Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU JEUDI 30 AVRIL 2009
Sud Quotidien : PREVENTION DE LA GRIPPE « MEXICAINE » Le Sénégal sur le pied de guerre

Le gouvernement du Sénégal a pris toutes les dispositions pour contrer l’épidémie de grippe dite « Mexicaine ». Une maladie respiratoire aiguë, contagieuse, déclarée au Mexique et qui se propage de plus en plus dans beaucoup de pays du monde. Au Sénégal, aucun cas suspect de contamination de ce virus n’est toutefois apparu et des mesures strictes de surveillance ont été prises surtout au niveau des zones portuaires. Les responsables du secteur de la santé ont fait ces déclarations à l’occasion d’une conférence de presse tenue hier, à Dakar. Après la grippe aviaire, c’est un nouveau virus qui se transmet d’homme à homme qui vient de secouer encore le monde. Hier, de hauts responsables sanitaires du pays ont déclaré à l’occasion d’une rencontre avec la presse qu’au Sénégal, aucun cas n’a été signalé à ce jour depuis l’apparition de la grippe porcine au Mexique et des mesures d’urgences médicales ont été mis en place pour identifier tout cas suspect et d’agir immédiatement en vue de prévenir le niveau de transmission. Autrement dit, un état d’alerte maximal a été mis en place sur tout le territoire national surtout au niveau des aéroports et ports, à titre de précaution de surveillance des déplacements hors frontières. Selon le Dr Mady Bâ, de la Direction de la prévention, du moment que l’Oms a prévenu la Communauté internationale de l’ampleur de cette nouvelle grippe, actuellement en phase IV qui signifie une alerte pré-pandémie, le Sénégal a d’urgence remis en branle les dispositions qui étaient contenues dans son plan de lutte contre les épidémies de grippe. Ce qui suppose le renforcement de la surveillance qui existait par rapport à la grippe saisonnière, la mise en place d’un comité national de veille, d’alerte et de suivi de cette épidémie, ainsi que l’ativation d’un dispositif au niveau des zones aéroportuaires.

L’institut Pasteur de Dakar qui est un centre régional de référence en matière de recherche et agrée par l’Oms, a été également mobilisé tout comme le Service d’assistance médicale d’urgence (Samu) pour l’évacuation des cas suspects. En définitive, tout un dispositif qui entre en droite ligne de l’application des normes sanitaires internationales est mis en place. Faisant la genèse de la maladie, le Pr Bernard Marcel Diop, spécialiste des maladies infectieuses au Chu de Fann, a précisé que c’est à la fin mars dernier que la nouvelle grippe est apparue en Amérique du Nord, en causant beaucoup de dégâts. A l’en croire, la communauté scientifique était au courant, mais ne pensait pas que cette épidémie allait avoir une telle ampleur. C’est après avoir recensé des cas aigus de contamination et près de 154 décès au Mexique que le 24 avril dernier, une alerte planétaire a été déclenchée par l’Organisation mondiale de la santé animale. S’expliquant toujours sur cette question, le professeur Diop a fait savoir que cette maladie est due à un virus de type nouveau très virulent. Et de préciser que cette maladie se présente comme une grippe saisonnière avec des signes plus sévères chez l’homme comme la fièvre élevée, des frissons, des courbatures, des douleurs musculaires associées à des signes respiratoires que sont la toux et les difficultés respiratoires. Même la diarrhée et des vomissements sont des signes d’alerte de la grippe porcine.

Une pathologie qui est tellement sévère que la personne touchée peut mourir rapidement, si une prise en charge précoce n’est pas assurée. Le Sénégal dispose toutefois de stocks assez importants de médicaments antiviraux pour traiter les premiers malades qui se déclareraient en cas de contamination, ont informé les spécialistes.

APS : Don de l’ONG ‘’Espoir Pour La Santé ’’ à l’hôpital régional de Saint-Louis

L’Organisation non gouvernementale ‘’Espoir Pour La Santé ’’ (EPLS) remet, mardi à partir de 10h 30, à l’hôpital régional de Saint-Louis du matériel de Laboratoire, annonce un communiqué transmis à l’APS.

Cette manifestation aura lieu dans la salle de conférence de l’hôpital et sera coprésidée par la directrice de l’hôpital régional et le directeur général de l’ONG EPLS, précise la même source. Le matériel composé d’un automate d’hématologie 19 paramètres (S/BC-3000P) et d’une valeur de Cinq Millions de Francs Hors Taxes permettra aux deux entités d’assurer conjointement la réalisation de leurs recherches biomédicales et cliniques. Ce don est ‘’le fruit d’un long partenariat entre les deux structures engagées dans la lutte contre les infections parasitaires endémiques dans la vallée du fleuve Sénégal’’, indique le texte.

APS :Signature d’une convention entre l’Hôpital principal et le Programme national de lutte contre le paludisme

Quatre jours après la célébration de la Journée mondiale du paludisme, l’Hôpital principal de Dakar (HPD) et le Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) ont initié mercredi une coalition avec pour objectif de réaffirmer la volonté stratégique de lutter contre cette pathologie du paludisme. Le docteur Pape Moussa Thior, coordonnateur du PNLP, s’est dit persuadé qu’‘’avec davantage de coopération, nous parviendrons à atteindre le plan des Objectifs mondiaux pour le développement, et peut être, les dépasser’’.

La Journée mondiale du paludisme a été célébrée samedi dernier à Kébémer sur le thème : ‘’Vaincre le paludisme, le compte à rebours est lancé’’. Fort de cela, Dr. Thior a invité les acteurs à élaborer de nouveaux outils et des approches, afin de parvenir dans le long terme, à une éradication du paludisme au Sénégal et dans le monde. ‘’Grâce aux innovations technologiques et stratégiques réalisées ces deux dernières années, ainsi qu’avec l’appui de nos partenaires, nous pouvons annoncer avoir de loin dépasser les objectifs de notre plan stratégique initial qui visait à réduire de 50% la morbidité et la mortalité’’, a-t-il soutenu. Il a réaffirmé son vœu de voir d’autres structures suivre l’exemple de HPD.

Le médecin-colonel Boubacar Wade, directeur de l’Hôpital principal Dakar, a, quant à lui, relevé que cette coalition avec le Programme national de lutte contre le paludisme est initié dans la perspective de réduire l’impact économique et social du paludisme. ‘’C’est pour cela, souligne le colonel Wade, l’Hôpital principal de Dakar a souhaité manifester son engagement à œuvrer en étroit partenariat avec le PNLP à travers le lancement officiel de la coalition HPD-PNLP contre le paludisme, sous l’égide de l’Organisation mondiale de la santé (OMS)’’. Selon lui, les parasites du paludisme sont devenus résistants aux médicaments les uns après les autres et de nombreux insecticides n’ont plus d’effets sur les moustiques qui véhiculent la maladie. Cependant, le directeur de l’Hôpital principal de Dakar a relevé qu’il existe des stratégies économiques efficaces pour le traitement, la prévention et les activités de lutte comme en témoignent les statistiques du PNLP qui, de par les plans développés, a nettement fait reculer le paludisme.

APS : Les signes cliniques du virus apparaissent 24 à 48 heures après l’infection (médecin) Les signes cliniques de la grippe porcine apparaissent seulement après la période d’incubation du virus, 24 à 48 heures après l’infection, a déclaré le professeur Bernard Marcel Diop, chef du service des maladies infectieuses du Centre hospitalier national universitaire (CHNU) de Fann.

‘’Le virus apparaît sous forme de frissons, de douleurs musculaires et articulaires, ou encore de la fièvre parfois intense à hauteur de 39 ou 40°C et, sous des formes plus sévères, des vomissements et la diarrhée, pour compléter le tableau clinique’’, a expliqué le virologue, mercredi à Dakar. Aussi, poursuit-il, ‘’le patient peut être sujet à des infections respiratoires tels que des éternuements, des écoulements nasaux, comme la rhinite, la toux et des difficultés respiratoires (Dyspnée)’’. Il a précisé toutefois que ce tableau clinique peut être confondue, en milieu tropical, par un paludisme, une grippe saisonnière ou le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère). Seul un prélèvement de gorge ou nasal des secrétions du cas suspect permet la confirmation par le laboratoire dans les 72 heures. A ce propos, Pr. Diop a indiqué qu’il n’existe pas encore de traitement et que, seule, la prévention reste efficace pour faire face à cette maladie qui en est à la phase d’alerte. Elle pourrait atteindre, si elle progresse, la phase de pandémie. Il a ainsi exhorté les personnels de santé et l’entourage de malade à se fonder sur des mesures préventives.

Il s’agit, pour lui, d’adopter des mesures générales de prévention de lutte contre la transmission, tels que se couvrir la bouche avec un mouchoir à jeter de préférence, chaque fois qu’on tousse, se couvrir le nez chaque fois qu’on éternue avec la main, se moucher avec des mouchoirs à jeter avant de les jeter dans une poubelle, si possible recouverte d’un couvercle. A cet effet, le professeur Bernard Diop a suggéré que le cas suspect soit signalé et que le malade soit référé dans l’établissement de santé le plus proche de son domicile.

‘’Il faut savoir qu’il n’existe pas encore de vaccin et les mesures d’hygiène générales et individuelles sont les seules garantes pour éviter la propagation de cette épidémie’’ a conclu le professeur Bernard Marcel Diop.

APS : La grippe humaine d’origine porcine ne se transmet pas par la viande de porc, selon un spécialiste

Le virus HINI, vecteur de la grippe humaine d’origine porcine, ne se transmet pas par la viande de porc, contrairement à certaines suppositions, a déclaré mercredi le professeur Bernard Marcel Diop, chef de service des maladies infectieuses du Centre hospitalier national universitaire (CHNU) de Fann. ‘’La maladie ne se transmet pas par la consommation de viande de porc cuite ou chauffé à plus de 70°C. La situation est donc très différente de celle de la grippe aviaire, pour laquelle la transmission interhumaine a été fortement suspectée’’, a expliqué Bernard Marcel Diop

Le médecin s’exprimait lors d’un atelier de mise à niveau des journalistes organisé par le ministère de la Santé et de la Prévention sur la question de la grippe dite porcine, au Service national d’éducation et d’information pour la santé (SNEIPS). Bernard Marcel Diop a indiqué que les mesures à prendre incluent l’isolement et le port de masques dans les zones touchées, parce que c’est un nouveau virus qui a muté et permet la transmission d’homme à homme. Selon lui, le virus n’a pas encore été isolé chez l’animal et il est ’’30 fois plus virulent que celui de la grippe porcine’’. Selon le spécialiste des maladies infectieuses, la grippe porcine est une maladie respiratoire aiguë du porc hautement contagieuse, provoquée par l’un des virus grippaux porcins de type A. ‘’Les virus grippaux porcins appartiennent le plus souvent au sous type H1N1, mais d’autres sous-types circulent également, tels que le H1N2, le H3N1, et le H3N2’’, a expliqué le professeur Diop. C’est pourquoi, il estime que l’appellation grippe porcine ou grippe mexicaine n’est pas adaptée. ’’Parce que si le virus est d’origine animale, il a muté et se transmet aujourd’hui uniquement d’homme à homme par voie aérienne’’, a-t-il indiqué en précisant que ce virus est constitué d’éléments de la grippe porcine, aviaire et humaine. ‘’A l’origine, ce virus a démarré discrètement aux Etats-Unis dans 6 états le 28 mars 2009 et est apparu le 2 avril 2009 chez un garçon de 4 ans. Puis il y a eu une alerte le 6 avril à Veracruz (Mexique) où, environ 60% des 3.000 habitants de la ville ont été affectés par ce virus’’ , a poursuivi Bernard Marcel Diop. Il a ajouté : ‘’elle est officiellement notifiée au monde le 24 avril dernier et, depuis, on compte près de 2 000 cas confirmés ou suspect et 154 décès au Mexique soit une létalité de 7,7%’’. A la date du 29 avriln a-t-il signalé, plusieurs cas confirmés et suspects ont été signalés dans 14 autres pays (Espagne, Ecosse, Allemagne, Autriche, Suède, Suisse, Israël, Nouvelle-Zélande, Australie, Brésil, Pérou, Colombie, Corée du Sud, Costa Rica). Toutefois, aucun décès n’est signalé dans ces pays. D’après le virologue, il existe peu d’informations sur ce virus de la grippe nord américaine ou grippe porcine, une appellation qu’il juge inadaptée). ‘’On sait juste que le virus de la grippe nord américaine se transmet d’homme à l’homme, d’où le risque d’épidémie voir de pandémie’’, a expliqué M. Diop qui précise que le niveau d’alerte a été élevé à 4,4 sur une échelle de 6, par l’OMS mardi dernier. Ce niveau d’alerte est susceptible de monter, a-t-il dit.

APS : Caravane médicale pour les enfants de la Pouponnière de la Médina et des handicapés Ouakam

L’association MEDISOL International organise jeudi une caravane médicale de solidarité en faveur des enfants de la Popponniere de la Medina et du centre des handicapés mentaux de Ouakam, a annoncé à l’APS le chargé de la communication. Adel Arab a précisé que l’activité permettra d’apporter une assistance aux enfants, à travers des dons en médicaments, des moustiquaires imprégnés et soins gratuits.

Cette caravane humanitaire comptera à son bord des médecins spécialistes (toutes spécialités confondues), de généralistes, de personnel paramédical et des professionnels de la communication, a-t-il précisé. M. Arab a ajouté que l’association dirigée par le Dr Rose Wardini, présidente des gynécologues du Sénégal, participe depuis plusieurs années à la prise en charge médicale, en médicaments, hospitalisations, interventions chirurgicales de malades qui souffrent de différentes pathologies.

APS : Grippe porcine : l’OMS craint une pandémie

L’Organisation mondiale pour la santé (OMS) est ‘’préoccupée’’ et craint que la nouvelle souche de la grippe porcine ne donne naissance à ‘’la pandémie grippale redoutée depuis de nombreuses années’’. Dans un communiqué transmis à l’APS, l’OMS indique qu’elle met en œuvre son Centre opérationnel afin de centraliser toutes les informations. Sa directrice, Margaret Chan ‘’estime nécessaire une période d’observation pour apprécier l’évolution de la situation et décider d’un changement de niveau d’alerte à la pandémie’’. C’est le vendredi 24 que la situation au Mexique commence à faire l’objet de dépêches de plus en plus nombreuses et précises : la grippe porcine qui aurait déjà tué au moins 150 personnes au Mexique, fait des centaines de malades.

L’OMS indique ‘’que le virus H1N1, responsable de l’épidémie, a ‘’un potentiel pandémique’’, précisant que cette grippe, qui se transmettrait d’homme à homme, ‘’a muté dans des gènes jamais rencontrés auparavant..., touchant le plus souvent de jeunes adultes’’. L’OMS souligne en outre que ‘’c’est la première fois qu’apparaît, dans un virus, une souche aviaire, deux souches porcines et une souche humaine’’ . Il est difficile de distinguer les symptômes de la grippe porcine de ceux de la grippe saisonnière, car les symptômes sont les mêmes, avertit l’OMS. Les symptômes sont : fièvre, douleurs musculaires dans l’ensemble du corps et surtout dans le dos, maux de tête et de gorge, faiblesse, fatigue anormale, difficultés à respirer pouvant être assez importantes, toux sèche... et écoulement significatif par le nez.

APS : La délivrance des certificats médicaux témoigne la confiance accordée au corps médical par la justice.

La délivrance des certificats médicaux dans les procédures judiciaires témoigne ‘’la confiance‘’ accordée au corps médical par la justice sénégalaise, a déclaré mercredi le ministre de la Justice , Madické Niang. ‘’La rédaction du certificat est un acte grave de l’exercice de la médicine qui témoigne, par sa portée, la confiance accordée au corps médical par notre système de justice’’, a-t-il notamment dit. Selon lui, ‘’la formule +Je soussigné, docteur en médicine, certifie que+ du médecin a une ‘’ portée que l’habitude et la routine font malheureusement souvent oublier’’.

Le ministre de la Justice présidait, en compagnie de son collègue de la Santé , Safiatou Thiam l’ouverture des journées de réflexions sur les certificats médicaux et les agressions sexuelles.

D’une durée de deux jours, la rencontre est organisée par le Service de documentation et d’études (SDE) de la Cour suprême. ‘’Le certificat dépasse le colloque singulier médecin-malade, il intéresse des tiers. Il permettra au malade ou au blessé de percevoir des prestations, indemnités ou même d’obtenir des réparations de toutes natures’’, a rappelé Madické Niang. ‘’A ce titre, a-t-il poursuivi, le certificat médical engage la responsabilité non seulement du médecin qui le rédige mais aussi la responsabilité civile et pénale des blessures volontaires et involontaires’’. Selon le Garde des sceaux, tous les acteurs impliqués dans la prise en charge de ce type de contentieux doivent ‘’suivre ‘’leur formation ‘’sous peine de perdre leur savoir-faire’’. ‘’C’est une lourde responsabilité pour le médecin, l’officier de police judicaire, le membre de la juridiction de jugement d’avoir l’ambition de participer à l’efficacité de la justice pénale en produisant des actes routiniers’’, a souligné le ministre de la Justice.

Parlant des agressions sexuelles, il a révèle que le Comité de réflexion sur les violences sexuelles faites aux femmes de son département a suggéré ‘’l’institution, au sein des services de santé, d’unités de médecine judiciaire qui seront seules habilitées à délivrer les actes destinés à renseigner les procédures judicaires’’.

Source : http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>