Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU JEUDI 02 AVRIL 2009
APS - Safiatou Thiam explique les raisons de l’initiative des ’’Badiénou Gokh’’

Le ministre de la Santé et de la Prévention, Safiatou Thiam, a réaffirmé que l’initiative des ‘’Badiénou Gokh’’ a pour objectif de réduire la mortalité liée à la procréation en accompagnant les femmes en âge de procréer, les femmes enceintes, les femmes qui accouchent et les nouveau-nés. Mme Thiam qui présidait mercredi un forum d’engagement des ’’Badiénou Gokh’’ de Saint-Louis, a estimé que la réduction de la mortalité maternelle et néonatale demeure ’’une priorité absolue’’ pour le Sénégal où la grossesse se termine souvent en drame pour certaines femmes et familles. Les statistiques de l’enquête démographique et de santé de 2005 signalent que 401 décès maternels ont été enregistrés pour 100 mille naissances, 35 décès néonatals pour 1000 naissances et 121 décès d’enfants de moins de 5 ans pour 1000 naissances. ‘’Le décès d’une mère ou d’un enfant n’est pas une fatalité car il est clairement établi que ces décès sont évitables dans la majorité des cas’’, a ajouté Safiatou Thiam rappelant que les efforts entrepris par l’Etat dans la lutte contre la mortalité maternelle et infantile.

Pour elle, ‘’l’action des +Badiénou Gokh+ sera déterminante pour la recherche des soins pour une maternité à moindre risque et la survie des enfants dans la communauté.’’ Elle a assuré que la réussite de l’initiative passe par le dévouement et l’abnégation des ’’Badiénou Gokh’’ qui se sont engagées dans une déclaration à contribuer à l’amélioration de la santé de la mère et de l’enfant.

Le ministre de la Santé avait dans la matinée présidé une rencontre regroupant les médecins-chefs des régions nord à l’hôpital régional de Saint-Louis.

APS - Décentralisation de la santé : le SUTSAS dénonce ‘’le dilatoire’’ des collectivités locales

Dakar, 1er avr (APS) - Le Syndicat unique des travailleurs de la santé et de l’action sociale (SUTSAS) a dénoncé mercredi le dilatoire des collectivités locales dans la gestion de la santé. C’est ’’hélas ! le dilatoire, encore le dilatoire et toujours le dilatoire’’, se désole le SUTSAS dans une déclaration publiée lors d’une conférence de presse.

Le bureau exécutif de ce syndicat affirme qu’il ‘’s’est toujours battu pour la révision du décret portant transfert des compétences dans les domaines de la santé et de l’action sociale.’’ L’Etat a transféré plusieurs compétences dont la gestion de la santé aux collectivités locales, depuis 1996. Le SUTSAS déplore ‘’les fortunes diverses dans la prise en charge des domaines de compétence que sont la santé et l’action sociale.’’ ‘’Les moyens de la compétence transférée sont non seulement insuffisantes à tout point de vue, mais aussi font l’objet de détournement d’objectifs (...) Nous voulons que le transfert des compétences soit effectif’’, a-t-il indiqué. Les travailleurs de la santé dénoncent ‘’les coupes sombres dans l’affectation (des ressources des établissements de santé) ou une ignorance quasi-totale de la mission de ceux à qui ces domaines sont transférés.’’

‘’Les comités de santé sont pour la plupart des objets de convoitises personnelles, même si la contribution des populations est supérieure à celle de l’Etat par endroits. Rares sont les comités de gestion qui fonctionnent selon les prescriptions de la loi organisant le transfert de la gestion de la santé aux collectivités locales’’, affirment les syndicalistes. Seuls deux établissements de santé sur une trentaine fonctionnent conformément aux règles de la décentralisation de la santé, a dit le secrétaire général du SUTSAS Mballo Dia Thiam. Il s’est gardé de donner l’identité de ces ’’exceptions’’ en matière de gestion de la santé. ‘’Les recommandations de assises nationales de la santé (en 2000) souffrent d’une insuffisance notoire d’application, car jusqu’ici les directions régionales de la santé n’ont pas pu le jour’’, poursuit le syndicat.

La création de ces directions régionales de la santé devait assurer la promotion de la prévention au détriment du curatif, a rappelé M. Thiam.

Le Soleil - CENTRE NATIONAL DE TRANSFUSION SANGUINE : La grève des agents plonge les hôpitaux dans la pénurie

Les agents du Centre national de transfusion sanguine observent quotidiennement un sit-in de deux heures depuis 17 jours. Des arrêts de travail qui ont entraîné un manque de sang qui n’est pas sans conséquences sur les hôpitaux.

Les agents de centre national observent tous les jours de 10 heures à midi un sit-in et ne font plus des collectes à l’extérieur de leur service. Ces arrêts de travail sont aujourd’hui à l’origine de la pénurie. « Nos services ne fonctionnent pas à plein régime depuis le 17 mars. Nous avons des problèmes avec nos fournisseurs. Nous connaissons toujours des ruptures de sang, de poches, des petits consommables. Nous voulons que l’Etat paie nos créances pour améliorer le fonctionnement de ce centre indispensable pour le système sanitaire du Sénégal », a laissé entendre le Secrétaire général de la section Syndicat unique des travailleurs de la Santé et de l’Action sociale, (Sutsas), Saliou Ndiaye.

Ici, les agents entrevoient la probabilité pour la structure de ne pas pouvoir honorer les dépenses incompressibles. « Si ça continue, on risque de se retrouver avec des arriérés de salaires pour les contractuels et un ralentissement de fonctionnement des services », prévient Saliou Ndiaye.

Ce dernier et d’autres agents plaident pour l’augmentation du budget de fonctionnement de ce centre qui alimente tous les hôpitaux et autres structures de Santé du Sénégal.

« Le Centre national de transfusion sanguine est indispensable pour le fonctionnement de tous les hôpitaux du Sénégal. Mais nous sommes les parents pauvres du système sanitaire du Sénégal. Depuis plus de dix ans, nous avons un budget de 90 millions Fcfa. Il n’évolue pas alors que le Centre national de transfusion du Burkina Faso a un budget d’un milliard de francs Cfa », avance Saliou Ndiaye.

Le Soleil - HÔPITAL MILITAIRE DE OUAKAM : L’ARMÉE OFFRE DES SOINS AUX INDIGENTS

Pour coller au thème de la célébration de la 49è année : « Forces de défense et de sécurité au service de la diplomatie », l’Hôpital militaire de Ouakam a organisé hier des consultations gratuites pour les populations indigentes. Les malades sont venus de partout et ont été soignés sans bourse délier. Dans le service de cardiologie et au centre dentaire, les praticiens prodiguent gratuitement des soins, tandis que les chirurgiens ont opéré gratuitement 7 malades. « Depuis 2 semaines, nous avons répertorié ces 7 indigents qui couraient après une opération depuis plusieurs mois », révèle le directeur de l’hôpital militaire de Ouakam, Serigne Modou Sarré. A l’en croire, 90 % des prestations de l’hôpital concernent les civils. L’établissement souffre cependant d’une insuffisance criante de budget de fonctionnement. « C’est un hôpital militaire dont les 80 à 90 % des activités sont offertes aux populations civiles. Mais, nous n’avons pas un budget suffisant pour faire face à nos obligations », avance le directeur, Modou Sarré.

Le Soleil - MALFORMATIONS PHYSIQUES : 30 ENFANTS SÉLECTIONNES POUR DES OPÉRATIONS ORTHOPÉDIQUES A TAMBACOUNDA

L’Ong Caap Africa, une association humanitaire basée à Monaco, va organiser, du 06 au 13 juin prochains une mission d’opérations orthopédiques à Tambacounda, à l’Est du Sénégal. Ces interventions chirurgicales symboliques concerneront une trentaine d’enfants en milieu défavorisé. Tout est parti d’une action bénévole envers un adolescent. Et depuis lors, l’envie de recommencer a pris forme. Aujourd’hui, l’objectif de l’Ong Caap Afrika, dont la première mission au Sénégal date de 2002 à Saly, a décidé de venir au chevet d’enfants souffrant de malformations physiques. Il s’agit des enfants handicapés habitants la région de Kédougou qui seront sélectionnés afin de subir des opérations orthopédiques. Une mission d’évaluation de ce projet, conduite par le président de l’Ong, Michelis Massimo, vient de séjourner au Sénégal afin de mieux préparer l’opération.

Source : http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>