Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU MARDI 03 MARS 2009
APS : La femme et la culture au menu du congrès des psychiatres francophones La femme et la culture seront les principaux sujets de réflexion et d’échanges entre les psychiatres francophones qui se réuniront pour la première fois à Dakar lors des ‘’Sixièmes Rencontres Francopsies’’ prévues à partir de jeudi.

Ainsi la rencontre entre les spécialistes de la santé mentale que sont les psychiatres, psychologues, psychothérapeutes sera axé sur le thème ‘’Psychiatrie et féminité au cœur de la culture’’ pour ‘’rendre un hommage particulier à toutes les femmes déchirées par les guerres génocidaires de ce monde’’, a soutenu Dr Félicien Adotévi, co-président du congrès. En conférence de presse lundi à Dakar, Dr Atotévi, entouré de quelques membres du comité d’organisation, a expliqué le choix du thème par ‘’une reconnaissance de leur courage quotidien, matrice de la transmission, de la création et de l’espoir’’. En même temps, il rappelle ‘’un souci de réfléchir sur la position des femmes dans la prise en charge des pathologies liées à la santé mentale’’.

En fait, a-t-il souligné, ‘’lorsque quelqu’un est malade, c’est toujours à la femme qu’incombe le rôle de soutien, d’accompagnatrice. Elle est toujours plus présente et plus forte’’, a-t-il ajouté. ‘’La femme est le creuset où se dessinent toutes les cultures, elle est devenue le moteur du développement. Sans la femme, beaucoup de choses disparaîtraient’’, a soutenu Dr Adotévi, pour dire que ‘’ce poids dans la société amène des frictions, source d’anxiété et de stress’’. Sur le clin d’œil fait à la culture, le chef du service de la psychiatrie de l’hôpital Fann, Pr Momar Guèye note que c’est un besoin de montrer son importance en Afrique sur la prise en charge des troubles psychiatriques et voir comment la culture continue de ‘’colorer les signes cliniques des patients’’. Ainsi, les congressistes sont conviés à aborder sous des angles multiples ‘’l’évolution du statut de la femme africaine, femme et culture à l’épreuve des mutations et l’existence d’une spécificité de la pathologie féminine’’, a-t-il encore expliqué.

La rencontre organisée par l’Association sénégalaise des psychiatres (ASPSY), en partenariat avec Alternative fédérative des associations de psychiatrie (ALFAPSY) regroupera près de 250 participants venus des pays francophones. Pendant 7 jours, symposiums, ateliers, animations culturelles et espaces littéraires rythmeront les travaux du congrès organisés à l’ENDSS, à l’Institut français Léopold Sédar Senghor (ex-CCF) avec des sorties aux hôpitaux de Fann et de Thiaroye. Le congrès sera aussi l’occasion pour les participants de tenir l’assemblée générale de l’ALFAPSY et la réunion du comité international qui va faire la synthèse des travaux.

Sud Quotidien : MALADIE DE LA RAGE EN AFRIQUE 24 000 PERSONNES MEURENT DE LA MALADIE PAR AN

En Afrique, 24.000 personnes meurent chaque année de la rage. Autrement dit une personne (le plus souvent un enfant) meurt de la rage toutes les 20 minutes. Une situation jugée inacceptable, d’autant plus qu’il est possible de prévenir la maladie par un simple traitement médical, en suivant les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

C’est le constat fait par un spécialiste de cette maladie à quelques jours de la rencontre prévue sur la question à Dakar à l’occasion de la 2ème réunion des experts de la Rage en Afrique Francophone, prévue du 16 au 19 mars prochains. La rage est une maladie négligée en Afrique mais qui tue environ quelques 25 000 personnes par an. La maladie est présente dans tous les pays d’Afrique. C’est le constat déploré par des experts africains qui se réunissaient récemment en Côte d’Ivoire. Selon ces mêmes experts, il y a des maladies qui font parler d’elles et qui finalement ont une incidence annuelle assez faible.

C’est pourquoi en tant qu’ experts en la matière, ils sont obligés de signaler des maladies négligées pour lesquelles ils existent des médicaments, a expliqué Hervé Bourhy, du Centre national de référence de la rage à l’Institut Pasteur de Paris. Ce qui a poussé aujourd’hui la création de l’afro Reb, le Bureau d’experts de la rage du continent Africain. Car soutient toujours un des spécialistes de la maladie, en 2008, soit 120ans après la création de l’Institut Pasteur, en Afrique, on n’a plus le droit de mourir de la rage pendant que le vaccin existe et qu’il est efficace à 100% . C’est pourquoi l’Afro Reb a exhorté les autorités publiques africaines à intégrer la rage dans les systèmes de surveillance » ; soulignant des données épidémiologiques indisponibles ou incorrectes dans la plupart des pays« . Ainsi, le réseau va promouvoir la »mise en commun des ressources et des expertises pour un meilleur contrôle de la rage en Afrique\".

La rage est une maladie animale transmissible à l’homme, généralement à travers la morsure d’un chien contaminé. La maladie est toujours mortelle. « Nous avons des chiens errants en Afrique dont la morsure peut provoquer la maladie après 15 jours », a relevé un des experts qui a participé à la rencontre. Pour la prévention, les experts rappellent la nécessité de laver immédiatement la plaie à l’eau et au savon pendant au moins 15 minutes et l’urgence de se rendre au centre de santé pour recevoir la vaccination et les immunoglobulines antirabiques. Il est essentiel que la population et le personnel de santé soient bien informés de ces gestes et de ces traitements. Les experts d’AfroREB soulignent l’importance de la formation du personnel de santé et de l’information du public, notamment au niveau des écoles, les enfants étant la première population à risque.

Sud Quotidien : CRISE DANS LE SECTEUR DE LA SANTE Le Sutsas exhorte le Gouvernement à respecter ces engagements

Le Secrétariat exécutif permanent du Syndicat unique des travailleurs de la santé et l’action sociale (Sutsas), s’est prononcé hier sur le climat social « délétère » qui prévaut dans certains établissements de santé du pays.

En effet réunis en assemblée générale à son siége à Derklé, les camarades de Mbalo Dia Thiam ont revisité les questions liées à la dette hospitalière, la contractualisation et au projet d’assises nationales de l’Action sociale. Dans un communiqué de presse rendu public hier lundi, le Syndicat unique des travailleurs de la santé (Sutsas) ; a déploré la situation sanitaire qui prévaut dans le pays et qu’il juge « lourde de conséquences fâcheuses ». Et selon l’instance de décision du Sutsas, « cette situation a terminé par réduire les établissements de santé en foyers de tension permanente ». Selon les syndicalistes, cette situation est favorisée par « la dette hospitalière, par l’acharnement de certains activistes en mal de popularité et en quête de leadership, par le non-respect par les directions de ces établissements de leurs engagements vis-à-vis de leur personnel » . Jugeant ce climat particulièrement préoccupant, le secrétariat exécutif permanent (Sep), tout en saluant les efforts internes du Ministère de la Santé qui octroie des subventions d’appui aux projets d’établissement et de soutien à l’apurement de quelques arriérés, a invité le gouvernement en ce qui le concerne à « respecter lui aussi ses engagements en soldant définitivement la dette hospitalière actuellement chiffrée à 15 milliards de nos francs ».

Par ailleurs, le Sep a exhorté les travailleurs, « à plus de retenue, à davantage d’esprit de responsabilités dans une lutte dépouillée de tout acharnement aveugle dans le respect de la discipline syndicale. » Le Sep a également souligné que « le recrutement massif constitue une des solutions primordiales aux problèmes posés par les ressources humaines ». C’est pourquoi, il a invité le ministère « à recruter sans tarder et dans la transparence les diplômés postulant dans la limite du quota des 800 agents mis à sa disposition, en plus des agents de l’ex- PDIS et de l’ex-CTO. Le SEP exige le paiement de six mois d’arriérés de salaires aux contractuels. En outre, le Sep a invité le ministre de la Fonction publique et celui de la Santé à « diligenter la signature du décret portant relèvement au Bac du niveau d’admission à l’Endss » de même que celui portant sur le statut du personnel des établissements publics de santé qui se trouve en souffrance au Secrétariat général du gouvernement depuis des semestres. »

Source : http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>