Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU MARDI 10 FEVRIER 2009
Le soleil : SOUTIEN A LA GYNECOLOGUE AFFECTÉE : Le Sames observe un arrêt de travail de 4 heures...

Le mouvement d’humeur observé hier par le Syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames) a été largement suivi. Ils protestaient contre l’affectation d’une gynécologue de l’hôpital régional de Kaolack au centre de Santé de Thiadiaye.

Les médecins membres du Syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames) ont observé hier de 9 h à 13 h un mouvement d’humeur. Ils protestaient contre l’affectation de la gynécologue, Maguette Diagne Kébé de l’hôpital régional de Kaolack au centre de Santé de Thiadiaye, dans le département de Mbour.

Ce mouvement a été largement suivi selon le Dr Abdoulaye Bousso, Secrétaire général-adjoint du Sames. Selon lui, « de 9 heures à 13 heures, aucune opération chirurgicale n’a été effectuée au niveau des hôpitaux » où leur syndicat compte des membres. « Nous pouvons dire que le mouvement a été suivi à plus 90 % ici et dans les régions ». Avant de rappeler que le service minimum (urgences) a été respecté. Les médecins du Sames estiment qu’il y a manipulation de la part des autorités sanitaires.

« Elle ne fait pas partie des quatre gynécologues qui devraient être affectés », a indiqué le Sg adjoint du Sames qui menace : « si cette note d’affection n’est pas annulée, nous allons mettre en place de nouvelles stratégies de lutte parce que nous avons déjà un plan d’actions ».

Le Dr Abdoulaye Bousso a précisé qu’il n’y a pas de mouvement d’affectation au niveau national. Les quatre gynécologues étaient d’anciens fonctionnaires en formation qui, au terme de celle-ci, devraient être réaffectés dans les hôpitaux de Dakar, Tambacounda, Ziguinchor et Kaolack.

En réagissant à cet arrêt de travail, le ministre de la Santé et de la Prévention, le Dr Safiétou Thiam, a déclaré : « nous avons ouvert à Thiadiaye un nouveau bloc opératoire nanti d’un logement pour le gynécologue devant y être affecté et nous ne pouvions raisonnablement pas y affecter un agent sans expérience ». Et de poursuivre, « il faut amener à Thiadiaye un gynécologue, c’est la seule raison qui nous a poussé à y affecter la gynécologue Maguette Diagne Kébé ». Elle a soutenu que cette dernière est libre de répondre à son poste d’affectation où de ne pas y aller. « Mais je pense qu’un fonctionnaire n’a pas à choisir là où il veut servir », a-t-elle rappelé.

Le soleil : SOUTIEN A LA GYNECOLOGUE AFFECTÉE : A Kaolack, le mouvement s’élargit aux associations féminines

Si, par rapport aux nombreux problèmes qui faisaient l’objet de bras de fer entre la direction de l’hôpital El Hadj Ibrahima Niasse et les travailleurs, un protocole d’accord a été signé qui avait abouti à un apaisement, la question de l’affectation à Thiadiaye, de la gynécologue, a relancé la bataille, cette fois, entre les organisations syndicales et le ministère de la Santé.

En effet, depuis jeudi, le personnel observe chaque jour, un sit-in qui paralyse le fonctionnement de l’hôpital de 8 heures à 13 heures, d’où une perturbation préjudiciable aux malades.

Hier encore, tel a été le cas. La sous-section du Syndicat des travailleurs de la santé (Sutsas) n’est plus seule dans la bataille. Elle a reçu des soutiens de taille des associations féminines de Kaolack et du Syndicat autonome des médecins du Sénégal, qui est allé plus loin, en élargissant l’affaire aux autres régions du Sénégal.

Selon M. Adama Diawara, le Secrétaire général de l’union régionale Sutsas de Kaolack, qui parlait au nom de Mbaye Kébé, responsable de la sous-section de l’hôpital El Hadj Ibrahima Niasse, il ne s’agit pas encore de grève, « mais d’un sit-in décidé dans un cadre unitaire qui a réuni toutes les organisations syndicales autour d’un plan d’actions dont la poursuite dépendra de l’attitude que le ministère aura par rapport à cette affectation que tous estiment injuste ».

Selon lui, les autres syndicats de travailleurs pourraient entrer dans le mouvement et déployer d’autres actions si rien n’est fait. D’ailleurs, hier en début d’après midi, les travailleurs, qui avaient assuré le minimum, s’organisaient pour une marche à travers les rues de la cité.

Le Soleil : ANEMIE : Des experts ouest-africains en croisade contre la carence en fer

La carence en fer peut engendrer des problèmes graves de santé, a indiqué lundi à Dakar, Mar Lô, le directeur de Cabinet du ministre des Mines, de l’Industrie et des Pme, à l’ouverture d’une réunion du comité technique régional de normalisation des produits alimentaires. En Afrique de l’Ouest, a-t-il noté, « plus de 80 % des jeunes enfants, plus de 60 % des femmes enceintes et plus de 50 % des enfants en âge scolaire souffrent de l’anémie », soulignant que « les micro nutriments, éléments dont le corps a besoin en très petites quantités, sont essentiels à la croissance et au développement harmonieux de l’organisme ». Au cours de cette réunion, qui regroupe plusieurs experts de la sous-région, il sera procédé à l’adoption d’un projet de norme et un guide Uemoa, portant sur les farines enrichies en vue de contribuer à la lutte contre les carences en vitamines et minéraux. Au Sénégal, quelque 11 nouvelles normes portant sur les huiles comestibles enrichies en vitamine A et la farine de blé tendre enrichie en fer et en acide folique, ont été homologuées en 2008 par l’Association sénégalaise de normalisation (Asn, ex-Isn), une structure qui a été portée sur les fonts baptismaux en 2002.

Source : http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>