de celle de Tambacounda, avec l’agrandissement et le renouvellement de l’équipement de celle de l’hôpital Aristide le Dantec de Dakar. A cela vient s’ajouter un projet de transplantation rénale, traitement définitif de l’insuffisance rénale chronique déjà élaboré. Ce qui fera dire au ministre de la Santé que ‘bientôt, la première transplantation rénale se fera au Sénégal’. S’il faut se féliciter de cette heureuse perspective, il convient aussi de souligner, comme l’a fait Mme Thérèse Coumba Diop, le travail de l’Association sénégalaise des hémodialysés et insuffisants rénaux qui permet déjà à plusieurs dizaines de patients d’accéder aux traitements à moindre coût. En outre, en accord avec la Pharmacie nationale d’approvisionnement (Pna), elle a contribué à améliorer l’accessibilité financière de certains médicaments essentiels comme l’Erythropïétine.

LE QUOTIDIEN - INSUFFISANCE RENALE : Annonce du Pr Boucar Diouf

« Il y a 300 à 400 nouveaux cas par million d’habitants chaque année »

« Le rein est un organe qui intervient, de manière extrêmement étroite, dans la régulation de la pression artérielle », renseigne Pr Diouf. Le coordonnateur national du programme Nophrologie-hémodialyse, qui s’exprimait en marge de la célébration indique que le thème choisi pour la 4e édition de la Journée mondiale du rein répond à la préoccupation des années à venir. « L’hypertension est extrêmement énorme ; une enquête qui a été faite vers Pikine révèle que ce sont 20 % de la population qui sont touchées par l’hypertension. Pour ce qui est de l’insuffisance rénale, il n’y a pas encore d’enquête précise mais, il y a, au moins, 300 à 400 nouveaux cas par million d’habitants chaque année », rapporte Pr Bocar Diouf. « Ce chiffre est faramineux, c’est pourquoi cette journée a été initiée pour sensibiliser. Parce que, malheureusement, la maladie est peu connue, parce qu’elle évolue à très bas bruit. L’individu ne sent pas qu’il est malade jusqu’à un stade assez avancé. Donc, il est important de dépister précocement pour pouvoir faire quelque chose », prodigue le coordonnateur national du programme Nophrologie-hémodialyse qui relève que l’hypertension est une maladie « extrêmement » répandue dans la population et que personne n’est à l’abri, même s’il y a des causes fondamentales. Mais, « n’importe quelle maladie peut donner une insuffisance rénale. Que ce soit le diabète, l’hypertension, le paludisme, même une simple rage de dent qui s’infecte peut causer une maladie rénale. Maintenant il y a des populations cibles, c’est-à-dire si dans votre famille vous avez des malades rénaux, vous êtes exposés, parce qu’il y a des maladies qui sont héréditaires. Si vous êtes également trop âgés vous êtes exposés, parce que le rein est formé d’un certain nombre d’éléments qu’on appelle néphrons qui se perdent à partir de 30 ans », renseigne Pr Diouf. « Il y a des néphrons qui se perdent par vieillesse ; si on est âgé de plus de 60 ans, on a plus de risques d’avoir une insuffisance rénale. Les sujets de race noire font plus de maladies rénales que le sujet de race blanche ; les hommes également font plus que les femmes. C’est la même chose si on a le diabète ou si on est obèse ; si vous fumez ou vous prenez trop d’alcool, tout cela sont des facteurs qu’on retrouve dans l’hypertension artérielle et dans les maladies cardio-vasculaires et au niveau rénal », précise notre interlocuteur. Ce dernier ne manque pas d’ajouter que l’usage de forte quantité de sel, comme aiment le faire les Sénégalais dans leurs repas, peut aussi causer la tension rénale. « L’hypertension du sujet noir est plus sensible au sel qui est un gros facteur d’hypertension artérielle », soutient-il. « Si nous insistons sur le dépistage et la prévention c’est parce que les coûts du traitement sont extrêmement importants. C’est du matériel jetable, importé, qui est utilisé. L’Etat du Sénégal a fait un effort actuellement, pour essayer de réduire les coûts et de rendre disponible le matériel, dans certaines régions, en diminuant le coût. Mais, ça reste excessivement cher et tout le monde est interpellé pour essayer de réduire le coût », lance Pr Boucar Diouf.

LE QUOTIDIEN - JOAL : Célébration de la Journée mondiale du rein

La première transplantation rénale annoncée pour bientôt

C’est pour mieux sensibiliser les populations du monde sur le danger que constitue l’insuffisance rénale qu’il a été institué une Journée mondiale du rein. Pour la 4e édition, la commune de Joal-Fadiouth a été choisie pour abriter la cérémonie officielle. Le ministre de la Santé qui présidait la manifestation a annoncé, pour bientôt, au Sénégal, la première transplantation rénale. Habituellement, la célébration de la Journée mondiale du rein était organisée le deuxième jeudi du mois de mars. Mais, précise Thérèse Coumba Diop, ministre de la Santé , pour des raisons qu’elle dit indépendantes de sa volonté, elle se tient cette année avec un peu de retard. Le thème de cette année porte sur : Hypertension artérielle et insuffisance rénale. Pour le professeur Boucar Diouf, coordonnateur national du programme Nophrologie-hémodialyse, par ailleurs enseignant à la Faculté de médecine de l’Ucad, l’insuffisance rénale et l’hypertension artérielle sont deux pathologies qui ont des échanges de mauvais procédés. Parce que, d’après lui, l’hypertension est soit la première, soit la deuxième cause d’insuffisance rénale, selon les pays dans le monde. Classées parmi les maladies à soins coûteux, l’insuffisance rénale et l’hypertension artérielle font partie des priorités du gouvernement du Sénégal, selon le ministre de la Santé et de la Prévention , Thérèse C. Diop qui dit entreprendre, sur instruction du chef de l’Etat, un vaste programme d’installation d’unités d’hémodialyse, avec la construction de l’unité de la région de Saint-Louis, ainsi que celle de Tambacounda, l’agrandissement et le renouvellement de l’équipement de l’unité de l’hôpital Aristide Le Dantec. En outre, un projet de transplantation rénale, traitement définitif de l’insuffisance rénale chronique est déjà élaboré, d’après le ministre de la Santé , qui annonce, pour bientôt, la première transplantation rénale qui se fera au Sénégal. « Tous ces acquis seront maintenus et renforcés en accentuant la décentralisation de l’offre d’hémodialyse vers les régions de l’intérieur du pays et la banlieue de Dakar. Nous sommes également en train de mettre en place des stratégies pour réduire le coût des traitements et les rendre accessibles pour toutes catégories sociales touchées par cette terrible maladie », déclare Mme Diop. Cette dernière recommande, d’ailleurs, la mobilisation pour combattre les facteurs déterminants de cette maladie, en veillant à une bonne hygiène de vie, en luttant contre la sédentarité, en assurant une surveillance rigoureuse de la grossesse, entre autres comportements dont la promotion peut, selon le ministre de la Santé , contribuer à réduire les risques de survenance d’une insuffisance rénale. « Mettons-nous ensemble autour de l’objectif : ‘’Prévenir l’insuffisance rénale, en luttant contre l’hypertension artérielle et tous les autres facteurs’’ », lance Thérèse C. Diop. Au Sénégal, plus de 6 000 à 8 000 personnes sont victimes d’insuffisance rénale. Plus de 6 millions de personnes en souffrent dans le monde.

Source : http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>