Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
REVUE DE PRESSE QUOTIDIENNE DU JEUDI 05 FEVRIER 2009
Walf Fadjri : Drépanocytose : 50 % des enfants qui naissent drépanocytaires décèdent avant l’âge de 5 ans

Selon des données épidémiologiques ‘reconnues et acceptées’, et qui concernent la majeure partie des pays de l’Afrique, 50 % des enfants qui naissent drépanocytaires meurent avant l’âge de cinq ans. La révélation est du Dr Ibrahima Diagne, Point Focal de la lutte contre la drépanocytose au niveau du ministère de la Santé. ‘La drépanocytose est une maladie qui sévit très tôt dans les trois premiers mois après la naissance. Et les enfants qui naissent avec une drépanocytose forme grave, c’est-à-dire SS meurent facilement avant l’âge de cinq ans. Au bout de trois mois, le facteur qui protégeait les enfants contre ces manifestations de la drépanocytose commence à disparaître. Ainsi, les enfants commencent à présenter les signes et les complications liés à la maladie’, souligne le pédiatre. Le Dr Diagne s’exprimait lors de la matinée d’information sur la campagne de vaccination de mille patients contre la drépanocytose. Cette rencontre avec la presse s’est tenue à quelques heures de la cérémonie de lancement de la campagne de vaccination au niveau de l’hôpital des enfants Albert Royer sous la présidence de Mme Viviane Wade.

Selon le pédiatre, plusieurs facteurs sont à l’origine de ces décès précoces d’enfants nés drépanocytaires. Et parmi les principales complications, l’hématologue cite les infections et autres crises d’anémie exagérées qui sont le fait de la séquestration de globules rouges dans le sang. C’est pourquoi, le Point focal du ministère de la Santé recommande une politique de dépistage à l’image des pays développés, qui ont mis en place des programmes de dépistage néonatal de la drépanocytose. Au Sénégal et dans certains pays africains, ce ne sont que des expériences pilotes qui ont été faites dans ce domaine. Mais des programmes proprement dits, allant dans ce sens ne sont pas encore développés dans nos pays.

L’objectif de ce dépistage néonatal permet, avant que l’enfant ne puisse développer ses premiers symptômes, d’informer les parents pour qu’ils puissent reconnaître les signes de gravité et recourir aux structures adéquates de prise en charge de la drépanocytose. ‘Si on ne le fait pas, les causes qui tuent ces enfants durant cette période sont tellement rapides qu’elles ne permettent même pas à la famille de se rendre compte de la présence de la drépanocytose dont souffre leur enfant’, alerte Ibrahima Diagne. A son avis, lutter contre la drépanocytose c’est lutter contre la mortalité infanto-juvénile, car le paludisme, l’anémie et les infections tuent beaucoup plus de drépanocytaires.

Vacciner mille patients contre la drépanocytose, telle est l’ambition de la Fondation éducation santé de Mme Viviane Wade. Lancée, hier, au niveau de l’hôpital Albert Royer, cette campagne a pour objectif de prévenir les infections bactériennes contre la drépanocytose et d’encourager l’Etat et les partenaires à pérenniser cette opération. Les patients bénéficiaires de ces vaccins auront un dossier et seront suivis au niveau du Centre de transfusion sanguine et de l’hôpital pour enfant Albert Royer. Ces vaccins, qui devraient en principe revenir à 20 mille francs la dose, sont totalement pris en charge grâce à la contribution de la Fondation éducation Santé. Selon les hématologues, la prise en charge totale d’un drépanocytaire sans aucune forme de subvention ou d’exonération reviendrait à la somme de 500 mille francs par an.

Le Soleil : JOURNÉE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE CANCER : Le tabagisme mis en cause

La Journée mondiale de lutte contre le cancer a été célébrée hier au Sénégal. Le ministre de la Santé et de la Prévention , Safiétou Thiam, a axé son discours sur les méfaits du tabagisme dans la survenue de cette maladie. La date du 4 février est retenue pour célébrer la Journée mondiale de lutte contre le cancer, qui constitue une des premières causes de mortalités dans le monde avec 7,9 millions de décès en 2007.

En lieu et place d’une cérémonie officielle, le ministre de la Santé et de la Prévention , le Dr Safiétou Thiam, a adressé un discours où elle a révélé que 72 % des décès du cancer sont enregistrés dans les pays en développement.

Pourtant, poursuit-elle, la mise en œuvre des stratégies de prévention et de détection précoce permettrait d’éviter 30 % des décès. Car la prévention consiste à empêcher le développement du cancer en réduisant ou en évitant l’exposition aux facteurs cancérogènes. Aussi, elle a plaidé pour le développement des actions de prévention. Entre autre, la lutte anti-tabac. « Les décès et les maladies liés à la cigarette peuvent être évités », a soutenu le ministre, soulignant que « si l’on diminuait de moitié les taux de tabagisme actuels, 20 à 30 millions de décès pourraient être évités d’ici 2015 et 150 millions le seraient en 2050 ».

Le Dr Thiam a exprimé sa préoccupation par rapport aux risques du tabagisme passif qui peut être à l’origine des maladies du cancer et plaide pour un environnement sans tabac, notamment sur les lieux de travail et publics (d’autant que 30 % des cas de cancer sont provoqués par le tabac), pour une alimentation équilibrée et plus d’activités physiques. Selon l’Oms, un tiers des cancers serait provoqué par une alimentation non-équilibrée et l’absence d’activités sportives. Il faut donc, a recommandé le Dr Thiam, pratiquer des activités sportives pendant 30 minutes par jour. Elle a aussi conseillé de manger moins sucré, d’éviter la consommation de la viande rouge (porc, agneau), mais plutôt de consommer plus de légumes, des fruits, entre autre.

Safiétou Thiam a réitéré l’engagement de l’Etat dans la lutte contre le cancer parce que la classant comme priorité de santé à côté d’autres maladies dites chroniques (diabète, maladies cardiovasculaires, asthme, drépanocytose) qui sont des pathologies à soins coûteux.

Le Soleil : HÉPATITE B : La vaccination réduit les risques des cancers

Les personnes souffrant d’une infection chronique liée à l’hépatite B ont un risque élevé de développer une maladie hépatique chronique (cirrhose) et un cancer du foie, a révélé le Pr Mamadou Diop, de l’Institut du cancer de l’hôpital Aristide Le Dantec lors d’une rencontre avec la presse.

Ces risques, a-t-il argumenté, sont plus élevés chez les jeunes enfants et diminuent avec l’âge. La vaccination à bas âge a une efficacité à long terme. Elle permettrait, selon de lui, prévenir la mortalité liée à l’hépatite chez un sujet adulte.

De son avis, « il a été démontré que cette vaccination empêchait le portage chronique de 95 % des enfants vaccinés ». Et d’ajouter, « le vaccin contre l’hépatite B est le premier moyen préventif du cancer, parce que pouvant réduire le risque carcinome hépatocellulaire dans certaines régions ou l’incidence de cette pathologie est très élevée ».

Il a aussi révélé que l’utilisation du tamoxiféne (un produit qui soigne) dans le cadre du traitement du cancer du sein, réduit le risque de développement d’un second cancer dans le sein qui n’est pas atteint par la maladie.

Par contre, une alimentation non-équilibrée provoque un tiers des cancers, selon l’Organisation mondiale de la Santé (Oms). Il est donc recommandé de manger plus de légumes, des fruits et de faire plus d’activités physiques. Il est aussi recommandé de limiter, entre autre, la consommation de la viande rouge et grasse (bœuf, porc, agneau) et de boire moins de boissons sucrées, de manger moins salé.

APS : La direction de Abass Ndao s’engage à payer les arriérés de salaire

La direction de l’hôpital Abass Ndao a pris mercredi l’engagement de ‘’payer intégralement’’ les deux mois de salaire dus aux travailleurs de la structure.

Cette décision a été prise lors de la rencontre que le ministre de la Santé et de la Prévention , Safiétou Thiam, a eue le même jour avec une délégation de l’Intersyndicale des travailleurs et la direction de cet établissement hospitalier.

A l’issue de la réunion, l’hôpital a également promis de ‘’prévoir dans le court terme les modalités du paiement de la dette sociale’’.

De son côté, signale le communiqué, le ministre de la Santé et de la Prévention ‘’a consenti de libérer immédiatement la première tranche de la subvention de l’Etat à l’hôpital, et de prévoir une subvention supplémentaire dans le cadre des mesures nouvelles consenties cette année par le ministère de l’Economie et des Finances (...)’’.

Dans le but d’aider l’hôpital à ‘’équilibrer ses comptes’’, le ministre de la Santé et de la Prévention ‘’portera au niveau du maire de Dakar, un plaidoyer visant à l’octroi d’une subvention annuelle régulière et des fonds de dotation (...)’’ à Abass Ndao.

S’agissant des problèmes de fonctionnement de la structure, ‘’les parties ont convenu de tout mettre en œuvre pour que les services de l’hôpital puissent fonctionner correctement avec des dotations optimales en médicaments et consommables’’.

Selon le communiqué, ‘’pour assurer le suivi des points d’accord, les parties ont convenu de la mise en place d’un comité de suivi des points de négociation (...)’’.

Ce comité, a-t-on précisé de même source, est ‘’composé des travailleurs de l’hôpital Abass Ndao, des autorités de la ville de Dakar et du ministère de la Santé et de la Prévention avec un calendrier de rencontre pour évaluer le niveau de réalisation’’.

Le communiqué souligne que ‘’les parties ont convenu de mettre en œuvre toutes les dispositions utiles pour apaiser le climat social au niveau de l’hôpital’’.

D’après le communiqué, la réunion a servi d’occasion ‘’pour faire le point sur les solutions proposées à l’issue des différentes rencontres avec le ministère de la Santé , afin de régler les problèmes inscrits sur la plateforme revendicative (des travailleurs)’’.

‘’S’agissant des problèmes institutionnels’’, le document note que ‘’mandat a été donné’’ au ministre de la Santé et de la Prévention de ‘’porter le plaidoyer’’ au niveau du président du Conseil d’administration de l’hôpital et des autorités du pays ‘’pour trouver des solutions’’.

Le ministre de la Santé et de la Prévention a profité de l’occasion pour ‘’demander’’ au directeur de l’hôpital, de ‘’veiller à la tenue régulière des instances de gouvernance de la structure hospitalière’’.

Il l’a également invité à ‘’créer un comité interne de dialogue social et un comité de gestion qui sera chargé de suivre et de sécuriser les recettes et d’assurer la transparence dans les procédures d’acquisition’’.

Source : http://www.sante.gouv.sn


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>