Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU MARDI 30 JUIN 2009
APS : Un atelier de cœlioscopie s’est ouvert lundi à Dakar

Un atelier international de coeliscopie animé par un spécialiste algérien s’est ouvert lundi à Dakar à l’intention d’une trentaine de chirurgiens sénégalais. Cette formation se poursuit jusqu’au 5 juillet. Elle est organisée par le Collège sénégalais des gynécologues ostétriciens (COSEGO) en vue de vulgariser, au Sénégal, la pratique de la coeliscopie, une technique qui ’’permet de faire une opération chirurgicale sans ouvrir la paroie du corps concerné’’, expliqué à des journalistes le président du COSEGO, Dr Daniel Kouédou. La coeliscopie, qui se fait à l’aide d’une caméra, comporte ‘’moins de complications’’ que d’autres opérations chirurgicales classiques, a ajouté le docteur Kouédou. Le malade qui subit cette opération quitte son hôpital au bout d’un jour ou un jour et demi, a dit l’animateur de l’atelier, Dr Hadabi Kamal Ahmed, enseignant à l’université d’Alger. Selon M. Ahmed, la pratique de la coeliscopie ‘’relève de la technologie de pointe’’ et est limitée dans certains pays par ‘’de petites difficultés’’ technologiques. Elle est pratiquée au Sénégal depuis une dizaine d’années, a dit à l’APS un chirurgien de l’hôpital général de Grand-Yoff (Dakar). ‘’La cœlioscopie est une technique (...) qui permet d’accéder à l’intérieur du ventre sans faire la classique incision. Elle permet de visualiser la cavité abdominale grâce à une petite ouverture sur la peau’’.

‘’Aujourd’hui, lit-on dans le communiqué, beaucoup d’interventions chirurgicales et digestives comme le traitement de la stérilité féminine, le diagnostic et traitement des grossesses extra-utérines, la cure des kystes ovariens bénins, le traitement de certains fibromes peuvent se réaliser avec la cœlioscopie’’.

APS : Ziguinchor : don de la municipalité à l’hôpital régional

L’hôpital régional de Ziguinchor a réceptionné dimanche un lot de matériels d’une valeur de 500 millions de FCFA.

Offert par la municipalité en partenariat avec une ONG américaine, le dont est constitué d’appareils destinés à la pédiatrie et à la chirurgie. Lors de la cérémonie de remise, le maire de la ville Abdoulaye Baldé a révélé que la municipalité travaille à la mise en place d’un Service d’accueil médical d’urgence (SAMU) municipal doté d’une dizaine d’ambulances. Il s’agira d’une unité médicale légère positionnée à l’hôpital Silence avec un urgentiste, une sage-femme et un personnel médical léger qui vont pouvoir prodiguer les premiers soins, a expliqué Baldé. L’objectif de l’équipe municipale est de doter tous les quartiers de structures sanitaires ’’dignes de ce nom’’, a encore dit le maire qui a en outre annoncé le projet de réfection de l’hôpital Silence.

Le Soleil : DEUXIÈMES JOURNÉES PHARMACEUTIQUES : Plaidoyer pour l’accessibilité aux médicaments

Les deuxièmes Journées pharmaceutiques du Sénégal, qui ont pris fin samedi à Mbour, ont été l’occasion de faire davantage de plaidoyer pour assurer la disponibilité et l’accessibilité des médicaments. Cette initiative de l’Ordre des pharmaciens du Sénégal a aussi permis de réfléchir, pendant deux jours, sur l’exercice du métier.

La réflexion intervient dans un contexte où le pharmacien est reconnu comme un acteur important dans le système de santé. Le directeur de Cabinet du ministre de la Santé et de la Prévention , Farba Lamine Sall, a souligné que « le médicament est dans le secteur de la santé ce que l’eau est dans le corps humain : c’est-à-dire vital ». Une certitude qui place, selon lui, le pharmacien au cœur du système de santé et en fait le principal acteur. Dans un contexte caractérisé par une crise économique et financière mondiale, l’Etat à la responsabilité d’assurer la santé pour tous, a poursuivi M. Sall. Il a précisé, par ailleurs, qu’au Sénégal, les médicaments constituent un « monopole pharmaceutique reconnu par la loi ». Le coordonnateur des Journées, le Dr El hadji Malick Diop a, pour sa part, souligné qu’elles sont d’abord « didactiques ». Elles permettent ensuite aux membres de l’Ordre « de se ressourcer ». Quant au parrain, le Pr Doudou Ba, il qui a considéré la manifestation comme « un grand moment d’enrichissement mutuel et de mise à niveau » et s’est dit convaincu que la culture de la performance et de l’excellence, doit être le maître mot de l’exercice de la profession de pharmacien.

Le Soleil : Hôpital Albert Royer de Fann : Des chirurgiens dentistes au chevet des enfants malades

Le syndicat des chirurgiens dentistes privés du Sénégal ont offert aux enfants malades de l’hôpital Albert Royer un don de produits alimentaires. Ceci, dans le cadre des actions sociales en faveur des enfants malades. « Depuis quelques années, nous ciblons les enfants qui ont besoin d’une assistance parce que constituant une couche vulnérable », a déclaré le Secrétaire général du syndicat des chirurgiens dentistes privés, le Dr Joseph Faye. Le directeur de l’hôpital Albert Royer, Luc Dionou, qui a apprécié le geste des chirurgiens. L’hôpital Albert Royer compte 120 lits et reçoit plus de 100 enfants par jour.

Le Soleil : MUNICIPALITÉ DE ZIGUINCHOR : DON DE MATÉRIELS D’UNE VALEUR DE 500 MILLIONS A L’HÔPITAL PRINCIPAL

La marie de Ziguinchor, grâce à un partenariat avec une Ong américaine, a offert dimanche, un lot d’appareils de pédiatrie et de chirurgie d’une valeur de 500 millions de FCFA. Le don, destiné aux structures de Santé de la place, a été mis à la disposition de l’hôpital régional par l’édile de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé, qui a saisi l’occasion pour annoncer la mise en place « imminente » d’un Service d’accueil médical d’urgence (Samu) et d’une « dizaine » d’ambulances.

Sud Quotidien : REDUCTION DE LA FRACTURE SANITAIRE Une trentaine de gynécologues obstétriciens en formation*

Un atelier international de formation sur la technique d’utilisation de la coelioscopie est ouvert à Dakar hier, lundi 29 juin. Une trentaine de gynécologues obstétriciens Sénégalais ont pris part à cette séance de formation continue sur les nouvelles technologies sanitaires de pointe dans le diagnostic et le traitement de certaines affections. Les travaux de l’atelier devant prendre fin samedi prochain constituent une initiative du Collège Sénégalais des Gynécologues Obstétriciens (Cosego) et vise à parfaire les connaissances et les aptitudes pratiques de ses membres afin de les outiller à mieux prendre en charge des patientes. Renforcer la fracture numérique sanitaire sur le diagnostic et le traitement de certaines affections ; tel est l’objectif majeur de l’atelier international de formation sur l’utilisation de la coelioscopie ouvert hier, lundi 29 à l’Hôpital Général de Grand Yoff (Hoggy).

Une trentaine de gynécologues obstétriciens vont pendant six jours ainsi prendre part à cette session de formation aux nouvelles technologies sanitaires de pointe dans le traitement de certaines affections. Cette initiative du Collège Sénégalais des Gynécologues obstétriciens (Cosego) vise non seulement à parfaire les connaissances et les aptitudes pratiques de ses membres afin de mieux les outiller dans la prise en charge des patientes mais aussi à réduire la fracture numérique sanitaire existant entre les pays du Nord et ceux du Sud. Cette session de formation entre dans le cadre de ses activités scientifiques et est soutenue par la direction des établissements de Santé du Sénégal. D’ailleurs, le docteur Balla Mbacké Mboup, directeur de l’établissement susmentionné venu présider les travaux de la rencontre a estimé que « la gestion de la santé exige de nos jours une bonne formation de base et une maîtrise des nouvelles technologies sanitaires ». Et de déclarer que « cette communication de proximité corrélée avec une bonne politique gouvernementale favorisera la réduction du gap numérique noté dans le domaine de la santé au Sénégal ».

Ainsi, selon le docteur Daniel Kouèdou, président du Cosego, « cette nouvelle orientation politique de la santé publique occasionnera la réduction du taux jusqu’à présent élevé au Sénégal de la mortalité maternelle et néonatale ». En outre, ajoute-il, « la formation des cadres de la santé constitue une voie sûre pour atteindre les objectifs du millénaire pour le développement (Omd) et pour relever les défis de la santé publique pour le bien être des populations »

Walf Fadjri : Prise en charge correcte des corps émergents : Les volontaires et contractuels de Sédhiou étrennent leur poste de santé

La carte sanitaire de Sédhiou s’est enrichie d’une nouvelle structure. Sur initiative de la Mutuelle des volontaires et contractuels de l’éducation (Mvce), un poste de santé vient d’être implanté dans la commune de Sédhiou pour améliorer le dispositif de prise en charge des corps émergents et lutter contre la surfacturation et autres fraudes qui ont marqué l’évolution de la Mvce.

Au-delà de la prise en charge sanitaire de ses membres qui est sa première vocation, la Mutuelle des volontaires et contractuels de l’éducation (Mvce) est préoccupée par la santé des populations des zones défavorisées. Ainsi, dans le souci de leur apporter des soins de qualité, elle a mis à la disposition des enseignants et des populations de la capitale du Pakao, un poste de santé équipé d’un matériel ultra moderne, dont le fonctionnement et le personnel soignant seront entièrement à sa charge. Pour Aboubacry Sarr, le président national du conseil d’administration de la Mvce , ‘il s’agit d’un vaste programme d’implantation d’une structure sanitaire dans chaque département du Sénégal. Nous avons pour vocation d’assurer à nos membres une prise en charge sanitaire correcte, pouvant leur permettre d’exécuter pleinement leur mission d’enseignant’. Mais, ‘nous sommes aussi conscients que nous sommes dans un pays où l’accès aux soins de santé rencontre d’énormes difficultés. C’est pourquoi, en plus de nos membres, cette structure de santé que nous venons d’inaugurer sera ouverte aux populations. C’est par rapport à l’extension de la protection sociale. Nous sommes des Sénégalais, il faut donc participer à stabiliser socialement le pays dans les contrées les plus reculées et aller dans les profondeurs du Sénégal pour apporter le bien-être aux populations. C’est notre orientation à la mutuelle’, a-t-il ajouté. La mise en place de ce poste de santé pourrait, selon le Pca national de la mutuelle, être une réponse à la surfacturation et autres fraudes dont a été victime la Mvce tout au long de son évolution. ‘Nous avons, à travers nos statistiques, remarqué une hémorragie financière dans le cadre de la prise en charge de nos membres. Car depuis dix ans, nous n’avons pas augmenté le niveau de cotisation, alors que le coût de la vie a partout connu une hausse extraordinaire’, note Aboubacry Sarr. Et de poursuivre que, ‘connaissant régulièrement cette hémorragie financière, nous nous sommes dit qu’il faut développer une politique de prévention. Parce qu’il y a un déséquilibre entre les prestations et les cotisations, ce qui n’est pas conseillé en mutualité. Néanmoins, on fait avec, puisque c’est du social. Mais il nous faut dégager des stratégies de promotion des ressources additionnelles et de stabilité financière. C’est pourquoi, nous avons pensé que ces structures sanitaires seront une réponse à ces difficultés’, indique-t-il.

La cérémonie d’inauguration du poste de santé a été suivie d’une journée de consultation médicale gratuite. De la médecine générale et à la pédiatrie, en passant par l’ophtalmologie, la cardiologie, l’urologie et gynécologie, rien n’a été laissé au hasard au bénéfice des populations démunies.

Source : http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>