Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU MERCREDI 17 JUIN 2009
APS : La problématique de la gestion des ressources humaines à l’hôpital interpelle le RESHOC

La problématique de la gestion des ressources humaines à l’hôpital reste la principale préoccupation du Réseau des hôpitaux d’Afrique, de l’Océan indien et des Caraïbes (RESHOC), pour les 9èmes Rencontres hospitalières ouvertes mardi à Dakar par le ministre de la Santé , de la Prévention médicale et de l’Hygiène publique, Thérèse Coumba Diop. Depuis sa création en 1996, ce réseau a eu à se pencher sur plusieurs thèmes qui interpellaient la vie des hôpitaux en particulier dans le domaine du mangement hospitalier, de l’élaboration du projet d’établissement. Aujourd’hui, c’est autour de la problématique de la gestion des ressources humaines à l’hôpital, a explqué le président de l’organisation, colonel Massamba Diop.

En fait, selon M. Diop, par ailleurs directeur du Centre hospitalier régional El hadji Ibrahima Niass de Kaolack (centre), cette problématique les interpelle à plus d’un titre, car ‘’sans ressources humaines, il ne peut y avoir aucune action à l’hôpital’’. Cependant, la disponibilité des ressources humaines, leurs qualifications, leur emploi et leur maintien posent ‘’de gros problèmes de management, de mobilisation de ressources financières devenues de plus en plus insuffisantes en raison des besoins sans cesse croissants et des moyens souvent limités’’, a ajouté le président du réseau. A l’entame de la rencontre, M. Diop a souhaité que des recommandations soient délivrées par les participants pour permettre ‘’d’aborder l’avenir avec beaucoup de sérénité’’. En effet, en plus de ‘’l’insuffisance de ressources humaines qualifiées’’, il a aussi fait part ‘’d’une période critique’’ traversée par le réseau ces dernières années, en raison de la ‘’fragilité de sa structure’’. ‘’Beaucoup d’hôpitaux membres disparaissent dans le temps ou ne participent plus de manière active à la vie du RESHOC, les cotisations ne sont pas versées régulièrement et les différentes mutations des directeurs créent parfois des ruptures dans leurs actions au sein du réseau’’, a-t-il il expliqué devant l’assistance. Pour sa part, le représentant du secrétariat exécutif du réseau, le nigérien Idrissou Abdoulaye, soutient que la gestion des ressources humaines est ‘’un maillon déterminant du dispositif de pilotage des hôpitaux et devra de ce fait s’appuyer sur la formulation d’une politique managériale intégrée’’. Qualifiant l’hôpital de ‘’pôle d’excellence’’, M. Idrissou estime que cet espace de soins requiert le ‘’dévouement méthodique d’une équipe diversifiée d’experts qui s’attèlent à la résolution des problèmes de santé’’.

‘’Les ressources humaines constituent à n’en point douter la pierre angulaire qui conditionne une gouvernance performante de nos hôpitaux, relevant aussi bien du secteur public, privé lucratif ou non lucratif’’, a-t-il souligné. L’utilisation, ‘’à pleine capacité de cet outil précieux’’ que constituent les ressources humaines, ‘’appelle indéniablement une redéfinition harmonisée des stratégies de management existantes qui ont largement montré leur limite’’, selon le responsable nigérien. Pour y parvenir, le secrétariat exécutif du réseau croit moins à l’efficacité d’une recette à l’échelle d’un pays qu’à la résultante d’une réflexion collective conduite par les spécialistes du secteur de la santé à travers les panels organisés lors de ces trois journées des assises.

Le Réseau des hôpitaux d’Afrique, de l’Océan Indien et des Caraïbes se veut ‘’un creuset dynamique de concertation et d’échanges fructueux’’ entre les structures hospitalières des pays membres pour atteindre, entre autres, un objectif centré sur la ‘’motivation du personnel sans lequel la mise en œuvre de toute politique de modernisation des systèmes sanitaires actuels est voué à l’échec’’, a ajouté Idrissou Abdoulaye. Les 9èmes rencontres hospitalières qui se poursuivent jusqu’à vendredi avec de nombreux participants venus des pays d’Afrique francophone, lusophone ainsi que des pays du Maghreb, des Caraïbes, de l’Asie du Sud, de l’Amérique Latine et de la France.

Le Soleil : SANTÉ NÉONATALE DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT : Les experts à la recherche de la formule efficace

Les statistiques sur la santé néonatale dans la plupart des pays en voie de développement se passent de commentaire. 25.000 décès d’enfants sont enregistrés par jour dans ces pays. Les experts d’une vingtaine de pays réunis autour d’un séminaire organisé par Usaid/Basics vont dégager les stratégies d’accélération du processus d’amélioration de la santé de l’enfant et celui du nouveau-né. Les experts en Santé de la reproduction de 20 pays sont en conclave à Dakar depuis le lundi 15 juin dans le cadre d’un séminaire organisé par l’Usaid/Basics. Ils dégageront les axes majeurs d’amélioration de la santé de l’enfant et du nouveau-né. Car, malgré les nombreux efforts, la santé du nouveau-né est toujours sous perfusion dans plusieurs pays en voie de développement. « Il nous reste un long chemin à parcourir. Les besoins du nouveau-né doivent être classés comme une partie des soins productifs. Raison pour laquelle cet atelier est centré sur les particularités du nouveau-né afin de promouvoir le développement d’un module », défend le conseiller en santé du nouveau-né, Indira Narayanan. Les indicateurs de plusieurs pays expliquent les inquiétudes. Le nombre de décès de nouveau-né reste encore très élevé. « Nous subissons 25.000 décès d’enfants par jour, qui se traduisent en 9,7 millions de décès par jour. Cet atelier est particulièrement important parce que 10.000 décès ont lieu pendant la période néonatale », révèle le directeur du projet Usaid/ Basics, Fred White.

Durant les trois jours, plus de 80 experts échangeront des expériences avant d’élaborer des stratégies pour que plus de femmes accouchent sous surveillance d’un agent qualifié, que les structures sanitaires soient dans les conditions de prendre correctement les malades. « Cette rencontre est une plate-forme pour discuter des stratégies et proposer des solutions pour la protection de la santé du nouveau-né », relève la directrice du Bureau Santé de l’Usaid/Sénégal, Akwa Kuateng Ardo.

Les autorités du Sénégal comptent sur ses conclusions pour améliorer leurs indicateurs. Le taux de décès néonatal est passé de 510 cas à 401 cas de décès pour 100.000 naissances. « Nous comptons sur les conclusions pour faire infléchir le taux à 200 cas de décès pour 100.000 naissances », a souligné le Secrétaire général du ministère de la Santé , de la Prévention et de l’Hygiène publique, Moussa Mbaye.

L’Usaid/Basics a expérimenté un projet à Kébémer, qui a fait bondir les données. Le taux de pourcentage de soins adaptés délivrés aux nouveau-nés malades est passé de 65 % à 91 %, celui de la réanimation appropriée a évolué de 68 % à 83 %.

Le Soleil : RESSOURCES HUMAINES : Les effectifs pléthoriques plombent la marche des hôpitaux

Former le personnel de soutien, négocier le départ de certains travailleurs proches de la retraite... Voilà entre autre les solutions préconisées pour redresser les hôpitaux qui vivent tous une crise profonde.

« Les hôpitaux sénégalais connaissent une crise quasi-générale. La taille des effectifs et le poids de la masse salariale y ont grandement contribué », a laissé entendre Saliou Diallo, directeur de l’hôpital de Fann. Ces propos ont été prononcés lors de l’ouverture des 9èmes rencontres hospitalières du Réseau des hôpitaux d’Afrique, de l’Océan Indien et des Caraïbes (Reshaoc) qui se tiennent à Dakar (16-18 juin 2009). Ils ont été corroborés par ceux du Dr Balla Mbacké Mboup, directeur des Etablissements de santé du Sénégal. Selon lui, les hôpitaux ont souvent des effectifs pléthoriques. Et la pléthore est notamment constatée dans les personnels de soutien et administratif. Ce qui justifie la hausse de la masse salariale. Justement cette rencontre du Reshaoc porte sur la gestion des ressources humaines à l’hôpital.

Pour trouver des solutions aux difficultés qui gangrènent le fonctionnement des hôpitaux au Sénégal, M. Mboup a indiqué que le ministère de la Santé fera le point sur ces masses salariales, en essayant d’apporter des réponses sur la question, poste par poste. Dans ce cadre, il est envisagé « la mise en place d’un plan de formation pour re-déployer le personnel de Santé n’ayant aucune qualification professionnelle ». Il sera également question de « négocier le départ des travailleurs qui sont proches de l’âge de la retraite », a-t-il fait savoir. Ce qui permettrait de régler le problème de la masse salariale dans les hôpitaux. Il a invité l’Etat et les partenaires à financer ces formations et ces départs.

Concernant le déficit du personnel qualifié, les médecins en particulier, le ministère de la Santé est en train d’élaborer un plan national de développement des ressources humaines. Le ministre de la Santé , de la Prévention et de l’Hygiène publique, Thérèse Coumba Diop, qui a présidé la cérémonie d’ouverture de ces rencontres, a magnifié le choix du thème. Selon elle, la réforme hospitalière a permis de constater que les résultats attendus ne sont pas au rendez-vous. Elle a invité les participants à ces rencontres à identifier les insuffisances qui sont à l’origine de ces différents problèmes.

Sud Quotidien : GESTION DES RESSOURCES HUMAINES EN MILIEU HOSPITALIER Un cadre d’action structurant en gestation à Dakar

Ouvertes hier, mardi 16 juin, à l’Université de Dakar, les 9èmes rencontres hospitalières du Réseau des hôpitaux d’Afrique, de l’Océan indien et des Caraïbes (Reshaoc) ont démarré leurs travaux sous le thème de la gestion des ressources humaines en milieu hospitalier. Pendant trois jours, près de deux cents experts des systèmes de santé vont passer au crible de l’évaluation toute la problématique de la gestion du personnel hospitalier avant de « poser » les jalons d’un cadre structurant d’action managériale, en phase avec les réalités du moment, les spécificités endogènes et surtout propice à un meilleur développement de la prise en charge médicale des populations. Quoiqu’elle s’inscrive au cœur du dispositif de pilotage des établissements de santé, la gestion des ressources humaines en milieu hospitalier tend de plus en plus à apparaître comme le maillon faible du processus de prise en charge sanitaire des populations. Surtout dans les pays à faible revenu comme ceux d’Afrique ou du Tiers-monde où le chemin de croix des structures hospitalières reste miné par la fuite des cerveaux, l’insuffisance de personnel qualifié face à une forte demande de soins, la déliquescence de la politique managériale des hôpitaux.

Fortement convaincu que la valorisation du capital humain des établissements sanitaires demeure la pierre angulaire d’un développement harmonieux des services de soins au sein des hôpitaux, le Réseau des hôpitaux d’Afrique, de l’Océan indien et des Caraïbes (Reshaoc), créé en 1996, diligente dans la capitale sénégalaise depuis hier, mardi 16 juin, ses 9èmes rencontres hospitalières sous le thème de la gestion des ressources humaines en milieu hospitalier. Réunissant du 16 au 18 juin près de 200 experts du système de santé d’Afrique (francophone et lusophone), d’Amérique latine, d’Asie et d’Europe, les assises du Reshaoc se fixent pour objectif de favoriser les échanges d’expériences entre les acteurs hospitaliers du Nord comme du Sud. Au bout du compte, il est question pour ces divers participants de diagnostiquer les cas sectoriels de management des ressources humaines en milieu hospitalier et surtout de poser les jalons des réponses les plus appropriées aux préoccupations des établissements dans le domaine de la gestion des ressources humaines.

Pour le président du Reshaoc, le Colonel Massamba Diop, « le thème des assises de Dakar interpelle à plus d’un titre car sans ressources humaines, il ne peut y avoir aucune action dans l’hôpital ». Malheureusement, constate-t-il, « la disponibilité des ressources humaines, leurs qualifications, leur emploi et leur maintien posent de gros problèmes de management, de mobilisation des ressources financières devenues de plus en plus insuffisantes en raison des besoins sans cesse croissants et des moyens souvent très limités ». Pour autant, a indiqué le Colonel Massamba Diop, « des recommandations fortes sont attendues des 9èmes assises du Reshaoc, lesquelles permettront d’aborder l’avenir avec plus de sérénité et de sécurité. »

POUR UNE ETHIQUE REVALORISANTE DU TRAVAIL BIEN FAIT

Confortant l’approche du président du Reshaoc, Mme Coumba Thérèse Diop, la ministre de la Santé , de la prévention et de l’hygiène publique du Sénégal qui présidait l’ouverture officielle de la manifestation, a affirmé que « les 9èmes rencontres du Reshaoc se penchent sur une préoccupation majeure à l’échelle de la planète... »

Et la ministre d’indiquer : « Cette question des ressources humaines en santé est venue se placer au coeur de l’agenda international, avec la série des forums de haut niveau sur la santé organisés conjointement par l’Oms et la Banque mondiale à partir de 2004, donnant lieu à la Conférence d’Oslo, au rapport 2006 de l’Oms sur le sujet, à la création de l’Alliance mondiale sur les ressources humaines en santé ...ainsi qu’à différentes rencontres organisées sur le continent ». C’est dire là, a précisé Coumba Thérèse Diop, à quel point le thème des assises du Reshaoc est « très sensible » tout comme il reste « complexe par ses dimensions multiples et ses interactions avec d’autres secteurs » à l’instar des problèmes de fond liés notamment au niveau des salaires, aux disparités entre pays ou à la fuite des cerveaux qui n’ont souvent été abordés que « de façon superficielle ».

Pour apporter par conséquent une solution dynamique à tous ces gaps relatifs au management des personnels de santé et minant l’accès des populations à des soins de qualité, les 9èmes rencontres hospitalières du Reshaoc se destinent à cerner de façon structurante toute la problématique de la gestion des ressources humaines en milieu hospitalier. C’est dans ce cadre d’ailleurs que les réflexions tourneront, pendant ces trois jours d’assisses scientifiques, autour de questions-clés liées notamment à l’évaluation des compétences, aux politiques de recrutement, aux stratégies de motivation du personnel hospitalier, voire au plan de carrière dudit personnel.

Au final, les assises de Dakar entendent générer un cadre de recommandations et d’actions aptes à « booster » de manière dynamique les stratégies nationales de gestion des ressources humaines dans les hôpitaux publics.

Sud Quotidien : LE RESHAOC Un creuset de mutualisation des expériences et d’expertise.

Creuset d’échange d’expériences, de recherches, de solutions, voire d’expertise, le Réseau des hôpitaux d’Afrique, de l’Océan indien et des Caraïbes (Reshaoc) a été créé en juin 1996, à Ouagadougou. Il résulte de la volonté des acteurs hospitaliers de mettre en commun leurs ressources humaines et matérielles, dans le cadre d’une coopération inter-hospitalière. C’est ainsi que des rencontres hospitalières, organisées en partenariat avec la coopération française, ont lieu tous les deux ou trois ans en Afrique. Celles-ci visent à faciliter de meilleures mutualisations des expériences entre différents acteurs d’hôpitaux du Nord et du Sud.

Pour chaque édition de ces rencontres, un thème principal est choisi pour servir d’axe de réflexion. Le thème de la gestion des ressources humaines en milieu hospitalier retenu pour les assises de Dakar a été précédé de réflexions dynamiques sur différents axes interpellant au quotidien la vie des hôpitaux. Entre 1996 et 2007, les sujets de la maintenance hospitalière, de la réforme hospitalière, du projet d’établissement, de l’évaluation médico-économique de l’hôpital, de la démarche qualité ont ainsi été abordés au même titre que les questions de l’externalisation à l’hôpital et de la gestion des urgences. Ces présentes rencontres sont les deuxièmes du genre organisées au Sénégal, après les assises de 1997. La présidence du Reshaoc est assurée actuellement par le Sénégal, en la personne du Colonel Massamba Diop, ancien directeur de l’hôpital Le Dantec, actuellement directeur du centre hospitalier régional El Hadj Ibrahima Niass de Kaolack.

Source : http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>