Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU VENDREDI 06 FEVRIER 2009
APS : L’affectation de la gynécologue de l’hôpital de Kaolack fait partie d’un vaste mouvement (directeur)

L’affectation de la gynécologue de l’hôpital régional El hadji Ibrahima Niasse, une mesure tant décriée par ses collègues et l’intersyndicale des travailleurs, n’est pas un cas isolé, a expliqué à la presse jeudi le directeur du centre hospitalier de Kaolack, le colonel Massamba Diop.

Cette affectation du docteur Maguette Diagne Conté par la tutelle s’inscrit dans le cadre d’un mouvement de six gynécologues dans le pays, a indiqué le colonel Massamba Diop.

Le docteur Maguette Diop a d’ailleurs été remplacée, a-t-il précisé, rappelant que l’hôpital disposait déjà d’un second gynécologue et d’un autre vacataire pour renforcer la maternité en cas de besoin. Pour dire que l’hôpital n’est pas resté sans gynécologue comme on tente de le faire croire, selon le colonel Massamba Diop.

Après la sortie lundi dernier de la commission médicale de l’hôpital sur cette affaire, l’intersyndicale a initié un plan d’action de lutte et projette de marcher avec les populations pour protester contre le départ du docteur Maguette Diagne Conté, une affectation jugée ’’arbitraire’’ car décidée sans le consentement de l’intéressée.

Dans ce cadre, l’intersyndicale des travailleurs de l’hôpital régional Elhadji Ibrahima Niasse a organisé un sit-in jeudi et compte en faire un autre demain vendredi

Mais pour le directeur de l’hôpital, l’intersyndicale veut simplement profiter de cette décision souveraine de l’Etat pour engager une confrontation en vue de revendiquer ses droits, en l’occurrence les primes et motivations restées impayées depuis octobre, en raison des difficultés financières propres selon lui à tous les hôpitaux.

’’Nous n’avons toujours pas reçu la subvention et la dotation 2009, et l’hôpital vit de ses recettes insuffisantes, faisant craindre un problème même de paiement des salaires’’, a fait valoir le colonel Massamba Diop.

APS : Pikine est une particularité dans la lutte contre la tuberculose, selon un médecin

Les nombreux cas de tuberculose dépistés dans la ville de Pikine constitue une particularité dans la réponse et la prise en charge de cette maladie, a déclaré le coordinateur du Programme national de lutte contre la tuberculose (PNT), le docteur Mame Bocar Lô.

’’Il y a de nombreux cas de tuberculose qui sont dépistés à Pikine et nous devons réunir les conditions pour les accompagner, dans le cadre des malades qui sont entrés dans le programme et les amener tous à la guérison’’, a assuré Mame Bocar Lô.

Le coordinateur du PNT s’exprimait ainsi mercredi, lors d’une visite de terrain, initiée par le Réseau sénégalais des journalistes en Santé, population et développement, dans le cadre d’une contribution à la lutte contre la tuberculose.

’’Dans le cadre du programme national de lutte contre la tuberculose, nous voulons davantage décentraliser les unités de traitement et aussi accompagner certains districts qui souhaitent décentraliser les unités de microscopie’’, a souligné le spécialiste des maladies infectieuses.

La tuberculose est une maladie infectieuse transmissible et non immunisante provoquée par une mycobactérie du complexe tuberculosis. Elle est causée par un microbe appelé bacille tubercule ou tuberculeux.

Toute personne peut être infectée par ce bacille tuberculeux qui pénètre dans le corps par la voie respiratoire lorsque la personne respire et demeure habituellement dans les poumons. Ce bacille peut également se loger dans différentes parties de l’organisme.

Selon Mame Bocar Lô, certains malades deviennent même multi résistants et pour y faire face, un document de politique aux normes de prises en charge de ces malades multi résistants est élaboré afin qu’ils soient pris en charge au niveau du service de pneumologie de l’Hôpital de Fann.

A partir de cette année, a-t-il soutenu l’Etat du Sénégal, avec le concours du Fonds mondial va s’occuper de la prise en charge des malades multi résistants dont, une quarantaine de malades devraient être pris en charge. Ce nombre devrait également augmenter tous les ans.

’’L’Etat fait de grands efforts en nous allouant une subvention annuelle d’environ 300 millions de FCFA et en 2008 nous avions reçu 260 millions pour les médicaments et tous les intrants de laboratoire’’, a rassuré le coordinateur du PNT.

Seulement, s’empresse-t-il d’ajouter, ‘’on voudrait que l’Etat nous accompagne davantage surtout dans le sens d’appuyer les régions pour l’acquisition de certains équipements de laboratoire’’.

Il a, par ailleurs, demandé aux populations de faire attention sur de possibles risques de rechute des tuberculeux, parce que ‘’le malade, même une fois guéri, peut dans le futur, si les conditions d’apparition de la maladie se réunissent à nouveau, développer une tuberculose’’

APS : Tuberculose : Pikine peine à atteindre le taux de guérison fixé

Le district sanitaire de Pikine peine à atteindre le taux de guérison de 85 % fixé par le Programme national de lutte contre la tuberculose (PNT) à cause de la promiscuité et des inondations qui sévissent dans la zone de Pikine.

‘’Par rapport au taux de dépistage, nous parvenons à évoluer correctement, contrairement au taux de guérison qui nous pose problème’’, a expliqué Bambi Dieng, superviseur du PNT dans le district sanitaire de Pikine.

L’explication qu’elle avance à cet effet est que le district de Pikine est trop grand et couvre une population de plus de 600 mille habitants, ce qui fait qu’il se pose un problème de sensibilisation de la population, mais aussi de matériel.

‘’Nous ne disposons que d’un seul laboratoire fonctionnel’’ qui manque d’ailleurs de personnel, a encore relevé Bambi Dieng. ‘’Nous avons essayé de décentraliser au niveau d’un poste de santé, mais cela ne suffit pas. On devrait plutôt décentraliser le laboratoire au niveau de trois structures et les centres de traitement pour une dizaine de poste de santé’’, a-t-elle ajouté.

Selon elle, il est prévu d’ajouter aux trois structures, qui ont déjà démarré leurs activités dans le district sanitaire de Pikine, cinq autres structures pour atteindre le nombre de huit structures, afin d’avoir une prise en charge correcte de la tuberculose.

‘’Nous essayons de former des réseaux de relais au niveau de toute la zone de Pikine, parce que chaque poste de santé dispose d’un relais’’, a confié Mme Dieng.

S’agissant de la répartition de la tuberculose selon les départements de Pikine, elle révèle que Pikine totalise 43 % de personnes touchées par la tuberculose, contre 19% à Yeumbeul, 13% à Thiaroye, 9% à Malika et Guinaw Rail et 6% à Deggo.

Par rapport à l’âge et au sexe des personnes infectées, elle a soutenu que c’est une maladie qui touche beaucoup plus les hommes que les femmes, avant de préciser que c’est la tranche d’âge comprise entre 15 et 45 ans qui est la plus touchée.

Source : http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>