Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU VENDREDI 26 JUIN 2009
Le Soleil : PRISE EN CHARGE DE L’ETAT DE CHOC : La Pharmacie nationale d’approvisionnement ouvre la réflexion

Le Pharmacie nationale d’approvisionnement (Pna) et ses partenaires ont organisé une journée d’enseignement post-universitaire au cours de laquelle le professeur Oumar Kane, chef du service d’Anesthésie et de Réanimation du Centre universitaire de Fann, a fait une communication sur le « Remplissage vasculaire et états de choc ». Il a expliqué que l’état de choc est caractérisé par un défaut de circulation du sang. Il expose le sujet à plusieurs complications comme le trouble de l’état de conscience, l’insuffisance rénale et les lésions dans les poumons. « Si l’état de choc n’est pas compensé, le flux sanguin est réduit, il y a donc défaut d’oxygénation. Le sujet atteint peut avoir une défaillance multi-viscérale. C’est notre hantise en anesthésie et réanimation. Le remplissage vasculaire est ainsi important dans la prise en charge des états de choc », explique le professeur Oumar Kane.

« Pour chaque état de choc, il faut un type de solutés. Les solutés sont des médicaments que nous devons avoir à portée de main dans nos services. Mais il en manque et nous sommes obligés de les prescrire aux malades qui les achètent dans les pharmacies », déplore le Pr Oumar Kane.

Les dépositaires des pharmacies, les médecins chef de poste et les autres acteurs de la Santé ont tiré des enseignements sur l’utilisation des solutés. C’est tout le sens de ce cours d’enseignement post-universitaire de la Pna. Son directeur, le Dr Papa Birame Ndiaye, a déclaré que sa structure est sur la bonne voie pour limiter les pénuries et date de péremption des médicaments.

APS : Atelier international en cœlioscopie, lundi Le collège sénégalais des gynécologues obstétriciens (COSEGO) organise un atelier international de cœlioscopie, lundi à partir de 17 heures à l’hôpital Général de Grand-Yoff, annonce un communiqué reçu à l’APS. Cet atelier de Dakar entre dans le cadre des missions du COSEGO de ‘’parfaire les connaissances et aptitudes de ses membres par des formations continues afin de mieux les outiller dans la prise en charge des patientes’’, indique la même source. Le texte ajoute qu’au-delà de la formation de ses membres le COSEGO se veut aussi ‘’un creuset de réflexion pour la santé génésique’’. La rencontre sera animée par le professeur Hadabi de l’université d’Alger. La cœlioscopie est une technique mini invasive qui permet d’accéder à l’intérieur du ventre sans faire la classique incision. Elle permet de visualiser la cavité abdominale grâce à une petite ouverture sur la peau. Aujourd’hui, beaucoup d’interventions chirurgicales et digestives comme le traitement de la stérilité féminine, le diagnostic et traitement des grossesses extra-utérines, la cure des kystes ovariens bénins, le traitement de certains fibromes peuvent se réaliser avec la cœlioscopie.

Sud Quotidien : RESOLUTION DE LA CRISE SANITAIRE : Le Sutsas fustige l’attitude du Gouvernement

Le Secrétariat Exécutif Permanent (SEP) du Syndicat unique des travailleurs de la santé et de l’action sociale (Sutsas) a dénoncé l’attitude du Gouvernement face au dépôt du préavis de grève commun du Sutsas et du Sas. Dans un communiqué reçu hier à notre rédaction, les camarades de Mballo Dia Thiam secrétaire général du Sutsas ont fait savoir qu’ils « regrettent que depuis le dépôt du préavis commun de grève SUTSAS et SAS le 08 juin 2009, qu’aucune rencontre officielle n’ait été convoquée par le Gouvernement à l’effet d’appliquer les points d’accord du 23 janvier 2008 ». Sur cette même lancée ils déplorent « le retard accusé par les finances dans le paiement des deux (2) mois d’arriérés de salaire des contractuels malgré l’engagement de deux cent millions (200 millions) effectués par le ministère de la Santé que le trésor peine à décaisser ».

C’est d’ailleurs pour régler tous ces problèmes qui gangrènent le secteur de la santé que le Secrétaire Général National du SUTSAS convoque le Bureau Exécutif National (BEN) en séance extraordinaire le mardi 07 juillet à Dakar pour décliner le plan d’actions nationales. Par ailleurs le Sep a considéré que « la réforme hospitalière est viable et mérite d’être accompagnée mais pas n’importe comment. » Et d’ajouter que « l’Etablissement Publique de Santé (EPS) est une entreprise de production de soins et non une entreprise commerciale de production de soins. »C’est pourquoi il en appelle à « la vigilance dans les plans de redressement car les ajustements structurels ont fait leur preuve au Sénégal.. » .S’agissant de la dette hospitalière, le SEP, se réjouit de la nouvelle prise de conscience du FMI sur la nécessité de sauver les hôpitaux en demandant aux autorités de solder la dette hospitalière, mais aussi de la Banque Mondiale venue au chevet des hôpitaux . En outre il regrette « le règlement des conflits entre Comité de Santé et agents de Santé communautaires par le tribunal du Travail et invite une fois de plus l’autorité à ériger les centres de santé en hôpitaux de district afin de mieux prendre en charge la contractualisation et le recrutement des personnels communautaires. »

Sud Quotidien : RESOLUTION DE LA CRISE SANITAIRE Le Sutsas fustige l’attitude du Gouvernement

Le Secrétariat Exécutif Permanent (SEP) du Syndicat unique des travailleurs de la santé et de l’action sociale (Sutsas) a dénoncé l’attitude du Gouvernement face au dépôt du préavis de grève commun du Sutsas et du Sas. Dans un communiqué reçu hier à notre rédaction, les camarades de Mballo Dia Thiam secrétaire général du Sutsas ont fait savoir qu’ils « regrettent que depuis le dépôt du préavis commun de grève SUTSAS et SAS le 08 juin 2009, qu’aucune rencontre officielle n’ait été convoquée par le Gouvernement à l’effet d’appliquer les points d’accord du 23 janvier 2008 ». Sur cette même lancée ils déplorent « le retard accusé par les finances dans le paiement des deux (2) mois d’arriérés de salaire des contractuels malgré l’engagement de deux cent millions (200 millions) effectués par le ministère de la Santé que le trésor peine à décaisser ».

C’est d’ailleurs pour régler tous ces problèmes qui gangrènent le secteur de la santé que le Secrétaire Général National du SUTSAS convoque le Bureau Exécutif National (BEN) en séance extraordinaire le mardi 07 juillet à Dakar pour décliner le plan d’actions nationales. Par ailleurs le Sep a considéré que « la réforme hospitalière est viable et mérite d’être accompagnée mais pas n’importe comment. » Et d’ajouter que « l’Etablissement Publique de Santé (EPS) est une entreprise de production de soins et non une entreprise commerciale de production de soins. »C’est pourquoi il en appelle à « la vigilance dans les plans de redressement car les ajustements structurels ont fait leur preuve au Sénégal.. » .S’agissant de la dette hospitalière, le SEP, se réjouit de la nouvelle prise de conscience du FMI sur la nécessité de sauver les hôpitaux en demandant aux autorités de solder la dette hospitalière, mais aussi de la Banque Mondiale venue au chevet des hôpitaux . En outre il regrette « le règlement des conflits entre Comité de Santé et agents de Santé communautaires par le tribunal du Travail et invite une fois de plus l’autorité à ériger les centres de santé en hôpitaux de district afin de mieux prendre en charge la contractualisation et le recrutement des personnels communautaires. »

Walf Fadjri : Lutte contre le paludisme : L’exemple de la communauté rurale de Thiénéba

Zéro cas de paludisme au mois de mai 2009. La prouesse est celle du poste de santé de la communauté rurale Thiénéba, dans le district sanitaire de Khombole. Ce district fait désormais référence au Sénégal où le paludisme est l’une des principales causes de mortalité. Les politiques de développement ou de prévention ne peuvent prospérer que si elles rencontrent l’adhésion des masses pour lesquelles elles sont définies’. Les résultats engrangés par la communauté rurale de Thiénéba du département de Thiès dans la lutte pour l’éradication du paludisme confortent cette vérité. Il y a eu ainsi zéro cas de paludisme au mois de mai 2009, au poste de santé de la communauté rurale Thiénéba, dans le district sanitaire de Khombole. Ce district fait désormais référence dans un pays comme le Sénégal où le paludisme est l’une des principales causes de mortalité, surtout dans les couches les plus vulnérables que sont les femmes enceintes et les enfants, avec un taux de mortalité infantile estimé à 121 pour 1 000. Ce résultat positif enregistré dans la communauté rurale sera d’ailleurs conforté par Chimère Diaw, médecin chef du district. Ce dernier qui réagissait à un niveau supérieur, fera savoir que, lors de la revue du dernier trimestre passé, les statistiques ont montré, par rapport à la morbidité palustre, un taux de 0,2 % pour les enfants de moins de 5 ans et de 0,1 % pour les enfants de 5 ans et plus. S’agissant des femmes enceintes, ces mêmes statistiques donnaient à la même période un taux de morbidité de 1,9 %. A en croire Chimère Diaw, si le district sanitaire a pu faire de tels résultats c’est, outre les actions des organismes partenaires, grâce la forte implication des acteurs. ‘Thiénéba en particulier et le district sanitaire de Khombole en général constituent un exemple sur le plan national du fait qu’il y a beaucoup d’intervenants dans le secteur, mais aussi et surtout du fait du fort engagement d’un important réseau communautaire mieux connu sous le nom d’Association Sopé Nabi dirigé par son président El Hadji Diop qui s’est entièrement impliqué dans la lutte contre le paludisme’, dira le Dr Diaw. En effet, en plus de ses activités d’investissement humain pour la salubrité de l’environnement et de sensibilisation pour la promotion des bons comportements, l’Association Sopé Nabi s’est engagée aux côtés des services sanitaires de la localité dans une croisade contre le paludisme.

Cet engagement de son association dans la lutte pour l’éradication du paludisme, El Hadji Diop l’explique comme une réaction face à ce mal qui, en 2000, a fauché la vie de sa fille aînée alors qu’elle venait juste d’avoir 12 ans. ‘Je me rappelle qu’à l’époque, en plus de ma fille, beaucoup de femmes enceintes avaient perdu la vie à cause de cette maladie. Alors, je me suis dit, plus jamais ça. Et depuis, avec les organisations communautaires de la place, les populations et les services de santé, nous avons engagé la lutte, appuyés en cela par la famille religieuse de Thiénéba qui s’est investie à nos côtés’. Reconnaissant que la tâche n’a pas été aisée compte tenu de certains facteurs bloquants comme l’analphabétisme, l’enclavement de certains villages, El Hadji Diop se félicitera de ce que sa communauté rurale soit aujourd’hui citée en exemple dans la lutte contre le paludisme. Un résultat qui, selon lui, n’a pu être obtenu que grâce aux projets financés par le ministère de la Santé et le Fonds mondial qui leur ont permis de contractualiser avec les organisations communautaires de base et de dérouler des paquets d’activités de causeries et de distribution de moustiquaires imprégnées, mais aussi et surtout grâce la mobilisation et à l’implication de tous. Toutefois, demandera-t-il à la population d’éviter de dormir sur ses lauriers puisque le mal est toujours là. ‘La lutte contre le paludisme est un combat de tous les instants’, dira-t-il.

Source : http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>