Array ( "contact" => "bloc|propre|contact", "descrisptif" => "bloc|propre|phrase explicative", "couleur" => "bloc|propre|couleur associée à la rubrique" ) ); */ /*$GLOBALS['champs_extra'] = Array ( 'articles' => Array ( "thematique" => "thematique|propre|Type de cabinet" ) ); */ /* // On peut optionnellement vouloir affiner les extras : // - pour les articles/rubriques/breves en fonction du secteur ; // - pour les auteurs en fonction du statut // - pour les mots-cles en fonction du groupe de mots $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'auteurs' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => 'age|sexe', // une biblio pour les admin (statut='0minirezo') '0minirezo' => 'age|sexe|biblio' ), 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '1' => 'isbn' ) ); */ $GLOBALS['champs_extra_proposes'] = Array ( 'articles' => Array ( // tous : par defaut 'tous' => '', // 1 : id_secteur=1; '2' => 'thematique' ) ); ?> GPS le Guide des professionnels de la santé au Sénégal
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=1; include ("pub.php"); ?>

Vous recherchez un professionnel de la santé ?

Présentation
Partenaires
Infos Santé
Lexique Médical Lexique Médical
"; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?> "; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.=""; $type_cabinet_MEA.="
"; $type_cabinet_MEA.="
"; ?>
La situation du cancer du col de l’utérus au Sénégal est alarmante
Article Walf Fadjri

Le cancer du col de l’utérus

Dr Abdoulaye Séga DIALLO (Faculté de médecine de Dakar) : ‘La situation du cancer du col de l’utérus au Sénégal est alarmante’

La situation est ‘alarmante’ au Sénégal avec le dépistage très fréquent de cancer du col de l’utérus, selon le docteur Abdoulaye Sega Diallo du service d’histologie embryologie et de phytogénétique de la faculté de Médecine de Dakar.

Le cancer du col de l’utérus, maladie qui se développe au niveau de l’appareil génital des femmes, est ‘fréquent en Afrique et la situation est alarmante’, selon le docteur Abdoulaye Sega Diallo du service d’histologie embryologie et de phytogénétique de la faculté de Médecine de Dakar. ‘Il n’y a pas de statistiques disponibles pour le Sénégal du fait de l’absence d’un registre des cancers, les seules statistiques disponibles concernent les malades qui viennent faire des dépistages avec l’archivage des doubles des résultats’, a expliqué le médecin qui animait hier une conférence publique dans les locaux de la Prévention médicale infantile de Dakar. Mais pour le docteur Diallo, on n’a pas besoin des statistiques pour dire que la situation est ‘alarmante’ au Sénégal avec le dépistage très fréquent de cancer du col de l’utérus. Il a dit qu’il faut développer des stratégies pour diminuer cette fréquence et pour cela, le ministre de la Santé a élaboré un document pour définir un programme de lutte contre les cancers au Sénégal. Les signes de manifestation du cancer du col de l’utérus sont des plus tardifs, c’est pourquoi il est indiqué de faire très tôt le dépistage pour détecter les lésions précancéreuses et pouvoir les traiter efficacement et engendrer une guérison. Pour le dépistage du cancer du col de l’utérus, ‘le moyen le plus efficace dont dispose la médecine actuellement concerne les frottis cervicaux-vaginaux pour observer et détecter les cellules anormales et trouver la légion qui précède le cancer pour avoir le temps de faire les traitements’. Selon Abdoulaye Sega Diallo, ‘il est admis que près de 90 % des décès liés au cancer du col de l’utérus pourraient être évités par un dépistage régulier’.

En fait, le cancer du col de l’utérus se développe progressivement à partir de lésions dites précancéreuses, deux à dix ans, a expliqué le conférencier, relevant que c’est sur cette longue phase que repose la prévention par les dépistages fréquents qui permettent de déceler et de traiter précocement les lésions suspectes. Concernant les mesures de prévention du cancer du col de l’utérus, il a souligné que les femmes doivent éviter de ‘traîner des infections et des partenaires multiples, mais aussi faire l’examen appelé frottis régulièrement pour dépister très tôt les lésions cancéreuses’. Les tests de prévention doivent être commencés et pratiqués de manière régulière chaque année pendant trois ans, puis tous les deux ans, a conseillé Abdoulaye Sega Diallo.

L’utilisation ‘intempestive’ de solutions antiseptiques pour la toilette intime n’est pas aussi conseillée parce qu’elle déséquilibre la flore vaginale et favorise les infections de germes pathogènes nuisibles. Interpellé sur l’utilisation par les femmes de certains produits ‘caustiques’, poudre, crème, huile comme aphrodisiaques, le conférencier a jugé ‘le phénomène dangereux qui augmente le risque de développement du cancer du col de l’utérus avec des produits chimiques libérés à de fortes concentrations’.

Le vaccin contre le HPV est actuellement en cours d’évaluation, selon le docteur Diallo et si les résultats sont probants, il sera possible de faire de la prévention primaire avec la vaccination et la prévention secondaire avec le dépistage du cancer du col de l’utérus par le frottis. ‘De manière globale, on doit avoir une alimentation saine et un environnement sain pour éviter les cancers’, a-t-il ajouté.

La conférence publique qui portait aussi sur le cancer du sein est organisée par l’amicale des femmes de la Caisse de sécurité sociale dans le cadre de la Quinzaine de la prévention des risques.

Autoexamen des seins : Une pratique qui doit devenir régulière chez les femmes

’autoexamen des seins doit devenir une pratique rŽgulire chez les femmes pour prévenir le cancer du sein et ‘permettre de consulter sans retard le médecin ou la sage-femme et en cas de besoin accéder aux meilleures solutions de traitement’. La brochure qui explique les différentes phases de l’auto examen a été distribuée mercredi au cours de la conférence animée par le docteur Abdoulaye Sega Diallo sur les cancers du sein et du col de l’utérus à la Prévention médicale infantile (Pmi) de Dakar. ‘Le rythme d’une séance par mois est tout à fait correct pour surveiller ses seins à partir de l’âge de 25 ans’, a expliqué le docteur Abdoulaye Sega Diallo du service d’histologie embryologie et de phytogénétique de la Faculté de médecine de Dakar, auteur de la brochure.

Cette pratique aide les femmes à ‘accorder une attention particulière aux changements observés’ a dit le conférencier, précisant toutefois que ‘toutes les modifications ne sont pas des cancers, mais il faut les signaler au niveau médical’. Le cancer du sein découvert très tôt est parfaitement guérissable, selon le docteur Abdoulaye Sega Diallo qui a invité les femmes à ‘avoir le réflexe du dépistage précoce’.

Interpellé à la fin de la conférence sur la situation de la maladie au Sénégal, il a indiqué que c’est une maladie fréquente chez les femmes actuellement, même s’il n’y a pas de statistiques fiables en l’absence de registre de cancers. Toutefois, il a souligné que l’allaitement maternel est un élément favorable pour éviter le cancer du sein qui peut être génétique.

(Aps)

wikipédia


 
"; $texte=ereg_replace("<","<",$texte); echo stripslashes($texte); ?>
= current_date AND pub_days LIKE '%$day%' AND (pub_langue='$_SESSION[id_langue]' OR pub_langue='ALL')"; $resultat = spip_query ($requete,$connexion); $pub_existe=mysql_num_rows($resultat); $lieu=2; include ("pub.php"); ?>