Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU MARDI 28 AVRIL 2009
APS : Diourbel : 30 relais formés à la lutte contre les IST/SIDA T

Un atelier de formation sur les IST/SIDA à l’intention de 30 pairs éducateurs s’est ouvert lundi à Diourbel à l’initiative du projet de marketing social pour la réduction des comportements à risque de transmission d’IST-VIH/SIDA chez les jeunes. L’atelier qui va durer cinq jours s’est donné comme objectifs de renforcer les connaissances des pairs éducateurs ou relais et d’améliorer leurs compétences en vue de réaliser des causeries à l’intention de la cible jeune agée de 15 à 24 ans. La démultiplication des connaisances ainsi acquise portera sur les modes de transmission des IST/SIDA et les moyens de prévention contre ces maladies. Selon Ousmane Wade, chargé de programme au niveau du projet, quatre thèmes seront abordés au cours de l’atelier dont les participants viennent des régions de Thiès et de Diourbel. Ils ont trait à la \"connaissance de soi\", aux \"maladies sexuellement transmissibles (IST)\", au \"VIH/SIDA\" et aux \"techniques de communication inter-personnelle\". \"Il y a un dispositif de suivi tant au niveau régional que national pour s’assurer de l’effectivité des activités mais aussi de la qualité des causeries menées par les pairs éducateurs\", a assuré M. wade au cours d’un entretien avec la presse. Le projet qui émane comité national de lutte contre le side (CNLS) a démarré ses activités en 2005 doit s’achever en 2010. A terme, il envisage de sensibiliser 200000 jeunes à travers tout le pays et de vendre 16 millions de préservatifs masculins et 450 000 préservatifs féminins en vue de réduire les comportements à risque.

APS : La prise en charge des fistules, ’’un drame socio-culturel’’, selon Seydina Ababacar Diouf

La problématique de la prise en charge des fistules obstétricales constitue ’’un véritable drame socioculturel’’, dans la région de Kolda (sud), a indiqué le directeur du centre hospitalier régional, Seydina Ababacar Diouf. Le médecin qui s’exprimait dimanche lors de la visite de parlementaires espagnols à l’hôpital régional de Kolda, a plaidé à cette occasion en faveur des patientes qui, selon lui, ‘’souffrent en silence’’ du fait des fistules obstétricales. Il a ajouté que les femmes souffrent aussi à cause du coût élevé de la prise médicale qui fait que près de 95 % d’entre elles n’arrivent pas à satisfaire les frais médicaux, du fait de la situation de pauvreté des ménages.

‘’La pathologie est bien présente à Kolda. Malgré les efforts consentis par les autorités médicales du centre hospitalier régional et ses partenaires, les problèmes demeurent réels du fait de la situation de pauvreté des populations de cette région’’, a expliqué Dr Diouf. Le coût de la prise en charge d’un patient s’élève à 60 000 francs CFA, a-t-il précisé. Une dépense à laquelle il faut ajouter les frais médicaux : ordonnances, hospitalisation, honoraires des équipes médicales, etc.

Selon le Dr Adama Ndoye du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP), on observe la fistule chez des adolescentes et chez des femmes. ‘’Ce constat est le triste sort des femmes de la région, où près de 58 % des accouchements ne sont pas assistés par un personnel médical et notamment dans les domiciles’’, a déploré Dr Ndoye. En 2008, une intervention chirurgicale avait permis de sauver la vie à la dame F.S. atteinte de fistule lors de sa sixième grossesse. Devant les parlementaires espagnoles, partenaires au développement et autorités médicales, cette femme a indiqué qu’elle avait été rejetée par son époux. ‘’J’ai traîné cette maladie pendant 20 ans avant qu’une voisine ne me dise, qu’au niveau de l’Hôpital régional, on soignait la maladie. J’étais à ma sixième grossesse. J’avais été répudiée par mon mari à cause de ma maladie’’, a-t-elle raconté. Elle a ajouté : ’’j’ai tenté de mettre un terme à ma vie en buvant des produits toxiques, car je suis musulmane pratiquante, et la maladie m’avait empêché également de faire mes prières, j’ai souffert pendant des années avant de rencontrer cette voisine qui m’a indiqué l’adresse de l’hôpital, où j’ai été sauvée’’. A l’image de cette dame, de nombreuses autres femmes du Fouladou- Pakao souffriraient de ce même calvaire. Certaines vivent le mal en silence de peur d’être répudiées, voire abandonnées par les proches et voisins.

Pour mobiliser des ressources financières dans le but d’apporter des réponses favorables à la problématique de la santé de reproduction dans la région de Kolda, l’UNFPA est descendue sur le terrain avec des parlementaires espagnols pour rencontrer les principales populations bénéficiaires de la région de Kolda.

APS : Ouverture d’un atelier de validation d’un avant-projet interdisant la publicité du tabac, mardi

Le Mouvement antitabac du Sénégal organise, mardi à 9h au Service national d’information et d’éducation pour la santé (SNEIPS), un atelier de validation d’un avant-projet de loi pour l’interdiction de toute forme de publicité, de promotion et de parrainage national et transnational en faveur du tabac. Cette rencontre permettra également d’étudier l’interdiction pour l’apposition de message ou d’image d’avertissement à la santé pertinents sur les paquets de cigarettes au Sénégal.. Pour faire foi, le texte rappelle à ce propos, la loi portant interdiction totale de la publicité et de l’utilisation du tabac dans certains lieux publics adopté en 1981 par le gouvernement du Sénégal. En 1985, l’Etat avait modifié celle-ci par une nouvelle loi qui n’interdit la publicité que par voie d’émissions de télévision. L’organisation de cet atelier s’inscrit dans le cadre de la mise en application des articles 13 et 11 de la Convention cadre de l’Organisation mondiale de la santé pour la lutte antitabac au Sénégal. Il vise, au sortir de l’atelier, l’acquisition d’un draft de projet de loi pour mener le plaidoyer auprès des parlementaires et du président de la République en vue de modifier la loi de février 1985.

Le Soleil : ÉCOLE DE MÉDECINE SAINT CHRISTOPHER IBA MAR DIOP : La première thèse sur l’évolution inquiétante du diabète

C’est une première à l’école de médecine Saint Christopher Iba Mar Diop de Dakar. Samedi, Zouadié Eliane Florine Bassole, étudiante de nationalité burkinabé, y a soutenu une thèse de doctorat d’Etat et a obtenu la mention très honorable. La journée du samedi 25 avril 2009 restera gravée dans les annales de l’Ecole de médecine Saint Christopher Iba Mar Diop de Dakar. Pour la première fois, un étudiant inscrit dans cette institution privée, crée en 2003 (18 nationalités et 162 étudiants) soutient une thèse de doctorat d’Etat. Zouadie Eliane Florine Bassole, de nationalité burkinabé, a obtenu la mention très honorable après avoir travaillé sur un sujet actuel : « Prévalence du diabète et de l’intolérance en glucose chez les patients atteints du syndrome coronarien aigu. Etude rétrospective portant sur 86 cas ». Réalisant du coup ce qui jusqu’ici paraissait impossible. A la grande satisfaisante du patron de l’école. « C’est une ambition qui se concrétise. Cette soutenance marque une pierre indélébile dans la vie de notre institution », s’est réjoui Pr Pierre Ndiaye. Arborant son manteau de président de jury, M. Ndiaye a jugé le sujet de la Thèse pertinent et actuel. Le diabète, dit-il, prend des proportions inquiétantes au sein de la population sénégalaise. D’où, recommande-t-il, la nécessité de revenir sur la prévention en mangeant « moins gras et moins sucré ». Pr Ndiaye a révélé qu’une famille sénégalaise consomme 20 kg de sucre par mois là où celle européenne se contente d’un kg. « Ce sont ces mauvais comportements alimentaires d’aujourd’hui qui font le lit des pathologies de demain », a fait remarquer le président de jury qui est également revenu sur les objectifs généraux de l’institution qu’il dirige. « Notre souci, en créant cette école, était de contribuer à la résolution des problèmes de santé de l’Afrique et de notre pays », avance M. Ndiaye qui informe qu’au Sénégal, il y a 1 médecin pour 10.000 habitants. « Il y avait une urgence de booster une nouvelle de formation ». Le directeur de thèse, Pr Abdoul Kane et les deux membres de jury (Pr Mourtalla Ka et Pr Maboury Diao) ont tous abondé dans le même sens mais ont surtout axé leurs interventions sur le « remarquable travail » présenté par l’étudiante burkinabé.

Le Soleil : LUTTE CONTRE LE PALUDISME A THIES : DES MOUSTIQUAIRES IMPRÉGNÉES AU POSTE DE SANTÉ DE HANNENE

Le village de Hannene situé à plus d’une quinzaine de kilomètres de Thiès a reçu 200 moustiquaires imprégnées de l’African Média And Malaria Research Network, dans le cadre de la lutte contre le paludisme. Le chef de poste de Santé, Djiby Mbodj, a souligné que ces moustiquaires vont contribuer davantage à faire reculer la maladie dans la zone où 2.000 malades sont consultés par mois. « Avec une bonne sensibilisation, nous sommes parvenus à faire en sorte que les populations puissent utiliser les moustiquaires ». Le poste de Santé de Hannene polarise plusieurs villages très enclavés, une population de 9.291 habitants pour un seul infirmier. Les évacuations urgentes se font par charrette.

Sud Quotidien : KEDOUGOU / IST -VIH/SIDA ET MARKETING SOCIAL Des millions de préservatifs pour les jeunes de 15 à 30 ans

Les infections sexuellement transmissibles (Ist) et le vih/sida ne sont plus méconnus dans les zones urbaines et péri urbaines du Sénégal aujourd’hui. Mais pour faire baisser le taux de prévalence qui est estimé à 4% dans la nouvelle région de Kédougou, une mise en œuvre des activités opérationnelles du projet de réduction des changements de comportements chez les jeunes initié par la coopération allemande (Kfw) et confié à l’agence pour le développement du marketing social (Ademas) est destinée aux jeunes. Ils sont issus de plus d’une vingtaine d’associations sportives et culturelles de Saraya et de Kédougou. Au moment où la prévalence du Vih/sida est estimée à 0,7% à l’échelle nationale, elle est beaucoup plus alarmante dans la nouvelle région de Kédougou. Sur 100 personnes dépistées dans les zones à haut risque comme en milieux aurifères, les 4 sont séropositifs. Ce qui veut dire que malgré les efforts consentis par les autorités médicales du district et du centre conseil pour adolescents coiffé par le Cdeps de Kédougou, la situation est de plus en plus inquiétante à cause de plusieurs facteurs . La situation géographique de la région qui est frontalière aux républiques sœurs de Guinée et du Mali et l’exploitation de ses ressources en sont déterminants. « A Kédougou la situation n’est pas aussi critique qu’on le pense » a déclaré l’inspecteur régional de la jeunesse Niokhor Ndiaye lors dans son speech lors de la cérémonie d’ouverture de l’atelier qui a pour unique objectif de changer le comportement des jeunes. Ce projet financé par la coopération allemande est confiée à Ademas une organisation non gouvernementale experte dans le domaine des méthodes contraceptives .Ils ont à leur actif des types de préservatifs masculins et féminins connus par presque tous les jeunes actifs sexuellement. Mais pour cette année ils comptent innover en mettant sur le marché fagaru et fagaru 2 respectivement des préservatifs masculins et féminins à en croire Abdoulaye Sow responsable à l’agence pour le développement du marketing social (Ademas) Kfw. « Ce projet confié à Ademas s’appuie sur deux volets que sont :un marketing comportemental accès sur la promotion des valeurs positives à travers l’abstinence et la fidélité et la mise à disposition de préservatifs pour les jeunes qui sont sexuellement actifs » indiquait l’inspecteur Sow.

Dans le même sillage si les jeunes ont été choisis c’est parce que l’agence pour le développement du marketing social est un projet de la communauté selon toujours l’inspecteur Abdoulaye Sow d’où l’importance de trouver la frange la plus exposée au sein de leur base pour qu’ils servent de relais au terme de l’atelier qui durera cinq jours. Cette agence qui intervenait depuis sa première année dans six régions est en train d’élargir son champ en y ajoutant Kédougou et la cité religieuse de Diourbel.

Dans ce sens des activités seront mises en œuvre en tenant compte du contexte socioculturel sur la base d’une information judicieuse,d’une sensibilisation orientée vers les préoccupations des cibles et d’une éducation apte à stimuler de façon volontaire les attitudes recherchées. Entre autres activités un lot de 16.000.000 de préservatifs masculins et 450.000 préservatifs féminins va inonder le monde des jeunes garçons qui ont 15 et 24 ans et celui des femmes qui ont 30 ans. « Fagaru mo geune faju » en d’autres termes « mieux vaut prévenir que guérir ».

Source : http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>