Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU VENDREDI 12 JUIN 2009
LE SOLEIL : La Pna veut fabriquer des médicaments

La Pharmacie nationale d’approvisionnement (Pna) envisage, sous peu de temps, de fabriquer des médicaments destinés aux structures sanitaires du pays. Son directeur général, le Dr Papa Birama Ndiaye, l’a révélé à Diourbel où il présidait l’ouverture d’un atelier. « Les statuts actuels de la Pna n’ont jamais autorisé une production de médicaments dans le pays. Maintenant, le changement de statut est en cours. L’étude a été faite. Le pré-rapport déposé. Le rapport va être validé avant d’être déposé sur la table du gouvernement pour adoption. Une fois tout cela fait, la Pna va commencer la production de médicaments », a déclaré le Dr Papa Birama Ndiaye. Selon lui, « en cas d’épidémie ou d’urgence, la Pna ne peut pas disposer de médicaments venant de l’extérieur. Un dispositif du Code des marchés n’autorise pas la Pna de faire des commandes le plus rapidement possible ». Au cours de l’atelier, les participants ont soulevé des problèmes relatifs à la non disponibilité, au niveau de la Pharmacie régionale d’approvisionnement (Pra), de certains médicaments essentiels. Apportant des réponses, le directeur de la Pna déclare : « en 2008, avec la flambée du prix du baril du pétrole, le coût de la matière première de certains médicaments a presque triplé, obligeant les fournisseurs à ne plus honorer les commandes. Les prix proposés à l’appel d’offres n’étant pas révisables, des fournisseurs nous ont écrit pour désister. Ce qui a impacté sur la disponibilité de certains médicaments ».

Le Dr Ndiaye ajoute qu’en 2009, il y a eu un retour du stock. « Et les ruptures constatées sont dérisoires », dit-il, donnant des garanties sur certains médicaments qui proviendraient des pays asiatiques.

APS : Pharmacie : la PNA s’oriente vers la fabrication de médicaments

Le directeur de la Pharmacie nationale d’approvisionnement (PNA), Dr Pape Biram Ndiaye, a annoncé l’ouverture prochaine des activités de sa structure vers la fabrication de médicaments sur place, estimant que le préalable au démarrage de telles activités reste le changement de statut de l’établissement actuellement en cours.

’’Je pense que le changement de statut qui est en cours devrait nous permettre d’aller avec d’autres partenaires vers la production de médicaments puisque les statuts actuels de la PNA ne nous autorise pas vers de telles activités’’, a-t-il notamment expliqué, mercredi à Diourbel où se tenait un enseignement post universitaire (EPU) à l’initiative de la PNA et des laboratoires BRISTOL.

Selon lui, l’étude a été déjà faite et le pré-rapport est déposé. Le rapport va être validé par la tutelle et ensuite il sera déposé sur la table du gouvernement pour son adoption. Avec cette nouvelle donne, la PNA va dépasser l’achat et la distribution des médicaments dans les structures publiques de santé dont elle a le monopole au Sénégal.

Ce changement de statut, a-t-il ajouté, devra aussi permettre de rendre moins contraignant le Code des marchés publics appliqué aujourd’hui à la PNA. ’’C’est une abbération aujourd’hui que quand il y a survenue d’une épidémie ou d’une urgence quelconque qu’on ne puisse pas avoir la possibilité d’être réactif, d’être rapide pour disposer des medicaments’’, a déploré Dr Ndiaye. Au niveau de la PNA , les appels d’offres sont aujourd’hui programmés tous les deux ans. Le dernier en date remonte à 2007 et un autre se prépare actuellement pour couvrir les besoins de la pharmacie jusqu’en 2011. Seulement, le processus qui part de la publication des appels d’offres jusqu’à l’arrivée des commandes dans les locaux de la PNA peut durer six mois.

Concernant l’EPU, trois communucations ont été développées à l’intention des médecins, pharmaciens, administratifs et dépositaires- getionnaires de pharmacie venus des trois départements de la région. Il s’agit de ’’douleurs et fièvre aux urgences’’, ’’quelques conseils pratiques pour mieux gérer les produits pharmaceutiques’’ et ’’nouveau modèle de gestion du partenariat avec les structures de santé’’. Au cours des débats, divers problèmes ont été soulevés dont la problématique des ruptures de stocks de médicaments dans les structures de santé, l’obligation de paiement au comptant des produits de la PNA , les tensions de trésorerie des structures de santé et les pharmacies irrégulières de Touba.

’’Au-delà de sa fonction d’approvisionnement des structures de santé en médicaments, je crois aussi que la PNA a un rôle d’accompagnement, de formation et de renforcement de capacités jusqu’au niveau le plus périphérique’’, a, pour sa part, fait remarquer le médecin-chef de région, Dr Maserigne Ndiaye.

Ainsi, la PNA a profité de l’opportunité offerte par l’EPU pour partager avec les professionnels de la santé des outils et logiciels de gestion de stock et proposer un nouveau modèle de partenariat ainsi que des conventions hivernage (une sorte de dépôt-vente). Elle a aussi retenu le principe de supervision à généraliser dans toutes les régions. ’’Le problème réel aujourd’hui c’est l’expression des besoins au niveau des structures de santé. Si nous arrivions à une remontée correcte des données on aurait franchi un pas important pour régler le problème de la disponibilité des médicaments’’, a suggéré ainsi le directeur de la PNA.

SUD QUOTIDIEN : L’OMS déclare l’état de pandémie mondiale

L’Organisation mondiale de la santé (Oms) a annoncé hier jeudi la première pandémie mondiale de grippe depuis 41 ans, relevant son niveau d’alerte à l’échelon maximal de 6 alors que les cas d’infections liés au virus A(H1N1) continuent à augmenter aux Etats-Unis, en Amérique du Sud et en Europe. Dans une déclaration adressée à ses Etats membres, l’Oms annonce avoir pris la décision de relever son niveau d’alerte de la phase 5 à la phase 6, après une réunion d’urgence de ses experts. Ce passage au niveau 6, qui était attendu, confirme que l’épidémie de grippe A(H1N1), partie du Mexique et des Etats-Unis, s’est transformée en pandémie mondiale. Elle « peut être globalement considérée comme d’une sévérité modérée » à ce stade, selon l’agence onusienne qui invite les pays membres à ne pas fermer les frontières, ni limiter les voyages et le commerce internationaux.

Selon le dernier bilan de l’OMS, 74 pays ont officiellement signalé 27.737 cas de grippe A(H1N1), dont 141 mortels. La dernière pandémie, la grippe de Hong Kong en 1968, avait fait environ un million de morts. La grippe saisonnière habituelle fait chaque année de 250.000 à 500.000 morts. Selon la directrice générale de l’OMS Margaret Chan, les pays déjà touchés par la grippe A(H1N1) doivent se préparer à une « deuxième vague » de cas.

La maladie provoquera de nouveaux décès mais on ne s’attend pas à une hausse soudaine du nombre de cas mortels, a-t-elle ajouté. De nombreux spécialistes des questions de santé publique estiment que la déclaration officielle de pandémie aurait dû intervenir il y a déjà plusieurs semaines, mais que des problèmes politiques ont différé cette annonce. « L’OMS, finalement, rejoint la réalité des faits », a ainsi noté Michael Osterholm, de l’Université du Minnesota (nord des Etats-Unis) et conseiller du gouvernement américain.

Source : http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>