Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU VENDREDI 13 FEVRIER 2009
Le Quotidien : TOUBA - Santé des pèlerins : Objectif zéro cas de choléra

Le ministre de la Santé a fait un tour à Touba pour s’enquérir de l’état du dispositif mis en place et des conditions de travail des agents de son département qui en a déployé une centaine qui viendront appuyer les locaux.

Zéro cas de choléra, tel est l’objectif du ministère de la Santé pour ce Magal 2009 qui sera célébré dans quarante huit heures. Safiatou Thiam, le ministre de la Santé et de la Prévention médicale en visite de travail dans la cité religieuse se dit rassurée : « Je peux dire que cette année, nous n’avons pas eu d’épidémie de choléra. Nous avons noté quelques cas sporadiques et nous savons que les conditions qui favorisent le choléra, étaient bien présentes mais, nos équipes ont travaillé dans l’information. Quand on faisait nos études de médecine, on nous disait que les épidémies de choléra surviennent tous les dix ans. Mais, nous avons remarqué au Sénégal que depuis quelques temps, nous étions presque habitués à voir, tous les ans, des épidémies de choléra. Il faut qu’on revienne à cela, il faut que les épidémies de choléra soient des exceptions. Et le service de l’Hydraulique en a fait autant pour que les populations bénéficient d’une eau potable. Objectivement, je pense que nous pouvons nous fixer un objectif de zéro choléra. » Toutefois, sur le terrain, la vigilance doit être de rigueur car, des cas de vomissements suivis de diarrhée sont notés dans certains quartiers périphériques. L’autre défi que s’est lancé le département de la Santé est une prise en charge gratuite des patients pendant cinq jours. Pour y parvenir, 106 postes de consultations avec des équipes complètes seront positionnés. L’innovation a constitué à installer à Bambey, un camion hôpital avec comme tâches de réaliser des interventions urgentes. Pour y parvenir, un budget de cent millions de francs a été dégagé dont 25 millions ont servi à acheter des médicaments et 200 moustiquaires. Un nouveau dispositif prenant en charge trois régions à savoir Thiès, Diourbel et Louga avec Darou Mousty est mis en place et toutes les structures médicales sont mises en état d’alerte et d’urgence. Interpellée sur les dettes que traîne l’hôpital Mathlaboul Fawzéni et qui sont estimées à des centaines de millions, le Dr Safiatou Thiam déclare : « Nous avons prévu un programme de redressement pour tous les hôpitaux. Ce problème n’est pas seulement un problème de Mathlaboul Fawzéni. Tous les hôpitaux ou du moins la plupart des hôpitaux ont des charges qui sont disproportionnées et qui sont même déséquilibrées. Aucune entreprise au monde ne peut fonctionner avec plus de 100% de ses recettes en salaire. Imaginez, là où vous travaillez, si en plus de tout ce que vous gagnez, vous devez en plus emprunter pour payer les salaires, avec quoi, vous allez travailler ? Donc, l’Etat donne la subvention aux hôpitaux et cette année, nous avons pu avoir une subvention complémentaire de 2 million 700 mille francs pour encore appuyer les hôpitaux mais, tout cela doit aller de pair avec un assainissement de la gestion des hôpitaux. » « Malheureusement, nous sommes au Sénégal, où vous, moi, tout le monde va chercher à placer un parent et tout le monde n’a pas les compétences. Si tout ce personnel qui prend toute la charge de l’hôpital était du personnel technique, cela réglerait peut-être certains problèmes ou en tout cas, dans des ratios de 70% du personnel technique, 30% du personnel non technique. Parce que nous avons besoin de tout ce personnel à l’hôpital, mais il y a eu des dysfonctionnements qui se sont installés pendant dix ans. C’est depuis 1998 et peut même avant 1998 parce qu’il y avait les comités de santé. Donc, ces problèmes que nous avons traîné pendant dix ans, nous allons essayer d’y trouver des solutions », poursuit Dr Thiam selon qui, « c’est parfois difficile pour les travailleurs qui sont impatients parce que l’hôpital, qui a des charges très lourdes va leur devoir des primes, des dettes sociales et parfois ils peuvent être exaspérés mais avec l’aide de Dieu, nous allons dépasser tous ces problèmes ». Par ailleurs, Serigne Cheikh Thioro Mbacké, président de la commission santé du Magal demande aux conducteurs de redoubler de vigilance et de prudence sur la route afin de préserver la vie des pèlerins.

Sud Quotidien : DON DE MEDICAMENTS A BEUNOBA (LAC ROSE) Les femmes du Caedas raniment la case de santé

Le développement à la base ne peut prospérer sans des ressources humaines jouissant d’une bonne santé et d’une bonne qualité de vie. Conscientes du fait, les épouses des Ambassadeurs accrédités au Sénégal, diplomates et autres représentants d’organisations Internationales, ont remis ce mardi un don de médicaments à la case de santé de Beunoba (Lac Rose). Ce geste qui s’inscrivait dans le cadre de leurs actions au sein du Caedas a permis le re-démarrage effectif des activités de ladite unité sanitaire, au grand bénéfice des populations riveraines. Musique, chants, danse et tenue de dimanche. La joie et l’apaisement emplissaient l’atmosphère, ce mardi, lors de l’inauguration tant attendue de la case de santé du petit village de Beunoba, situé à côté du Lac Rose. Durant plusieurs mois en effet, les épouses de diplomates étrangers, regroupées au sein du Caedas, et les habitants de la localité se démenaient pour « ressusciter » le dispensaire du village, une structure sanitaire indispensable aux populations et autres riverains bien souvent à court de moyens financiers pour se rendre en ville en cas de maladie, voire pour bénéficier des premiers soins médicaux. L’on comprend ainsi aisément la joie manifeste que les populations locales ont éprouvée avec l’ouverture de la case de santé, grâce à l’arrivée des premiers médicaments offerts par les membres du Caedas.

Une chose qui a permis à la structure de jouir, en réalité, d’une sorte de seconde naissance. Construite en effet par l’Agence du fonds de développement social (Afds) en 2005, la case de santé rencontrait diverses entraves pour prendre en charge normalement les besoins de santé primaire des populations riveraines. Quoiqu’elle pût bénéficier d’un personnel qualifié en phase de renforcement des capacités, le manque d’argent et de ressources obstruait de fait le bon fonctionnement du dispensaire. L’infirmier Abdourahmane Dia ne pouvait dégager des recettes des auscultations (200 Fcfa en moyenne par cas) suffisamment d’argent pour subvenir à tous les besoins du dispensaire. Révoltés par cette situation, les villageois ont alors cherché une aide extérieure et leur sos a été entendu par les dames du Caedas qui, sensibles à la situation, ont très vite réagi. Elles ont fait don des bénéfices de leur organisation afin d’apporter des médicaments pour soutenir le re-démarrage de la case de santé.

« Une aide ponctuelle qui aura à se déployer tant que nécessaire », a assuré Madame Lakhdar, épouse de l’Ambassadeur de Tunisie et Présidente du Caedas. Pour leur part, les autorités présentes à la cérémonie d’inauguration ont assuré de leur soutien pour pérenniser le bon fonctionnement de la structure sanitaire. Le Docteur Balla Mbacké Mboup, directeur des établissements de santé du ministère de tutelle, a marqué ainsi l’intérêt que porte son département même à la plus petite de ses structures de santé. « Tous les moyens dont dispose le ministère pour améliorer la santé des populations et qui doivent se trouver dans chaque case de santé, seront disponibles dans cette case, comme il se doit », a-t-il précisé. Abondant dans la même perspective, le médecin-chef du district de Rufisque, Madame Diop, a promis de mettre tout en œuvre pour élever la Case au niveau de poste de Santé, ce qui lui confèrerait des responsabilités et des compétences élargies. Toutes choses qui ont réjoui les bénéficiaires, lesquels par la voix de Ndongo Sow, président du Comite de gestion de la case de santé de Beunoba, ont exprimé leur satisfaction de voir la case de santé démarrer « pour de bon », au service exclusif des riverains.

Source : http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>